"Mars Bleu" 2017

"Mars Bleu": PLUS D'EXCUSES, FAITES LE TEST !

Le programme de dépistage du cancer colorectal au Luxembourg

Dans le cadre du " Mars Bleu " , mois de promotion du dépistage contre le cancer colorectal, le ministère de la Santé fournit quelques explications supplémentaires sur le dépistage du cancer colorectal au Luxembourg, qui a commencé  en  septembre 2016.

Ce programme organise pour les personnes de 55 à 74 ans un dépistage systématique dont les résultats  sont régulièrement enregistrés, évalués et publiés, et recommande  une prise en charge optimale  des personnes touchées par la maladie.

Pourquoi un programme de dépistage ?

Comme dans les autres  pays européens, le cancer colorectal est, au Luxembourg,  la 2ème cause de cancer chez l’homme après le cancer de la prostate et la 2ème cause de cancer chez la femme après le cancer du sein. (Hors  cancers de la peau).

Le cancer colorectal se développant, dans une large majorité de cas (92%), à partir d’un polype  situé sur la paroi interne de l’intestin, la résection de ce polype-ou  adénome- peut prévenir la survenue du cancer.

Dans les pays occidentaux, 40 à 50 % de la population développe un ou plusieurs adénomes au cours de la vie, mais la majorité ne donnera pas de cancer.

La mortalité est fortement influencée par le stade de la maladie au moment de sa découverte. Cinq ans après la découverte de la maladie, 91 % des personnes sont encore en vie pour les cas de cancer colorectal à un stade localisé, contre 11 % pour les cas de cancer colorectal avec métastases, selon l’institut National du cancer ( France, 2010). Au Luxembourg, la tendance observée est la même.

Par la détection à un stade précoce du cancer colorectal et mais aussi par la résection  des adénomes précancéreux,  le programme de dépistage organisé du cancer colorectal vise à améliorer le pronostic et la qualité de vie des personnes dépistées et atteintes par la maladie. 

Quelle est  la méthode retenue au Luxembourg ?

a) La recherche de sang dans les selles : un test non invasif, fiable et d’utilisation simple.

Le PDOCCR est basé sur l’envoi à toute personne de 55 à 74 ans d’un test de   recherche de sang fécal,  joint à  l’invitation à participer au programme. Il est répété tous les deux ans si le résultat est négatif. Dans le cadre du programme, il est estimé qu’environ 10% des tests seront positifs. Si le test est positif, une coloscopie sera proposée afin d’en rechercher la cause (polype, tumeur, ou, parfois, une autre lésion intestinale)

b) La coloscopie constitue l’examen de référence en termes de dépistage, mais aussi de prévention, en permettant la résection des polypes à risque de cancer. Toutefois, il s’agit d’un  examen invasif, qui demande une bonne préparation. Une sédation profonde, voire une anesthésie générale, sont de plus en plus souvent demandées.

 En pratique

1-Si vous avez entre 55 et 74 ans, et si vous être protégé par la CNS,  vous recevez votre test à la maison.

Inutile d’appeler le ministère de la Santé pour le recevoir : chacun reçoit son test en fonction d’un liste établie sur base du mois et de l’année de naissance des personnes. Les envois du premier test s’étalent de fin 2016 à fin 2018. Il faut donc attendre son tour !

2-Vous remplissez un questionnaire afin de déterminer la méthode la plus adéquate pour vous.

3-Si les réponses au questionnaire vous orientent vers le test d’analyse de selles, vous effectuez ce test à la maison et recevrez le résultat chez vous, de même que votre médecin.

Attention !

Malheureusement,  environ 1/3  des 10 000 tests reçus au laboratoire  n’ont pas pu être analysés car les étapes de réalisation n’ont pas été bien comprises : en particulier, il est important de bien remplir la fiche d’identification accompagnant ce test, avec notamment la date de votre prélèvement !

Sans moyen d’identification  correct, le laboratoire ne peut effectuer l’analyse et il faut recommencer le test.

4-Si une ou des  réponses au questionnaire tendent à vous orienter vers une coloscopie ou si vous préférez d’emblée une coloscopie : vous vous adressez à votre médecin. Une coloscopie sera prescrite si le médecin ne relève pas de contre-indication.
Les coloscopies réalisées dans le cadre du Programme de dépistage organisé sont réalisées en milieu hospitalier par des gastroentérologues et internistes agréés, garantissant le  respect de critères techniques et méthodologiques.

Quelques chiffres

Entre le lancement du programme au début du mois de septembre 2016 et fin février 2017, presque 10 000 tests ont été effectués par les 50 000 personnes invitées, et parmi les tests correctement effectués, 600 tests ont été positifs. Une coloscopie a été réalisée chez 200  personnes environ.
28 personnes présentaient un polype précancéreux qui a été enlevé, ou une lésion cancéreuse débutante immédiatement prise en charge.  

Combien ça coûte ?

Le test ainsi que les frais d’analyse et d’envoi sont entièrement pris en charge par le ministère de la Santé. Les  frais liés à la coloscopie sont partiellement pris en charge par la  Caisse nationale de santé.

Video tutorials

L’utilisation du test est expliquée sur une vidéo  disponible en différentes langues :

  • Dernière modification le 27-03-2017