Dépression: parlons-on

Journée mondiale de la santé 2017

La Journée mondiale de la santé, célébrée chaque année le 7 avril pour marquer l’anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la Santé, offre une occasion unique de mobiliser l’action autour d’un thème de santé spécifique qui concerne le monde entier.

Le thème de cette année est celui de la dépression

En effet, la dépression est la première cause de morbidité et d’incapacité dans le monde. Selon les dernières estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 300 millions de personnes dans le monde vivent désormais avec ce problème, soit une augmentation de plus de 18% de 2005 à 2015. Le manque de soutien aux personnes ayant des troubles mentaux, associé à la peur de la stigmatisation, empêchent beaucoup d’entre elles d’accéder aux traitements dont elles ont besoin pour mener des vies productives et en bonne santé.

Ces nouvelles estimations ont été publiées à la veille de la Journée mondiale de la santé le 7 avril, point culminant de la campagne de l’OMS intitulée « Dépression: parlons-en» menée sur toute une année. Le but général de cette campagne est que davantage de personnes atteintes, partout dans le monde, cherchent à se faire aider et obtiennent cette aide.

Dans le pire des cas, la dépression peut conduire au suicide, lequel représente désormais la deuxième cause de décès chez les 15-29 ans.

Plan National de Prévention du Suicide au Luxembourg (2015-2019)

Dans ce contexte, le ministère de la Santé a mis en place le Plan National de Prévention du Suicide au Luxembourg (2015-2019), dont le but est de combattre les causes et les conséquences du suicide, de réduire les tentatives de suicide et les décès par suicide au Luxembourg.

Anormal ? Ou quand même normal ?

« Chacun a un rôle important à jouer dans la prévention du suicide, en commençant par les structures de santé, les écoles, mais aussi le monde de l’entreprise et la communauté au sens large » souligne la ministre de la Santé, Lydia Mutsch. « C’est en œuvrant ensemble que nous parviendrons à sauver des vies ».

Parmi les priorités du plan d’actions figurent la prévention au sens large du terme:

  • les populations à risque
  • les jeunes
  • les personnes âgées
  • la poursuite de la décentralisation des structures d’aide
  • les formations spécifiques
  • les prises en charge thérapeutiques.

Le premier plan d’action 2015-2019 englobe quelques 33 actions prioritaires, élaborées avec les acteurs de terrain et approuvées par le Groupe interministériel Prévention Suicide.

« A|Normal »

Parmi ces actions figure l’élaboration de l’exposition « A|Normal ». Il s’agit du développement et de la mise à disposition de programmes de promotion de la santé mentale en entreprise et dans les autres lieux de rencontre, avec pour informations essentielles les possibilités d’aide et d’entraide dans le but de lutter contre la stigmatisation des maladies mentales.

Ainsi, le visiteur reçoit une large panoplie de réponses à travers des vécus et des réflexions, autour des thèmes de la peur et de l’anxiété, de la dépendance, de la dépression, des troubles obsessionnels compulsifs et de la schizophrénie.

À travers cette action destinée à l’ensemble de la population, un accent particulier est mis sur l’information à la reconnaissance des troubles dépressifs, des troubles anxieux, des troubles de l’addiction et de la promotion de la santé mentale.

Mieux comprendre la dépression, et connaître les moyens de la prévenir et de la guérir, permettra de réduire la stigmatisation associée à cette maladie et d’encourager davantage de personnes à demander de l’aide.

  • Dernière modification le 07-04-2017