Journée mondiale du don d'organes: la pénurie d'organes constitue un frein majeur aux activités de transplantation!

Au Luxembourg, comme ailleurs, le nombre d'organes disponibles ne suffit pas pour répondre aux besoins des malades en attente d'une transplantation d'organe.


Malgré d’importants progrès dans le traitement de certaines maladies, le recours à des greffons humains reste, dans de nombreuses situations, le seul moyen permettant la survie d’un patient atteint d’une maladie grave. Environ 65 malades se trouvent ainsi chaque année sur la liste d'attente pour l’obtention d’une greffe.


« Chaque année un nombre croissant de personnes décèdent, faute d'avoir pu être transplantées à temps », déplore la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, et lance un vif appel : « Dites oui au don d’organes et exprimez votre volonté clairement à vos proches par le biais du Passeport de Vie ! »


En effet, le nombre de prélèvements est largement insuffisant pour couvrir le besoin en greffons, et c’est actuellement la pénurie d’organes qui constitue le frein majeur aux activités de transplantation.


Le Luxembourg : nette augmentation des donneurs en 2017 ! 


Avec seulement 3 donneurs d’organes en 2016, le Luxembourg figurait parmi les pays les moins performants affiliés à Eurotransplant. Cette année, grâce à une campagne d’information et de sensibilisation extensive réalisée avec le concours de l’association « Protransplant », nous avons pu bénéficier de 8 dons d’organes jusqu’à présent. Néanmoins, le Luxembourg reste lanterne rouge dans la zone Eurotransplant.

Au 1er janvier 2017, il y avait 14.533 patients inscrits sur la liste d’attente d’Eurotransplant pour une transplantation auprès d’Eurotransplant. Situé aux Pays-Bas, Eurotransplant assure la répartition et l’attribution des greffons pour la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Slovénie et la Croatie.


Eurotransplant œuvre pour une utilisation optimale des organes disponibles, en établissant la meilleure combinaison possible entre les organes disponibles et les receveurs.


En plus, le programme « Eurotransplant Senior » gère l’attribution des organes prélevés auprès des donneurs âgés de plus de 65 ans, qui seront proposés à des receveurs de plus de 65 ans, sachant que la qualité fonctionnelle des greffons prélevés se dégrade au fur et à mesure que les donneurs avancent en âge, mais que grâce à ce programme des patients âgés pourront également bénéficier d’une greffe.


Au Luxembourg, l’activité de prélèvement et de transplantation est coordonnée par Luxembourg-Transplant, une association sans but lucratif, fondée en 1983, et affiliée à Eurotransplant.


Chaque résident du Luxembourg est donneur potentiel d’organes !


En 1982, le Luxembourg s’est doté d’une loi sur le prélèvement d’organes et de tissus humains. Cette loi précise que les organes et tissus peuvent être prélevés après le décès de chaque résident du Grand-Duché n’ayant pas, de son vivant, fait connaître, par écrit, son refus à un tel prélèvement.


Comme le souligne Lydia Mutsch : « Il y a une présomption de solidarité : on considère que chacun accepte de faire don de ses organes après sa mort, s'il n'a pas exprimé explicitement son refus. »


En pratique, les professionnels de la santé confrontés à un cas de donneur potentiel recueillent néanmoins toujours le consentement des proches ou de la famille du défunt. C’est pourquoi, le ministère de la Santé, en collaboration avec Luxembourg-Transplant, a créé et mis à disposition du public un dépliant d’informations sur le sujet, ainsi que le « Passeport de Vie », petite carte au format de carte bancaire, sur laquelle son porteur peut exprimer sa décision au sujet du don d’organes.


Le témoignage de sa décision facilitera le travail des équipes médicales, sachant que la procédure de transplantation est une course contre la montre. Il soulagera les proches d’une lourde charge émotionnelle dans une situation difficile et souvent inattendue.


Le dépliant et la carte peuvent être commandés gratuitement par téléphone ou fax (tél : 247 85569, fax : 46 75 28), ou être téléchargés sur le portail santé : www.sante.lu, et www.dondorganes.lu, où on peut aussi trouver de nombreuses réponses à ses questions relatives au don d’organes.


La décision inscrite sur le Passeport de Vie n’est ni enregistrée ni déposée auprès d'une instance officielle. Il faut penser à garder toujours sa carte sur soi, de préférence avec sa carte d’identité. Si la situation d’un décès, inopiné le plus souvent, se présente, c’est là où le personnel de secours et de soins vérifiera en premier.

Que ce soit pour ou contre, il est important de faire connaître sa volonté de son vivant et d’en parler à ses proches. Se munir d’un Passeport de Vie et le garder toujours sur soi permet de témoigner de son choix !

Application pour le don d’organes : un petit clic qui peut sauver des vies !


Le ministère de la Santé a également lancé une application disponible sur iPhone et Android, pour exprimer sa volonté au sujet du don d’organes.


L’application appelée « Passeport de Vie » permet en quelques clics d'exprimer sa volonté, et d’en informer ses proches en toute confidentialité. Elle permet également de commander un "Passeport de Vie", et de partager sa décision sur les réseaux sociaux, afin d’encourager son entourage à en faire de même.


À ce jour, cette application a été téléchargée 2.226 fois et l’année dernière, environ 6.900 brochures et 16.000 cartes de donneurs d'organes ont été commandées et envoyées aux demandeurs par la Direction de la santé.


Devenez actifs !


Afin de célébrer la journée mondiale du don d’organes et d’informer la population sur cette situation alarmante qu’est la pénurie d’organes, en rappelant que le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité qui sauve des vies, le ministère de la Santé participera au 9ème Marathon d’Indoor Cycling organisé par Luxembourg-Transplant à la Foire Luxexpo, le dimanche 15 octobre 2017, de 10h00 à 18h25.

  • Dernière modification le 17-10-2017