1er décembre : Journée Mondiale de lutte contre le sida 2017 - « Ma santé, mes droits »

La Journée mondiale de lutte contre le sida, qui est commémorée chaque 1er décembre depuis 1988, invite le monde entier à riposter activement contre la propagation du VIH et à montrer sa solidarité à l'égard des personnes séropositives. Mettre fin à l’épidémie du sida est aujourd’hui bien plus qu’un devoir historique en mémoire de toutes les personnes qui sont mortes de la maladie : cela représente également une occasion unique pour construire les bases d’un monde plus sain, plus juste et plus équitable pour les générations futures.

Faits et chiffres, dans le monde et en Europe 

Depuis la découverte des premiers cas de sida il y a plus de 35 ans, 78 millions de personnes ont été infectées par le VIH, et 35 millions sont décédées de maladies liées au sida. Dès ses débuts en 1996, ONUSIDA a piloté et inspiré les leaderships locaux, nationaux, régionaux et internationaux, et a encouragé l’innovation et les partenariats, pour faire en sorte que le VIH appartienne un jour définitivement au passé.

D’après ONUSIDA, les signes sont encourageants :

  • Depuis 2010, les nouvelles infections par VIH chez les adultes ont diminué d’environ 11 %, passant de 1,9 millions à 1,7 millions en 2016.
  • En 2016, 1 million de personnes sont mortes des suites de maladies liées au sida dans le monde, contre 1,9 millions en 2005, et 1,5 millions en 2010.
  • Sur les 36,7 millions de personnes qui vivent dans le monde avec le VIH, 20,9 millions (54 %) avaient accès au traitement antirétroviral en juin 2017.

Le Luxembourg soutient la stratégie ambitieuse de l’ONUSIDA dite 90-90-90 qui prévoit une accélération de la lutte contre le VIH/SIDA avec la vision de mettre fin au sida comme épidémie d’ampleur mondiale d’ici 2030. Pour cela, 90 % des personnes porteuses du virus doivent être dépistées, 90 % parmi celles qui sont testées positives doivent être traitées, et enfin 90 % des personnes traitées doivent rester adhérentes au traitement et atteindre une charge virale indétectable. Cette campagne de plaidoyer mondial est parrainée par le Luxembourg depuis le 1er janvier 2015. M. Marc Angel, Président de la Commission des Affaires étrangères et de la Coopération au développement à la Chambre des députés, est l’ambassadeur spécial de cette initiative 90-90-90.

La Suède a été le premier pays ayant déclaré avoir atteint ces objectifs.

Cependant, la région européenne de l’OMS est la seule région dans le monde entier où le nombre de nouvelles infections à VIH augmente toujours. Avec plus de 160.000 personnes nouvellement diagnostiquées séropositives, cette tendance s’est confirmée en 2016. Or, la moitié (51 %) des diagnostics de VIH rapportés surviennent tardivement, dans un état avancé d'infection.

Les nouvelles données de l’ECDC (European centre for disease prevention and control) montrent que l'Europe doit faire plus d’efforts encore dans sa lutte contre le VIH. Plus de 29.000 nouvelles infections au VIH sont rapportées dans les pays de l'EU/EEA chaque année, et le délai de diagnostic est d’environ trois ans après l'infection, ce qui est beaucoup trop long.

Le secteur de la santé est une des priorités de la Coopération luxembourgeoise, représentant plus de 20 % de l’APD bilatérale nette. La Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire, du ministère des Affaires étrangères et européennes s’engage depuis de maintes années dans la lutte contre le VIH/sida et le droit à la santé pour tous.

Afin de donner une réponse cohérente et à long terme à cet objectif global, la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire a conclu des partenariats avec des agences multilatérales et fonds, notamment l’ONUSIDA, l’OMS et le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ainsi que des ONG actives dans ce domaine au Luxembourg et dans les pays en développement.

L’action luxembourgeoise veille à cibler les populations vulnérables et marginales afin que personne ne soit laissé pour compte. Par ailleurs, la Coopération attribue une place particulière à l’égalité des genres, laquelle est intégrée dans toutes les interventions bi - et multilatérales contribuant ainsi à la santé maternelle et infantile.

Au Luxembourg : Situation préoccupante auprès des usagers de drogues

En 2016, le nombre de nouveaux cas d’infections au VIH recensés au Luxembourg a atteint un triste record, avec 98 patients, dont 73 hommes et 25 femmes. Ces chiffres ressortent du rapport d’activité 2016 que le Comité de surveillance du SIDA, des hépatites infectieuses et des maladies sexuellement transmissibles vient de publier.

Le mode de contamination principal reste les rapports hétérosexuels (39), suivi de près par les rapports homos- et bisexuels (32) et l’usage de drogues par voie intraveineuse (21), surtout dans le groupe d’âge des 26-35 ans.

L’augmentation importante du nombre d’infections auprès des usagers de drogues par voie intraveineuse ces dernières années est très préoccupante, d’autant plus que le Luxembourg dispose à ce jour d’une grande diversité d’offres de réduction des risques.

Au-delà des actions de dépistage et des campagnes d’information, il est essentiel de développer des stratégies nouvelles complémentaires dans le cadre de la finalisation du nouveau plan d’action national SIDA, pour endiguer cette flambée épidémique chez les UDI, marginalisés et en grande précarisation sociale pour la plupart.

« La seule condition pour avoir accès aux traitements antirétroviraux, pour éviter les maladies opportunistes liées au sida, et pour éviter de transmettre le virus, est de faire le test de dépistage ! », martèle la ministre de la Santé, Lydia Mutsch.

Elle rappelle également la nécessité de lutter contre les préjugés et la discrimination, dont bon nombre de personnes séropositives sont encore victimes.

Evènements Journée Mondiale de lutte contre le sida - 1er décembre 2017

Au Luxembourg, le 1er décembre sera marqué par diverses activités:

Á la gare de Luxembourg

  • distribution de préservatifs en début de matinée
  • de 11h à 15h :  Présence de l’Unité Mobile DIMPS (Dispositif d’Intervention Mobile pour la Promotion de la Santé Sexuelle) pour offrir, à toute personne désireuse de le faire, un test de dépistage du VIH, rapide, anonyme et gratuit. Le dépistage reste la pierre angulaire de la prévention du VIH!

Oekozenter, 6 rue Vauban à Luxembourg

  • à partir de 8h30 : Ateliers d’information pour lycéens, animés par les différents acteurs nationaux experts dans le VIH, tels que le service HIV Berodung de la Croix-Rouge, la Division de la Médecine Préventive du ministère de la Santé, le Luxembourg Institute of Health, le Service National des Maladies Infectieuses du Centre Hospitalier de Luxembourg, Paticka asbl, et l’ONG Stop Aids Now/Acces.
  • à partir de 16h30: ouverture au public de l’exposition « Sida, 35 ans après » et présentation des différents projets artistiques réalisés dans le cadre du concours « Preventive Art : Demistify Condom ». Ces projets, réalisés à l’aide de préservatifs, ont été créés tant par de jeunes lycéens que par des participants adultes. Une remise de prix aura lieu pour les projets primés par le service HIV Berodung de la Croix-Rouge. Enfin, les photos du projet « Red », initié par l’asbl Paticka, seront également exposées.

Théâtre des Capucins à Luxembourg

En ce 1er décembre, Stop Aids Now/Acces fête aussi ses 25 ans, et invite à sa manifestation au Théâtre des Capucins à Luxembourg. Veuillez trouver le programme ci-dessous.

Afin de donner de la visibilité à l’engagement à long terme, à travers les agences multilatérales, la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire mettra en place des actions sur les médias sociaux sous le slogan « ma santé, mes droits » .

  • Dernière modification le 30-11-2017