|     | 
Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Prélèvement vaginal (examen bactériologique d'un)


Quelles sont les précautions particulières à prendre?

Le prélèvement est effectué de préférence au laboratoire ou doit y être acheminé rapidement. Il est recommandé de ne pas faire de toilette intime avant le prélèvement.

Il est également préférable de réaliser le prélèvement en dehors des périodes de règles.

Un traitement par antibiotique ou antifongique gêne l'interprétation de cet examen et doit impérativement être signalé.

A quoi sert cette analyse?

L'examen d'un prélèvement vaginal permet de faire le diagnostic d'infection génitale chez la femme (il s'agit le plus souvent d'une infection sexuellement transmissible).

  • Le prélèvement est observé au microscope (c'est l'examen direct) afin de rechercher la présence de globules blancs (ou leucocytes), de globules rouges (ou hématies) et d'éventuels microbes.
  • Puis une culture est réalisée sur milieux appropriés pour identifier une bactérie (ou un champignon microscopique) éventuellement responsable de l'infection et réaliser un antibiogramme.
  • La recherche de certaines bactéries particulières (les chlamydiae et les mycoplasmes) nécessite la mise en oeuvre de techniques particulières; elle est impérativement demandée spécifiquement par le médecin au laboratoire.
Un test particulier nommé "test à la potasse" est pratiqué: il permet le diagnostic de vaginose, affection due à la prolifération de bactéries nommées Gardnerella vaginalis et Mobilincus sp.

Quelles sont les valeurs normales?

Des bactéries sont normalement présentes dans le vagin: ce sont les lactobacilles ou flore de Döderlein.

En cas d'infection vaginale, il existe un déséquilibre de la flore normale: le microbe responsable de l'infection a proliféré au dépend des lactobacilles qui sont alors en nombre diminué, voire absents.

Il ne doit normalement pas y avoir de bactéries pathogènes dans le vagin (chlamydiae, mycoplasmes, gonocoques). Il ne doit pas non plus y avoir de Trichomonas vaginalis, un parasite responsable d'une infection nommée trichomonase.

Comment est interprété le résultat?

L'examen direct permet d'observer s'il existe un déséquilibre de la flore bactérienne normale du vagin. Une infection vaginale entraîne une inflammation, qui se traduit par une augmentation du nombre des leucocytes qui sont le plus souvent des polynucléaires neutrophiles.

Après culture sur milieux appropriés, peut être isolée une bactérie ou un champignon (il s'agit généralement de Candida albicans, responsable de candidose). Les bactéries responsables d'infection vaginale sont essentiellement Neisseria gonorrheae ou gonocoque, Gardnerella vaginalis, les chlamydiae et les mycoplasmes. La culture nécessite 18 à 24 heures d'incubation à 37°C. La bactérie peut alors être identifiée et un antibiogramme peut être pratiqué. Ses résultats ne sont obtenus que le lendemain car une deuxième culture est nécessaire.

Auteur : Carole Emile, Pharmacien Biologiste

Mis à jour le : 15-01-2007


Ce dictionnaire est édité par la société E-santé S.A., une société à vocation européenne présente en France et en Belgique par ses portails santé e-sante.fr, e-sante.be et e-gezondheid.be.

Le Portail Santé vous offre de l’information, il ne remplace pas votre médecin. Si vous souffrez ou présentez des symptômes, consultez votre médecin.

Haut de page

 

Ce dictionnaire est édité par la société E-santé S.A., une société à vocation européenne présente en France et en Belgique par ses portails santé e-sante.fr, e-sante.be et e-gezondheid.be.

Le Portail Santé vous offre de l’information, il ne remplace pas votre médecin. Si vous souffrez ou présentez des symptômes, consultez votre médecin.

Haut de page