Affection de la région anale

Causes

Parmi les symptômes les plus fréquents de la région anale, se trouvent la douleur, les saignements, les masses et les démangeaisons. Contrairement à ce que bien des gens pensent, les hémorroïdes ne sont pas toujours en cause.

Il peut également s'agir d'une fissure, d'un abcès, d'un ulcère, d'une marisque ou d'un condylome ou d'autres causes plus rares.

Douleur

Douleur avec ou sans saignement

  • Thrombose hémorroïdaire. Il s'agit de la formation d'un caillot dans une hémorroïde externe qui provoque une douleur aiguë s'intensifiant rapidement. Sous l'effet de la pression, celle de la défécation notamment, le caillot peut éclater, ce qui entraînera des saignements, mais soulagera la douleur.
  • Fissure anale. Une douleur qui survient au moment de la défécation, ou immédiatement après, est caractéristique de la fissure anale. Cette petite déchirure de la muqueuse dans le canal anal survient souvent au moment du passage d'une selle dure. Dans bien des cas, on peut voir une légère trace de sang sur le papier hygiénique ou à la surface des selles.
  • Abcès anal. De petites glandes situées au pourtour de l'anus et dont le rôle est incertain se vident par un canal très étroit, à l'intérieur de l'anus. Si ce canal est obstrué, pour une raison inconnue, la glande s'infecte et un abcès se forme. La douleur constante augmente lentement et n'est pas liée à l'évacuation de la selle. Habituellement, il n'y a pas de saignement.
  • Ulcère anal. Petite excavation (trou) qui cause parfois de la douleur, mais sans saignement. L'ulcère peut signaler la présence d'un herpès, d'un cancer ou être le résultat de pratiques sexuelles
    anales.

Saignements

Saignements sans douleur

  • Hémorroïdes internes. Les hémorroïdes sont des veines situées près de l'anus et du rectum qui se sont progressivement dilatées à cause d'efforts intenses et répétés (efforts pour déféquer, accoucher, etc.). Cette dilatation indolore survient d'abord à l'intérieur du rectum. Un sang rouge clair tache les sous-vêtements, le papier hygiénique et colore l'eau de la cuvette.
  • Tumeur bénigne (polype) ou maligne au niveau du rectum ou du côlon. Un polype doit toujours faire l'objet d'un examen, car le traitement précoce d'un polype malin peut être curatif et éviter des complications graves, voire mortelles. Il arrive que du sang soit mêlé aux selles ou invisible (saignement occulte, dont la présence peut alors être soupçonnée à cause d'une anémie ou lors d'un examen de dépistage). On remarque parfois un changement d'aspect des selles (forme ou calibre).

Masses, enflures

  • Hémorroïdes externes. Les efforts physiques peuvent parfois faire " sortir " les hémorroïdes près de l'ouverture de l'anus. On constate alors leur présence au toucher (elles peuvent être grosses comme un petit pois ou même comme un oeuf). Habituellement indolores, elles peuvent toutefois entraîner un certain inconfort et de la démangeaison. Elles ne saignent généralement pas.
  • Marisques. Ces petites languettes de peau étirée au niveau de l'anus ne provoquent ni douleur ni saignement et constituent la majorité des masses anales. Les marisques s'observent après la résorption du caillot d'une thrombose hémorroïdaire ou en présence d'une fissure anale chronique.
  • Condylomes. Presque toujours transmis sexuellement, ils sont causés par un virus contenu dans les sécrétions du partenaire atteint. Ces petites bosses peuvent se retrouver dans la région de l'anus, même en l'absence de contact anal, parce que les plis et l'humidité favorisent la croissance du virus.
  • Masse anale qui ne guérit pas. Il peut s'agir d'un cancer de l'anus rare.
  • Thrombose hémorroïdaire.

Démangeaisons

  • Hygiène insuffisante.
  • Hygiène excessive.
  • Excès de café. La caféine augmente la sensibilité des terminaisons nerveuses.
  • Usage prolongé de crème et d'onguents à base de corticostéroïdes. Ces produits, utilisés pour soulager la démangeaison, entraînent un cercle vicieux. En effet, le fait d'appliquer des crèmes à base de corticostéroïdes entre les fesses augmente la force du médicament (car le médicament ne s'évapore pas comme il le ferait ailleurs sur la peau). Cela entraîne la détérioration des tissus, l'aggravation des lésions causées par le grattage, encore de la démangeaison et, enfin l'apparition d'un nodule nommé granulome gluétal. Cette petite bosse sous la peau s'accompagne elle-même d'inflammation et de démangeaison. Donc, la démangeaison ne cesse pas, on remet de la crème et le problème se poursuit.
  • Diverses affections telles que le diabète, une infection à champignons, des parasites (vers), des hémorroïdes.

Conseils pratiques

Douleur

  • Prendre des bains de siège tièdes ou chauds. En cas de thrombose hémorroïdaire, ces bains permettront au caillot de se résorber et, en cas de fissure anale, de soulager la douleur, souvent causée par les spasmes du sphincter anal.
  • Prendre un analgésique. Un ou deux comprimés d'acétominophène (325 mg ou 500 mg) quatre fois par jour, jusqu'à un maximum de 4 g par jour, aideront à soulager la douleur. Des anti-inflammatoires peuvent aussi être utilisés selon la dose recommandée par le fabricant. Vous pouvez prendre un des deux médicaments ou les deux ensemble si la douleur est difficile à maîtriser.
  • Contrer la douleur hémorroïdaire. Pour les hémorroïdes et les thromboses hémorroïdaires, il existe un suppositoire qui provoque une vaso-constriction locale (cela fait diminuer l'inflammation de la veine) et qui a un effet anesthésiant. Le produit s'appelle Anurex; il est en vente libre en pharmacie et on le conserve au réfrigérateur. Vous pouvez aussi vous procurer des Tucks (lingettes imbibées de médicaments à base de calamine et d'hamamélis), qui ont des propriétés analgésiques. Ronds et de petits formats, elles sont faciles à appliquer sur les zones douloureuses.
    On les trouve en pharmacie; elles sont vendues sans ordonnance.
  • Appliquer de la pâte d'ihle. Bien que les crèmes et onguents agissent relativement peu sur le problème de base, la pâte d'ihle (pâte d'oxyde de zinc que l'on utilise pour les fesses de bébés) est un bon agent protecteur et émollient pour soulager et prévenir la douleur dans tous les types de problèmes. Évitez en général les produits à base de corticostéroïdes, car ils entraînent la détérioration des tissus de l'anus et une démangeaison tenace.
  • Faciliter la défécation en rendant les selles plus molles. Mangez davantage d'aliments riches en fibres, tels que des légumes, des fruits, des produits céréaliers à grains entiers, des légumineuses, des noix. Buvez de six à huit verres d'eau par jour. Si nécessaire, prenez un supplément de fibres.
  • Ne pas rester longtemps sur le siège des toilettes. Si vous ne parvenez pas à évacuer les selles, levez-vous au bout de quelques minutes, faites autres chose et revenez plus tard. Evitez de rester longtemps assis (à lire, par exemple) puisque cette position prolongée et les efforts répétés entraînent une congestion des veines hémorroïdaires qui peut aggraver les symptômes.
  • Mettre des compresses chaudes sur un abcès. Si vous pensez avoir un abcès, consultez un médecin. En attendant, des compresses chaudes peuvent soulager partiellement la douleur en attendant le drainage qui sera fait par le médecin.

Démangeaisons

  • Eviter de se gratter même si c'est difficile.
  • Bien s'essuyer, mais sans frotter. Après une selle, épongez l'anus avec du papier mouillé, sans frotter, puis séchez bien en épongeant ou avec un séchoir.
  • Porter des sous-vêtements de coton. Choisissez-les blancs de préférence et lavez-les avec un savon à lessive non parfumé. La teinture des vêtements de couleur peut en effet provoquer ou augmenter la démangeaison.
  • Éviter l'utilisation à long terme de crèmes et d'onguents à base de corticostéroïdes. Bien que ces produits apportent un soulagement temporaire, un usage prolongé entraîne des démangeaisons anales chroniques et tenaces. Utilisez plutôt de la pâte d'ihle.
  • Prendre des bains de siège tièdes ou chauds. En cas de thrombose hémorroïdaire, ces bains permettront au caillot de se résorber et, en cas de fissure anale, de soulager la douleur, souvent causée par les spasmes du sphincter anal.
  • Ne pas utiliser de savon. Un excès de savon ou un frottage trop vigoureux quand vous vous lavez peut irriter la peau.
  • Ne pas porter de vêtements qui serrent. On parle ici, par exemple, des jeans et des strings, dont la couture ou la bande élastique vient se placer entre les fesses.

Quand consulter

  • Vous remarquez la présence de sang dans vos selles. Ce signe doit être vérifié par un médecin et ne doit pas être traité sans que la cause soit clairement identifiée.
  • Vous remarquez des changements dans le volume ou la fréquence de vos selles ou encore dans la difficulté d'évacuation.
  • Vous sentez la présence d'une masse ou d'une blessure anale qui ne guérit pas ou une douleur qui persiste.
  • Vous avez un abcès ou un ulcère anal.
  • Vous continuez à ressentir de la douleur au moment de la défécation ou encore les saignements se poursuivent malgré la disparition de la constipation.
  • Vous soupçonnez la présence de parasites (vers).

Examen

Le médecin posera des questions détaillées concernant les symptômes et les habitudes intestinales. Il fera un examen clinique qui doit comprendre un toucher rectal et, généralement, une anuscopie ou une rectoscopie. Une coloscopie ou un lavement baryté sont parfois nécessaires. L'anuscopie, la rectoscopie et la coloscopie se font à l'aide d'instruments rigides ou à fibres optiques qu'on insère dans l'intestin (par l'anus) pour l'examiner et, si nécessaire, en prélever de petits fragments. Si on soupçonne la présence d'un cancer de l'anus ou d'herpès, une biopsie est pratiquée.

Traitement

Thrombose hémorroïdaire et hémorroïdes

La majorité des thromboses hémorroïdaires se résorbent d'elles-mêmes, entraînant une disparition de la douleur et de l'enflure en l'espace de quelques jours. Dans certains cas, des analgésiques comme l'ibuprofène à forte dose ou des crèmes à base d'analgésiques ou de cortisone seront nécessaires pour soulager la douleur. Il arrive parfois que le médecin doive percer la thrombose avec un bistouri pour faire diminuer la pression. Cela fait disparaître la douleur et enclenche le processus de guérison.
Les hémorroïdes internes qui saignent sont souvent ligaturées avec des bandes élastiques. Un appareil permet de visualiser l'hémorroïde interne, de l'agripper et de l'entourer d'un élastique très serré qui empêche le sang de circuler dans l'hémorroïde, de sorte qu'elle s'atrophie, sèche et tombe après quelques jours. Ce traitement, sans douleur dans le cas d'hémorroïdes internes, ne peut être appliqué aux hémorroïdes externes, car il serait trop douloureux. Quant aux hémorroïdes externes, on peut les soigner à l'aide de certaines crèmes prescrites par le médecin. Elles ne sont traitées par la chirurgie que lorsqu'elles sont très importantes.

Fissure anale

Dans la majorité des cas, la fissure guérit spontanément, en l'espace de quelques jours avec une alimentation riche en fibres et en eau. Pour une raison inconnue, elle devient parfois chronique. Si elle persiste ou revient trop fréquemment, cela peut nécessiter un traitement médicamenteux ou chirurgical.

Abcès anal

L'abcès anal doit être drainé; cela peut survenir spontanément, mais généralement une intervention mineure sous anesthésie locale est nécessaire. Par la suite, la douleur disparaît.

Ulcère anal

Le traitement adéquat sera immédiatement entrepris selon la cause. Si l'ulcère résulte de pratiques sexuelles anales, il guérira tout seul. Le médecin suggérera également au patient d'utiliser des crèmes lubrifiantes.

Tumeur bénigne (polype) ou maligne

Une chirurgie mineure sera pratiquée pour enlever les polypes anaux qui causent des symptômes. Les polypes du rectum peuvent généralement être enlevés. Si le polype est une tumeur maligne, le traitement adéquat sera immédiatement entrepris.

Marisques

Aucun traitement n'est requis. Si les marisques causent vraiment des symptômes excessifs, on pourra procéder à une chirurgie pour les enlever.

Condylomes

Le traitement consiste à détruire localement les cellules infectées qui contiennent le virus, soit par des produits chimiques, soit par cautérisation électrique, soit par le froid (cryothérapie) ou le laser. Plusieurs séances sont nécessaires pour les faire disparaître complètement et un suivi est nécessaire pendant plusieurs mois. Les relations sexuelles doivent continuer d'être protégées pendant quelque temps, car les condylomes sont transmissibles sexuellement.

Diverses affections qui causent de la démangeaison

Le traitement du diabète, des infections à champignons, des parasites (vers), etc., vient généralement à bout de la démangeaison. Souvent, aucune cause spécifique n'est trouvée et ce sont les conseils décrits plus haut qui constitueront la base du traitement.

Source

  • Auteur: Dr Ramsès Wassef, Chirurgien du côlon, Centre hospitalier de l'Université, pour la société E-santé S.A., une société présente en France et Belgique (e-sante.fr, e-sante.be et e-gezondheid.be)
  • Source: Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
  • Dernière modification le 19-10-2015