Cancer du rein

Symptômes

C'est souvent fortuitement que l'on découvre un cancer du rein, en général à l'occasion d'une échographie faite pour une autre raison (c'est également pour cela que l'on vérifie toujours les reins pendant une échographie de l'abdomen).

Les signes urinaires sont une fois sur deux à l'origine du diagnostic: découverte de sang dans les urines soit visible à l'oeil nu, soit sur une bandelette réactive, douleurs ou masse des fosses lombaires (rappelons que les fosses lombaires ne correspondent pas au bas de la colonne vertébrale, mais aux régions droite et gauche situées de part et d'autre).

Causes

Il n'y a pas véritablement de cause directe du cancer du rein, mais on sait que le tabac, l'obésité et peut-être l'exposition à l'amiante sont des facteurs de risque. Il existe également des formes familiales que l'on retrouve dans 3 % des cas. La plus connue s'appelle le syndrome de Von Hippel-Lindau.

Quand consulter

Les signes généraux comme la fatigue et la fièvre n'orientent pas spontanément vers un problème rénal, mais doivent conduire à consulter s'ils persistent. Quant aux métastases, elles peuvent se situer dans les poumons, les ganglions, les os (douleurs osseuses), le foie et le cerveau.

Examen

Quand un cancer du rein est suspecté, le premier examen à pratiquer est une échographie qui permet d'emblée de vérifier s'il s'agit d'un problème tumoral ou de toute autre trouble rénal (les tumeurs du rein sont détectées 6 à 8 fois sur 10 par une simple échographie).

Le scanner permet d'affiner ce diagnostic, de confirmer ou d'infirmer l'échographie si celle-ci est douteuse, de préciser l'extension régionale du cancer.

La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) est intéressante pour diagnostiquer les petites tumeurs.

Enfin, l'Urographie-IntraVeineuse (UIV) est indispensable si on suspecte une tumeur touchant les canaux urinaires. Cet examen se fait par injection intraveineuse d'un produit iodé dont on suit l'excrétion rénale en temps réel. Il permet d'obtenir des images morphologiques des reins, mais également d'apprécier leur fonctionnement.

Pour la recherche des métastases, on réalise une radio des poumons, un scanner du thorax et de l'abdomen, une échographie de l'abdomen, une scintigraphie osseuse (si des métastase osseuses sont suspectées), et parfois une RMN (diagnostic des métastases cérébrales, avec le scanner). Enfin, une prise de sang permettra de rechercher une anémie (manque de globules rouges), ou au contraire une polyglobulie (excès de globules rouges) ou une hypercalcémie.

Traitement

Le traitement du cancer du rein repose principalement sur la chirurgie. Il consiste à faire l'ablation du rein et des tissus environnants (graisse, ganglions…). La chirurgie peut, à elle seule, guérir un cancer du rein s'il est peu évolué ou débutant.

Dans certains cas précis (en cas de tumeur sur rein unique par exemple), on peut envisager d'enlever la tumeur sans ôter le rein. La chirurgie rénale commence à être pratiquée par coelioscopie, mais cette technique est encore en évaluation.

En cas de cancer évolué ou avec des métastases, un nouveau type de traitement peut être utilisé (peu de cancers peuvent en bénéficier), l'immunothérapie. Il ne s'agit pas d'une chimiothérapie classique mais de substances comme l'interféron agissant par des mécanismes immunitaires, et dont l'efficacité commence à être démontrée. Les chimiothérapies, elles, sont décevantes dans ce type de cancer.

Source

  • Auteur : Dr Renaud Guichard
  • Source : Questions sur le cancer. Editions Milan. Collection Les Essentiels Milan. Le cancer. Dr Rouessé, Editions Le Cavalier Bleu. Collection Idées Recues N°4. Le cancer, Pr Tubiana, Editions Puf. Collection Que Sais-Je ? N° 11.
  • Dernière modification le 19-10-2015