Cycle féminin et ses troubles

Définition

Le plus souvent, les règles sont le seul signe visible de l'existence d'un cycle menstruel. Elles sont le résultat de l'action des estrogènes sur la muqueuse de l'utérus, appelée endomètre. Les troubles du cycle sont dans leur grande majorité bénins et ne constituent pas une menace pour la santé. Néanmoins, chaque femme présentant ces perturbations de la régularité menstruelle constitue un cas particulier et doit être traitée selon ses désirs et ses possibilités.

Le cycle menstruel, temps compris entre deux périodes de règles, peut schématiquement être subdivisé en trois phases:

  • la première au cours de laquelle l'ovaire prépare l'ovulation et ne sécrète que les oestrogènes;
  • la deuxième est représentée par l'ovulation avec libération de l'ovule;
  • la troisième est marquée par la présence du corps jaune qui sécrète oestrogènes et progestérone jusqu'à son involution au bout de 12 à 14 jours, provoquant l'apparition des règles.

Causes

L'absence d'ovulation empêche la formation d'un corps jaune, à l'origine de la sécrétion de progestérone qui exerce normalement un effet régulateur. En revanche, des quantités variables d'oestrogènes restent en circulation, maintenant une imprégnation continue de l'endomètre utérin. Ce sont les fluctuations de la sécrétion d'oestrogènes qui entraînent des métrorragies au niveau de l'endomètre. La métrorragie fonctionnelle est une perturbation fréquente qui peut même se produire au cours de la vie génitale d'une femme habituellement bien réglée.

La cause exacte des ménorragies fonctionnelles est mal connue. Le corps jaune pourrait être en cause, ne produisant pas assez de progestérone par rapport aux oestrogènes: l'endomètre serait ainsi mal préparé à desquamer et, au cours des règles, mettrait plus longtemps à s'éliminer complètement, d'où les ménorragies. Un problème circulatoire est également évoqué, comme une stase veineuse exagérant le saignement menstruel physiologique.

Conseils pratiques

  • Savoir qu'il n'y a pas de normes en ce qui concerne la durée et l'abondance des règles. Il s'agit d'un facteur propre à chaque femme, l'essentiel étant que les règles soient régulières. Certaines femmes peuvent ainsi être amenées à croire à tort qu'elles saignent trop ou trop peu.
  • Ne pas s'inquiéter en cas de modifications menstruelles passagères et sans conséquence.

Quand consulter

  • Vous constatez un saignement génital survenu brutalement, assez abondant avec éventuellement des caillots, alors que vous êtes par ailleurs bien réglée. Il s'agit alors vraisemblablement d'une métrorragie accidentelle.
  • Vous saignez plusieurs fois par mois. Vous pouvez également rester parfois plus d'un mois sans règles. Vos cycles sont plutôt anarchiques. Ces métrorragies fonctionnelles sont relativement fréquentes au moment de la puberté et également pendant la période précédant la ménopause.

Examen

Le médecin doit s'assurer que l'hémorragie génitale est bien fonctionnelle. Pour cela, il faut éliminer les affections pouvant s'accompagner de troubles du cycle, comme par exemple des pathologies de la thyroïde, la prise de certains médicaments, un stress émotionnel ou une perturbation psychologique.

L'examen gynécologique permet de vérifier que le sang provient bien de l'utérus et d'éliminer une lésion du vagin ou du col utérin. L'examen doit également éliminer une grossesse débutante ou une grossesse extra-utérine, avec si besoin une échographie. Des examens complémentaires comme une hystérographie, une hystéroscopie ou une biopsie de l'endomètre peuvent également être pratiqués selon le contexte clinique.

En cas de métrorragies, les dosages hormonaux sont le plus souvent inutiles et l'observation d'une simple courbe thermique (prise quotidienne de la température pendant un cycle menstruel) permet de constater l'absence d'ovulation et donc d'affirmer le caractère fonctionnel des métrorragies.

Traitement

Le but du traitement est d'abord d'arrêter les saignements et ensuite de les empêcher de récidiver. Les métrorragies fonctionnelles sont supprimées par la prise de progestatifs de synthèse (dérivés de la progestérone), pendant 10 à 14 jours. A l'arrêt du traitement, l'endomètre s'élimine et des règles apparaissent, qui vont durer quelques jours et s'arrêter spontanément. Si les métrorragies se reproduisent, un traitement par progestatif au long cours sera alors proposé, afin de bien contrôler l'endomètre et d'induire des cycles réguliers.

Dans le cas de ménorragies fonctionnelles, un traitement par toniques veineux sera prescrit dans un premier temps, parfois associé à des médicaments coagulants à faibles doses avant et pendant les règles. Si les ménorragies persistent après plusieurs cycles sous ce traitement, un progestatif de synthèse est alors ajouté, à la dose la plus faible possible.

Source

  • Auteur : Dr Sylvie Coulomb
  • Source : Guide pratique de gynécologie. C. Pélissier-Langbort. Médiguides. MMI Editions, 2001. Gynécologie (édition 2002-2003). F. Audibert. Estem
  • Dernière modification le 19-10-2015