Douleur et gonflement des testicules

Symptômes

La douleur testiculaire ou la présence d'un renflement sont des causes fréquentes de consultation. Le problème peut être bénin, mais parfois des soins immédiats sont nécessaires si on veut préserver la fonction sexuelle ou reproductrice. Bien que rare, le cancer des testicules est le cancer le plus fréquent chez les hommes âgés de 15 à 35 ans.

Douleur aiguë

  • En présence d'une torsion du testicule, la douleur apparaît subitement, elle est très intense, s'accompagne parfois de nausées et n'est soulagée ni par le mouvement ni par le repos.
  • Douleur subite, vive et localisée, causée par une rupture du réservoir, chez un homme vasectomisé.
  • Dans le cas d'une infection, la douleur apparaît en l'espace de quelques jours, le testicule augmente de volume, la fièvre est souvent présente et la douleur est un peu soulagée par la position assise ou par le fait de soulever le scrotum.
  • La douleur apparaît subitement à la suite d'un traumatisme et le scrotum peut prendre une couleur bleutée.

Douleur chronique

  • La douleur persiste depuis des semaines, voire des mois ou des années.
  • Sensation de malaise ou de lourdeur dans les testicules.
  • Elle s'accompagne parfois d'une augmentation du volume du scrotum.
  • Elle s'accompagne parfois d'une douleur au dos.
  • Aucun autre symptôme dans la grande majorité des cas.

Bosse ou induration à l'intérieur du testicule

  • Bosse relativement dure.
  • Elle ne s'accompagne pas nécessairement de douleur.

Causes

Douleur aiguë

  • Torsion du testicule
    Cette affection très douloureuse peut affecter un individu à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les enfants. Il s'agit d'une urgence. Pour sauver le testicule, on doit remédier à la situation dans les quatre à six heures qui suivent.
  • Réservoir qui ne se vide pas normalement chez un homme récemment vasectomisé, cette affection n'est ni sérieuse ni urgente.
  • Infection du testicule (ou épididymite, l'épididyme étant le réservoir du testicule)
    L'infection peut être due à une maladie sexuellement transmissible (MST) surtout chez les jeunes qui ont une vie sexuelle à risque, ou à un autre type de bactérie. Il s'agit également d'une urgence.
  • Traumatisme
    Situation d'urgence là aussi, surtout si le scrotum prend une couleur bleutée : cela peut indiquer une déchirure de l'enveloppe interne du testicule. On a environ 12 heures pour agir. Plus on intervient rapidement, plus on a de chance de préserver la fertilité.
  • Oreillons qui provoquent parfois l'inflammation des testicules.

Douleur chronique

  • Kystes sur l'épididyme (spermatocèles).
  • Accumulation d'eau autour des testicules (hydrocèle).
  • Kystes sur le cordon spermatique (structure reliant le testicule à la cavité abdominale).
  • Varices autour du testicule (varicocèles)
    Les varices causent une obstruction dans le circuit sanguin, ralentissant la circulation du sang. Il en résulte une vascularisation diminuée du testicule et une production affaiblie de spermatozoïdes.
  • Hernie d'origine abdominale
    Par exemple, l'intestin fait une intrusion dans le scrotum).
  • Hernie discale ou nerf coincé au niveau de la colonne vertébrale
    Cela peut entraîner une douleur dans le testicule.

Bosse ou induration dans le testicule

  • Cancer des testicules (peu fréquent)
    Habituellement, la maladie se manifeste par une bosse indolore qui déforme les testicules. La bosse n'apparaît que sur un seul côté du scrotum.

Conseils pratiques

Effectuer un auto-examen des testicules chaque mois

À tout âge, un auto-examen mensuel est la meilleure façon de détecter un cancer, une hydrocèle ou une varicocèle. Faites-le de préférence sous la douche, parce que le scrotum est alors plus souple. Roulez chaque testicule entre le pouce et les autres doigts de la main afin de détecter toute bosse, induration ou irrégularité (à part l'épididyme). Cet auto-examen est particulièrement important pour les hommes opérés en bas âge pour un testicule incomplètement descendu, car ils sont 20 fois plus à risque de contracter un cancer des testicules.

En cas de douleur chronique seulement

  • Prendre des bains chauds
    Cela soulagera la douleur et stimulera la circulation sanguine.
  • Porter un suspensoir athlétique
    Dans certains cas, le médecin pourra vous conseiller de porter un suspensoir athlétique. Il s'agit d'un sous-vêtement qui procure un soutien particulier aux testicules. On le trouve en pharmacie. Vous pouvez également porter un sous-vêtement en tissu solide qui soutient bien.
  • Ne pas ignorer une douleur subite et intense
    Il en va de la survie de la fonction testiculaire.
  • Ne pas modifier ses activités sexuelles
    Il n'y aucune raison de modifier vos habitudes en cas de douleur chronique.

Quand consulter

  • Vous (ou votre enfant) éprouvez une douleur subite et intense.
  • Vous éprouvez une sensation de malaise ou de lourdeur dans les testicules.
  • Vous sentez une bosse, une induration ou un gonflement dans le testicule ou autour.
  • Vous êtes incommodé par une douleur chronique.

Examen

Douleur aiguë

On procède à un examen clinique du scrotum et des testicules. Si le médecin soupçonne une torsion mais a des doutes, une échographie ou Doppler déterminera si le testicule est vascularisé ou non. En cas de traumatisme, une échographie vérifiera s'il y a eu rupture de l'enveloppe interne des testicules. Une analyse d'urine permettra de détecter une infection.

Douleur chronique

Le médecin effectuera également un examen clinique des organes externes, mais il pourra aussi recommander une échographie ainsi que des examens en neurologie ou orthopédie.

Traitement

Douleur aiguë

  • Torsion testiculaire
    Le médecin tentera une intervention manuelle pour replacer le testicule, mais on y parvient rarement, le patient souffrant trop. L'objectif consiste à gagner du temps, en attendant la chirurgie, qui s'impose.
  • Douleur chez un homme vasectomisé
    Le médecin peut conseiller un suspensoir scrotal et des analgésiques. Tout rentre dans l'ordre au bout de quelques jours ou quelques semaines, sans aucunes séquelles;
  • Infection
    Elle se traite par des antibiotiques.
  • Traumatisme
    Il peut s'avérer nécessaire de réparer le testicule ou, dans certains cas, de l'enlever. D'habitude, dans un cas comme dans l'autre, l'homme conserve ses capacités de reproduction.
  • Oreillons
    Il n'existe pas de traitement médicamenteux pour cette maladie infectieuse. La douleur aux testicules disparaît en même temps que les oreillons.

Douleur chronique

  • Kystes sur l'épididyme, sur le cordon spermatique et hydrocèle
    Ce sont des affections bénignes n'exigeant habituellement aucun traitement. On pourra opérer les kystes trop volumineux, opérer ou drainer une hydrocèle pour des raisons de confort.
  • Varicocèles
    Lorsque les varicocèles deviennent une source d'inconfort importante et que cela nuit au patient dans ses activités de tous les jours, on procède à une chirurgie pour les ligaturer. Par ailleurs, après un an d'infertilité et trois spermogrammes indiquant des résultats diminués, on en conclut que les varicocèles sont la source du problème. Le médecin les ligature et l'homme retrouve sa fertilité.
  • Hernie d'origine abdominale
    La hernie se répare par une intervention chirurgicale, mais, souvent, l'opération ne soulage pas la douleur. Sauf en cas de hernie, les chirurgies auprès des jeunes seront envisagées avec grande prudence, cas elles peuvent compromettre la fertilité.
  • Hernie discale ou nerf coincé au niveau de la colonne vertébrale
    Il est fréquent que le testicule se révèle normal à l'examen. Souvent, une investigation de la colonne vertébrale donne des résultats décevants. On a alors peu à offrir au patient, sinon de le rassurer. Des analgésiques peuvent apporter un soulagement temporaire.
  • Cancer des testicules
    Si la tumeur est cancéreuse, on procède à l'ablation du testicule. Le pronostic est excellent quand la maladie est détectée à un stade précoce.

Bosse ou induration dans le testicule

Source

  • Auteur : Dr Daniel Pharand, Urologue, Centre Hospitalier de l'Université de Montréal
  • Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
  • Dernière modification le 19-10-2015