Ménopause

Définition

La ménopause se définit comme la fin de la fonction ovarienne et se traduit par l'arrêt des menstruations. Cela signifie que la phase féconde de la vie est arrivée à son terme. Ce n'est pas une maladie: c'est un phénomène physiologique normal pour toutes les femmes. Si elle survient habituellement vers la cinquantaine, la ménopause se prépare au cours des années précédentes et est marquée par trois grandes périodes: la préménopause, la ménopause et la postménopause.

Préménopause

Celle-ci peut survenir à partir de 35 ou 40 ans. Elle se traduit par une irrégularité croissante du cycle menstruel et par des changements dans l'écoulement sanguin (plus ou moins abondant que d'habitude).

Certains troubles peuvent aussi se manifester par intermittence pour gagner en fréquence avec les années:

  • bouffées de chaleur, parfois accompagnées de sudation (sueur) nocturne;
  • perte de mémoire et de concentration;
  • insomnie;
  • fatigue;
  • envie d'uriner plus fréquente.

Ménopause

Elle se définit comme l'absence de menstruations pendant neuf à douze mois. Cela signifie que les ovaires ne produisent plus suffisamment d'hormones sexuelles (les oestrogènes et la progestérone). Ce phénomène se produit vers l'âge de 51 ans et dure de deux à cinq ans jusqu'à temps que les ovaires soient totalement inactifs.

Aux troubles déjà ressentis en phase préménopausique peuvent s'ajouter:

  • vulnérabilité émotive (tension nerveuse, anxiété, irritabilité, sentiment de dépression);
  • sécheresse vaginale avec douleurs lors des rapports sexuels;
  • maux de tête;
  • douleurs musculaires;
  • gain de poids (lié au ralentissement du métabolisme);
  • diminution de la libido.

Postménopause

C'est la période qui suit la ménopause. En général, à part la sécheresse vaginale qui persiste, les troubles de la ménopause disparaissent au fur et à mesure que l'organisme s'adapte au nouvel équilibre hormonal. Néanmoins, certaines femmes ressentent des bouffées de chaleur jusqu'à un âge avancé.

Causes

Prévenir ou diminuer les bouffées de chaleurs

Ce sont les troubles les plus fréquents de la ménopause: entre 50 % et 75 % des femmes les ressentent. Ils se manifestent comme une sensation de chaleur débutant au niveau de la poitrine et progressant vers le cou et le visage. Ils résultent d'une dilatation des vaisseaux sanguins tout à fait normale. Rafraîchissez-vous souvent (ventilateur, éventail, vaporisateur d'eau, etc.). De plus, mangez six petits repas par jour plutôt que trois gros, ce qui maintiendra le métabolisme à une vitesse régulière et évitera les augmentations de température. Enfin, buvez beaucoup d'eau (de six à huit verres par jour) pour maintenir le corps à une bonne température.

Il vous est également conseillé d'éviter:

  • les aliments brûlants et épicés;
  • l'alcool, le café, le thé;
  • les changements brusques de température (passer d'une pièce climatisée à une chaleur excessive, par exemple);
  • les douches et bains très chauds, le sauna;
  • les vêtements en fibres synthétiques (qui emprisonnent la chaleur);
  • l'exposition prolongée au soleil.

Adopter de bonnes habitudes de vie

Une alimentation équilibrée, l'abandon du tabagisme et la pratique régulière d'une activité physique n'auront jamais été aussi importants pour prévenir l'ostéoporose, les maladies cardiaques et l'obésité.

Établir une bonne relation avec son médecin

Choisissez-en un avec qui vous serez à l'aise et préparez vos consultations en écrivant toutes les questions qui vous semblent importantes. Si vous craignez d'oublier les recommandations du médecin, notez-les.

Penser à soi

La période qui entoure la ménopause s'accompagne habituellement de grands bouleversements: les enfants partent, le conjoint prend sa retraite. C'est l'occasion pour la femme de faire le point sur sa vie. Profitez-en pour vous retrouver et faire ce dont vous avez envie.

Quand consulter

  • Certains symptômes vous préoccupent.
  • Vous cherchez des réponses précises sur la ménopause.
  • Vous avez 50 ans. Il est conseillé de consulter tous les ans.

Examen

Le médecin procédera à un questionnaire et à un examen complet. Des tests préventifs pourront être prescrits: mammographie, dépistage du cancer du col de l'utérus, examen de la glande thyroïde, évaluation du taux de cholestérol et de sucre.

Traitement

Préménopause

Afin d'éliminer les troubles, la femme qui a encore besoin de contraception peut utiliser la pilule contraceptive. À condition toutefois qu'elle ne présente aucune contre-indication en cas de tabagisme, de maladie coronarienne, de troubles vasculaires, d'hypertension ou de diabète.

La pilule protège également contre l'ostéoporose, le cancer de l'ovaire et de l'utérus.

Ménopause et postménopause

L'hormonothérapie (en pilule, timbre ou gel) constitue le meilleur traitement pour bien vivre la ménopause. Elle consiste à remplacer, dans les mêmes quantités, les hormones sexuelles que les ovaires ne produisent plus, soit les oestrogènes et la progestérone (les femmes qui n'ont plus d'utérus reçoivent seulement des oestrogènes). Beaucoup de gens croient que ces hormones sont des produits chimiques dangereux. C'est faux. La plupart d'entre elles sont extraites d'animaux ou de végétaux.

L'hormonothérapie (ou hormones de remplacement) contrôle les symptômes incommodants. De plus, elle protège contre l'ostéoporose (qui touche 1 femme sur 4) et les maladies cardiaques (première cause de décès chez les femmes de plus de 50 ans). En fait, grâce à l'hormonothérapie, les risques d'être atteinte d'ostéoporose ou de faire une crise cardiaque diminuent de 50 %.

Plusieurs femmes craignent que l'hormonothérapie n'augmente les risques de cancer de l'utérus et de cancer du sein. Qu'elles se rassurent en ce qui concerne le cancer de l'utérus, car la progestérone a un effet protecteur.

Pour le cancer du sein, les résultats des études sont contradictoires. Une chose est sûre : pendant les cinq premières années l'hormonothérapie n'augmente pas les risques. De plus, s'il n'y a pas d'antécédents dans la famille, le danger reste très faible. Par ailleurs, l'examen médical annuel, de même qu'une mammographie tous les deux ans permettent de détecter tout problème.

En définitive, l'hormonothérapie constitue la meilleure protection de la femme ménopausée et peut se poursuivre toute la vie. Toutefois, elle n'est pas obligatoire. Toute femme ménopausée qui souhaite y recourir doit savoir qu'elle peut à tout moment revenir sur sa décision, mais que les risques liés à la déficience hormonale ovarienne réapparaissent dès l'abandon du traitement.

Pour la femme qui refuse l'hormonothérapie, d'autres traitements préventifs spécifiques peuvent lui être offerts en cas de risques de maladies cardiaques (par exemple des médicaments pour contrôler l'hypertension ou le diabète) ou d'ostéoporose.

Source

  • Auteur : Dr Huguette Bélanger, Omnipraticien
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 19-10-2015