Couperose

Définition

La couperose fait référence aux lignes rouges ou violacées sur le visage de certaines personnes. Elles sont le résultat de la dilatation permanente de petits vaisseaux sanguins. Le terme médical est télangiectasies.

Parfois, les télangiectasies sont tellement rapprochées qu'on observe simplement une rougeur diffuse. Les télangiectansies, qui touchent particulièrement les personnes à la peau claire, se concentrent surtout sur les joues et le nez.

La couperose peut être légère ou produire des lignes violacées marquées et persistantes, que l'on associe souvent, à tort, avec l'alcoolisme.

La couperose sur le nez est souvent plus prononcée chez les hommes que chez les femmes; on ignore pourquoi.

La couperose se présente sous 4 aspects différents. Elle peut être:

  • "arborisée" (ramifications en forme de branches d'arbre),
  • "linéaire",
  • "étoilée",
  • "punctiforme" (série de points rouges).

Causes

  • Exposition prolongée au soleil
    Les rayons UVA pénètrent dans le derme jusqu'aux vaisseaux sanguins, qu'ils dilatent. Après un certain temps, la dilatation est permanente. Les dommages sont comparables si on s'expose aux UV des salons de bronzage. De plus la chaleur, qui fait dilater les vaisseaux, accentue l'effet des rayons.
  • Changements brusques de température
  • Influence hormonale
    De la couperose, appelée aussi "angiome stellaire" à cause de sa forme étoilée, peut apparaître sur le visage de la femme enceinte.
  • Maladies dermatologiques
    La plus fréquente est l'acné rosacée, dont la couperose est l'une des manifestations. les autres étant essentiellement une prédisposition au rougissement et des boutons. La couperose peut également être un des symptômes du lupus ou de la sclérodermie, maladies qui touchent le collagène, c'est-à-dire les tissus de soutien de la peau.
  • Traumatisme causé par une chirurgie
    Une rhinoplastie (opération au nez) par exemple.
  • Emploi de cortisone
    La cortisone favorise la dilatation des vaisseaux et l'amincissement de la peau.
  • Excès d'alcool
    L'alcool a pour effet de dilater les vaisseaux, mais on peut très bien souffrir de couperose sans consommer d'alcool.
  • Radiothérapie
    La chaleur produite par ce traitement fait dilater les vaisseaux et peut affecter les tissus de la peau.
  • Prédisposition héréditaire
    Il arrive que des bébés présentent de la couperose sur les joues à la naissance. Certains enfants, à partir de deux ou trois ans, peuvent aussi avoir des angiomes stellaires (couperose en forme d'étoile).

Conseils pratiques

  • Prévenir
    Évitez le soleil autant que possible, surtout si vous avez la peau claire.

  • Choisir soigneusement son écran solaire
    Même les écrans qui annoncent une protection contre les UVA et les UVB n'offrent pas nécessairement une protection suffisante contre les UVA. Préférez les lotions qui contiennent du Parsol 1789, du Mexoryl SX ou un écran physique, tel que le dioxyde de titane ou l'oxyde de zinc. Ces crèmes solaires doivent être appliquées été comme hiver, dès que vous sortez à l'extérieur. Les femmes qui ne veulent pas appliquer l'écran solaire sur leur crème de jour peuvent acheter une crème qui combine les deux à condition que l'indice de protection soit d'au moins 15.

  • Suivre les recommandations touchant l'acné rosacée
    Évitez les contrastes de température, le soleil, les saunas, les bains chauds, la chaleur excessive, les vents violents, les épices, l'alcool et les boissons chaudes. Évitez aussi les produits cosmétiques à base d'alcool.

  • Sucer un cube de glace
    Si vous ne pouvez éviter d'être exposé à la chaleur, cela préviendra le rougissement du visage.

  • Avoir recours au maquillage spécialisé
    Pour les cas récalcitrants ou dans l'attente d'un traitement, on peut recourir à des produits de camouflage. Quelques cliniques de dermatologie emploient des experts qui enseignent l'art du camouflage.

  • Ne pas appliquer de trétinoïne sur les régions couperosées
    Si vous utilisez de la trétinoïne contre l'acné ou le vieillissement de la peau, évitez les zones où les vaisseaux sont dilatés. La trétinoïne favorise la dilatation des vaisseaux puisque son principe actif repose en partie sur une augmentation de l'apport sanguin pour régénérer la peau.

  • Ne jamais appliquer de cortisone sur le visage sans avis médical
    La cortisone entraîne une dilatation des vaisseaux et un amincissement de la peau.

Quand consulter

Vous remarquez des rougeurs permanentes sur votre visage.

Vous avez intérêt à consulter tôt, car plus on attend, plus le problème est difficile à traiter, surtout en cas d'acné rosacée.

Examen

Dans la majorité des cas, le diagnostic de couperose se fait facilement par simple examen visuel.

Dans les rares cas où il soupçonne une maladie systémique comme le lupus ou la sclérodermie, le médecin fait un examen physique complet et demande des analyses de sang.

Traitement

Grossesse

Si la couperose est apparue pendant la grossesse, on attend quelques mois après l'accouchement avant d'envisager un traitement, car ce type de couperose (habituellement de forme étoilée) disparaît souvent spontanément.


Acné rosacée

Dans les cas d'acné rosacée, le médecin prescrit des médicaments à appliquer localement ou à prendre par voie orale (antibiotiques ou isotrétinoine) et soigne le mal à la source si la couperose est attribuable à une maladie dermatologique telle que le lupus ou la sclérodermie.

Après une chirurgie

La couperose qui survient à la suite d'une chirurgie au visage peut régresser en partie avec le temps, c'est pourquoi on attend six mois avant de traiter.

Chez les enfants

Que ce soit chez les bébés ou les jeunes enfants, les télangiectasies sont rarement incommodantes et elles ne font généralement pas l'objet de consultations, d'autant plus qu'elles tendent à s'atténuer au fur et à mesure que la peau s'épaissit avec l'âge. Au besoin, on les traite quand les enfants font l'objet de moqueries et qu'ils sont en âge de tolérer le traitement au laser ou à l'électrocoagulation, qui est assez douloureux.

Dans les autres cas

Pour les autres cas, on a recours à différents traitements. Il en existe 3 formes (si on inclut le maquillage spécialisé), mais aucune n'est efficace à 100 %, même si les méthodes ont beaucoup progressé au cours des dernières années :

  • L'électrocoagulation
    Plus ancienne, cette technique est efficace et encore utilisée. Ses inconvénients : elle est douloureuse, laisse des croûtelles, cause un léger saignement et des rougeurs dans les jours qui suivent, exige un plus grand nombre de traitements et présente un risque de cicatrices ou d'hypopigmentation (peau décolorée) selon la zone traitée, le nombre et l'intensité des traitements. On ne peut y avoir recours l'été (risque de taches brunes) ou si on porte un stimulateur cardiaque.
  • Le laser
    Les traitements au laser constituent aujourd'hui le traitement de choix. Les lasers utilisés pour le traitement de la couperose sont le jaune pulsé, le KTP ou le YAG. Certains lasers laissent des ecchymoses (des "bleus") après le traitement, d'autres ne donnent qu'un effet "coup de soleil" temporaire et permettent un retour immédiat aux activités quotidiennes. Le traitement par laser offre plusieurs avantages par rapport aux anciennes techniques : il est moins douloureux, très efficace et les risques de cicatrices sont moindres. Le laser utilise le principe de la photothermolyse : la lumière du laser est absorbée par l'hémoglobine des vaisseaux sanguins ; il se produit une réaction de chaleur qui abîme ou détruit le vaisseau ciblé. Quel que soit le type de laser employé, il faut en moyenne une à trois séances par zone.
  • Le maquillage spécialisé
    Même si ce n'est pas un traitement à proprement parler, le maquillage spécialisé peut rendre service, entre autres pour camoufler certaines zones couperosées résistant au traitement, ou pour masquer les plaques rouges qui subsistent une à deux semaines après un traitement avec certains types de laser.

Source

  • Mise à jour: Dr Philippe Presles
  • Auteur: Dr Madeleine Gagnon, Dermatologue
  • Source: Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 24-05-2016