Eruptions cutanées

Définition

Ce terme désigne une apparition récente de lésions sur la peau.
Il existe 3 grands types d'éruptions cutanées:

  • inflammatoires,
  • infectieuses,
  • maladies cutanées.

Une éruption peut se manifester par un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • érythème (rougeur);
  • démangeaison (prurit);
  • sensation de brûlure;
  • squames (peau qui pèle);
  • fissures, suintantes ou non;
  • croûtes;
  • érosion ou ulcération (petite cavité, minuscule trou dans la peau);
  • macule: petite tache de moins de 1 cm, sans aucun relief;
  • papule: petite lésion surélevée de moins de 1 cm;
  • plaque: lésion surélevée de plus de 1 cm;
  • vésicule: petite cloque d'eau de moins de 1 cm, contenant un liquide clair;
  • bulle: cloque d'eau de plus de 1 cm, contenant un liquide clair;
  • pustule: ampoule contenant un liquide vert purulent.

Causes

Éruptions inflammatoires (allergies ou irritations)

  • Dermatite de contact
    Réaction allergique à la suite d'un contact avec une substance (par exemple: herbe à puce) ou réaction irritative à un agent (par exemple: réaction au savon).

    La dermatite de contact se présente habituellement par des vésicules, de la rougeur et de la démangeaison aux endroits de contact. Des squames, des fissures suintantes et des croûtes se manifestent aussi parfois.

  • Erythème fessier du nourrisson
    Irritation provoquée par l'urine et les selles, généralement causée par de la diarrhée ou une mauvaise hygiène (couches pas assez souvent changées). Le fessier devient rouge, puis brillant et à vif, douloureux, parfois avec des érosions.

  • Intertrigo
    Dermatite irritative qui atteint les plis cutanés (sous le menton, au cou, aux aisselles, à l'aine et sous les seins). L'obésité et l'humidité en sont les facteurs déterminants. Plaques rouges suintantes, squames, érosion de la peau et sensation de brûlure caractérisent l'intertrigo. Cette dermatite est parfois compliquée par une infection à champignons, le Candida albicans. On remarquera alors en plus de petites pustules blanches au pourtour des plaques d'érythème.

  • Réaction médicamenteuse
    Éruption allergique ou toxique qui se manifeste à la suite de la prise de médicaments, parfois dans les heures qui suivent ou même jusqu'à plusieurs jours après l'ingestion. Les lésions peuvent être très variées. Habituellement, parmi les réactions mineures, on note des démangeaisons, une absence de fièvre et le fait que les muqueuses (yeux, bouche, organes génitaux) sont épargnés. La présence de bulles, fièvre et une atteinte des muqueuses peut indiquer une réaction médicamenteuse beaucoup plus grave: c'est une urgence médicale.

  • Urticaire
    Réaction biochimique ou allergique de causes très variées.
    Les exemples classiques sont : médicament, piqûres d'insectes ou certains aliments (œufs, noix, fruits ou fruits de mer).
    L'urticaire peut aussi être provoquée par l'exercice et le stress émotionnel.
    Elle accompagne parfois des infections comme l'hépatite, la mononucléose infectieuse et la rubéole.
    Il arrive également qu'on ne puisse pas en déceler la cause.
    On remarque la formation de papules et plaques qui démangent et qui ressemblent à des piqûres d'insectes : centre blanc et aréole rouge. De tailles très variables, les plus grosses peuvent se rejoindre pour former des plaques irrégulières surélevées. Les lésions se déplacent sur le corps d'heure en heure.
    Elles s'accompagnent parfois de gonflement des muqueuses (lèvres, langue, paupières, organes génitaux). Dans certains cas, cela peut mettre la vie de la personne en danger, à cause de l'œdème qui se forme au niveau du larynx.
    Dans le cas d'urticaire allergique, il peut y avoir aussi de la rhinite ou de l'asthme. Habituellement, la crise ne dure que quelques heures, mais elle peut devenir chronique et récidiver.

Éruptions infectieuses (virus, bactéries, champignons ou parasites)

  • Herpès buccal (bouton de fièvre) et herpès génital
    Infection contagieuse et chronique due au virus Herpes simplex, qui peut toucher n'importe quelle zone cutanée, mais plus communément les lèvres, le visage ou les organes génitaux.
    Après la première attaque, le virus se loge dans les nerfs de la région affectée, y causant des récidives périodiques. Lors du premier épisode d'herpès génital, les vésicules se présentent 3 à 10 jours après une relation sexuelle avec une personne infectée (cela peut quelquefois prendre jusqu'à 21 jours).
    Des démangeaisons ou une sensation de brûlure importante accompagnent les lésions de l'herpès génital, qui disparaissent spontanément entre le 5e et le 15e jour.
    En ce qui concerne l'herpès récidivant, les lésions surgissent après une courte période de picotement inconfortable. Ce sont des vésicules sur un fond de peau rougeâtre, douloureuses, qui durent quelques jours, sèchent et forment une mince croûte noirâtre.
    Dans les deux types d'herpès, si la première infection peut être très grave et durer deux semaines, les récidives sont anodines, car l'organisme produit graduellement des anticorps. En outre, la transmission est possible même en l'absence de lésions chez la personne infectée.

  • Mégalérythème épidémique (aussi appelé "cinquième maladie").
    Éruption virale contagieuse caractérisée par une rougeur vive aux joues, sans aucun autre symptôme, et qui touche des enfants bien portants. La rougeur peut durer de quelques jours à quatre semaines.
    La "cinquième maladie" est parfois associée à une éruption cutanée aux extrémités des bras et des jambes, éruption de macules rose pâle qui se rejoignent pour former des dessins variés (arabesques, guirlandes).

  • Varicelle, rubéole, roséole et rougeole.
    Éruptions virales contagieuses qui touchent surtout les enfants. Les différents virus se transmettent par les gouttelettes de salive ou les sécrétions du nez et de la gorge. La période la plus contagieuse est la période d'incubation, qui peut varier entre 5 et 21 jours, et les tout premiers jours de l'apparition des lésions cutanées.

    • La varicelle se reconnaît par, au début, des macules rose saumon qui se transforment en vésicules ressemblant à des gouttelettes de rosée. Apparaissent ensuite des papules et des pustules qui évoluent en croûtes. Les éruptions touchent d'abord le tronc pour se propager ensuite sur tout le corps. Démangeaisons, mal de tête, fièvre et nausée peuvent accompagner ou précéder l'éruption.
    • La rubéole se manifeste par des papules rougeâtres qui durent six ou sept jours. Elle attaque d'abord le visage et le cou, pour s'étendre au reste du tronc. Fièvre modérée, maux de tête et de gorge, enflure des ganglions du cou et des oreilles accompagnent l'éruption.
    • La roséole est caractérisée par une fièvre élevée d'apparition soudaine, qui dure de trois à quatre jours. La fièvre tombe le jour où l'éruption cutanée de macules roses, surtout au cou et au tronc, apparaît. Cette éruption disparaît au bout de deux ou trois jours.
    • La rougeole cause une éruption de papules rouge vif sur le visage et sur le cou, qui descendent sur tout le corps en trois jours. Forte fièvre, toux sèche et larmoiement, sensibilité à la lumière et écoulement nasal se manifestent également. Il peut y avoir présence de nausées et de vomissements. L'éruption disparaît en 10 à 14 jours.

  • Verrues
    Affection courante et contagieuse, due à des virus de la classe du papilloma virus. Ceux-ci sont responsables des nombreuses sortes de verrues qu'on retrouve le plus souvent sur les mains, les pieds, les organes génitaux et au visage. En général, ce sont des excroissances rugueuses et bien délimitées.

  • Zona ou Herpes zoster
    Infection causée par le même virus que celui de la varicelle. Après cette maladie, le virus demeure dans les cellules nerveuses et peut être réactivé si le système immunitaire s'affaiblit. Le zona se reconnaît par des vésicules ou des bulles groupées sur un fond rougeâtre le long du trajet d'un nerf, d'un seul côté du corps. Une douleur intense précède de un à trois jours l'apparition des lésions qui évoluent en croûtes et qui laissent quelquefois des cicatrices. Si le nerf est très endommagé, le zona peut persister et devenir chroniquen, particulièrement chez la personne âgée.

  • Impétigo
    Maladie contagieuse de la peau, due à des bactéries. Il existe deux types d'impétigo: bulleux et non bulleux. La forme bulleuse, plus rare, se reconnaît par la présence de vésicules ou bulles qui se rompent facilement. L'évolution des formes bulleuses et non bulleuses se caractérise par des lésions croûteuses, couleur miel, qui touchent plus fréquemment le visage (autour de la bouche et du nez) et les plis cutanés. L'impétigo peut être une manifestation d'un autre problème de la peau comme la gale, la pédiculose, etc.

  • Scarlatine
    Infection bactérienne contagieuse à streptocoques du groupe A. Le plus souvent, la maladie se manifeste d'abord par de la fièvre, un mal de gorge, une rougeur de la muqueuse buccale et des ganglions de la gorge enflés. Surviennent ensuite des rougeurs violacées sur tout le corps, auxquelles succèdent une desquamation profuse (qui se répand en abondance) ou des seules extrémités des bras et des jambes.

  • Mycose (ou teigne, ou Tinea)
    Infection causée par des champignons. Elle peut toucher le cuir chevelu, la barbe, le corps, les aines, les pieds et les ongles. Elle peut se manifester par une perte de cheveux ou de poils, des pustules ou des plaques arrondies, rosées ou rougeâtres et recouvertes de squames. La mycose des aines se situe sur la face interne des cuisses, épargnant les organes génitaux; la mycose des pieds (ou pied d'athlète) est la plus commune. Favorisée par l'humidité, l'infection atteint la peau entre les orteils. La peau peut devenir blanche et se fendiller. Non traité, l'infection peut aussi se propager aux talons et à la surface latérale des pieds dont la peau prend un aspect plus sec et érythématosquameux (rougeurs et squames).

  • Gale
    Infestation contagieuse de la peau par un acarien, le Sarcoptes scabiei. La transmission se fait par contact physique rapproché ou sexuel. La gale peut être transmise par les humains ou, mais plus rarement, par les animaux. Un délai de deux à quatre semaines précède la contamination et l'apparition des symptômes. La lésion caractéristique, mais pas toujours présente, est un minuscule sillon cutané en relief, qui correspond à la progression de l'acarien sous la peau. De fait, la femelle fait une incision dans la peau, y pénètre et se déplace pourpondre ses oeufs. Des papules ou vésicules aux aisselles, aux poignets, aux mamelons, aux fesses et aux organes génitaux peuvent aussi parfois être présentes. La gale cause une démangeaison très incommodante sur tout le corps (sauf la tête), qui se manifeste surtout le soir et la nuit.

  • Poux de pubis ou morpions
    Infection parasitaire transmise sexuellement (mais aussi parfois par contact avec de la literie, des serviettes ou vêtements infectés). Il s'agit de poux à six pattes, de la taille d'une tête d'épingle. Ils se logent dans les poils du pubis, de l'anus, des aisselles et des sourcils. Ils se développent en deux ou trois semaines et commencent à se nourrir du sang de l'organisme hôte. Cela entraîne des démangeaisons localisées aux zones infectées.

Éruptions de maladies cutanées

  • Dermatite atopique (ou eczéma atopique)
    Maladie cutanée héréditaire et chronique qui débute le plus souvent pendant l'enfance. Elle se caractérise par une peau sèche, des démangeaisons intenses, des plaques rouges, des vésicules suintantes, des croûtes surtout aux plis des paupières, des oreilles, du cou, des coudes et des genoux. À la dermatite peut s'ajouter de l'asthme et du rhume des foins. Les irritants (produits de nettoyage, textiles, cosmétiques, etc.) et le manque d'humidité sont souvent des facteurs aggravants.

  • Lichen plan
    Maladie cutanée d'origine inconnue. Elle se caractérise par des papules violacées, se regroupant parfois en grandes plaques. Ces lésions siègent surtout aux poignets, aux chevilles et au niveau des muqueuses buccales et génitales. Elles s'accompagnent toujours de démangeaisons et peuvent laisser, après la guérison, des taches brunes sur la peau.

  • Miliaire rouge
    Appelée communément "boutons de chaleur", maladie bénigne qui se manifeste lorsque les glandes sudoripares se bouchent, à cause de la chaleur et de l'humidité. Elle se reconnaît par des vésicules entourées d'une aréole rougeâtre et principalement situées sur le tronc.

  • Psoriasis
    Maladie chronique héréditaire de la peau, qui peut apparaître à tout âge. Les poussées sont quelquefois causées par des infections à streptocoques de la gorge ou par certains médicaments (lithium, cortisone, etc), mais le plus souvent sans cause apparente. Le psoriasis se caractérise par une éruption de plaques rouges recouvertes de squames, localisées aux genoux, aux coudes, au visage, au cuir chevelu et aux organes génitaux. Seulement un tiers des personnes atteintes ont des démangeaisons.

Conseils pratiques

En cas de maladie contagieuse

Il vaut mieux isoler la personne atteinte pendant quelques jours. Elle doit se reposer, s'alimenter et s'hydrater adéquatement. Donnez-lui de l'acétaminophène aux doses recommandées. Attention: ne jamais donner d'aspirine aux enfants (même les aspirines pour bébés). L'aspirine peut entraîner le syndrome de Reyes, une maladie du foie grave et mortelle. Il est important de bien se laver les mains, de ne pas toucher la peau (porter des gants) et de ne pas boire au même verre que le malade. Les femmes enceintes doivent redoubler d'attention et, si possible, éviter tout contact.

Calmer la douleur, l'inflammation et la démangeaison

Prenez du paracétamol. Un ou deux comprimés d'acétaminophène (325 mg ou 500 mg) quatre fois par jour, jusqu'à un maximum de 4 g par jour, aideront à soulager la douleur. Appliquez des compresses humides ou prenez des bains tièdes (l'ajout de bicarbonate de soude est facultatif). Procurez-vous des antihistaminiques vendus sans ordonnance (comme le Benadryl). Utilisez des savons doux et non parfumés. Portez des vêtements amples en coton ou autre fibre naturelle. Abstenez-vous de consommer de la caféine, des mets épicés et de l'alcool, qui augmentent les démangeaisons. Évitez de vous gratter, pour ne pas étendre l'éruption et aggraver les symptômes. À noter que la calamine n'est utile que pour soulager la varicelle. Attention: en aucun cas on doit utiliser une crème à base de calamine contenant un antihistaminique (type Caladryl) à cause des risques de dermatite de contact allergique. En fait, il est difficile de connaître et de contrôler le degré d'absorption d'antihistaminique.

Utiliser une crème

  • Si les lésions sont sèches, vous pouvez appliquer une crème non parfumée pour hydrater la peau. Dans certains cas (dermatite atopique, miliaire rouge et érythème fessier du nourrisson), la crème d'hydrocortisone à 0,5 % que l'on trouve en vente libre dans les pharmacies peut soulager les symptômes et assouplir la peau.
  • Dans les cas de maladies infectieuses bactériennes (comme l'impétigo ou un zona), vous pouvez appliquez une crème antibiotique vendue sans ordonnance, telle que Baciguent.

Bien choisir son savon

Préférez les pains nettoyants non parfumés (Dove, Neutrogena, Ivory, etc). En cas d'infection bactérienne, utilisez des savons antiseptiques (Hibidil, Phisoderm, etc.).

Faire vacciner son enfant

Il existe des vaccins contre la rougeole, la rubéole et, depuis peu, contre la varicelle. Pour la roséole et la scarlatine, il n'existe aucun vaccin.

Quand consulter

  • Une éruption accompagnée de fièvre, de nausées, de vomissements, de difficultés respiratoires nécessite une consultation immédiate.
  • Les symptômes sont très incommodants ou persistants.
  • Vous vous inquiétez.

Examen

Le médecin notera les informations pertinentes et procédera à un examen général.

Des prélèvements (grattage, biopsie, etc.) peuvent être nécessaires et des analyses sanguines sont parfois requises.

Traitement

Éruptions inflammatoires (allergies ou irritations)

Dermatite de contact

Il faut d'abord tenter d'éviter la substance responsable de l'éruption cutanée. Des crèmes à base de corticostéroïdes peuvent être prescrites pour maîtriser la réaction allergique ou irritative.

Érythème fessier du nourrisson

Pour les cas graves et persistants, le médecin pourra prescrire des corticostéroïdes doux, des émollients et des crèmes qui font barrière avec la peau.

Intertrigo

L'application de crèmes dermocorticoïdes faibles associées ou non à un antifongique (contre le champignon) donne de bons résultats, mais l'inflammation peut récidiver. Le traitement de l'obésité, le cas échéant, aide à prévenir les récidives.

Réaction médicamenteuse

Le médecin pourra changer la prescription. Les symptômes devraient alors disparaître.

Urticaire

L'élimination de la cause est le meilleur traitement. Toutefois, il n'est pas toujours possible de l'identifier (les tests d'allergie sont habituellement peu utiles pour l'urticaire non aiguë). Le médecin pourra alors prescrire des antihistaminiques à court, moyen ou long terme pour maîtriser les symptômes. L'utilisation de corticostéroïdes par voie orale peut également être envisagée (par voie intraveineuse dans les cas très importants).

Éruptions infectieuses (virus, bactéries, champignons ou parasites)

Herpès buccal et génital

Pour l'herpès buccal ou bouton de fièvre, le traitement n'est pas obligatoire puisque les lésions disparaissent toutes seules (le virus, lui, demeure en permanence dans l'organisme et provoque des récidives). On peut cependant utiliser une pommade à base de médicaments antiviraux ou de la vaseline pour soulager les symptômes. Des antiviraux oraux sont parfois aussi prescrits en prévention et pour accélérer la guérison. Dans les cas d'herpès génital, le médecin prescrira un antiviral oral. Une crème antivirale est quelquefois utilisée.
En outre, une crème analgésique et des analgésiques en comprimés peuvent être requis pour maîtriser la douleur de l'herpès génital. Pour les cas très graves d'herpès génital, on peut traiter par antiviral en intraveineuse.

Mégalérythème épidémique (cinquième maladie)

Aucun traitement spécifique n'est nécessaire, l'éruption disparaissant habituellement d'elle-même.

Varicelle, rubéole, roséole et rougeole

Habituellement, aucun traitement spécifique n'est nécessaire. Si la varicelle frappe un adolescent ou un adulte, le médecin pourra prescrire un antiviral à prendre par la bouche, car les symptômes et l'éruption sont plus accentués après l'enfance. On doit administrer le médicament dans un délai maximal de 24 à 48 heures après l'apprition de l'éruption.

Verrues

Les deux tiers des verrues disparaissent d'elles-mêmes, sans aucun traitement, en un ou deux ans. On peut toutefois les détruire avec des préparations à l'acide salicylique vendues sans ordonnance (plusieurs traitements sont souvent nécessaires). Le médecin peut aussi recourir à l'azote liquide, à la chirurgie par électro-dessication (pour brûler la verrue) au curetage (pour gratter la verrue) et au laser (CO2). Les verrues anogénitales (condylomes acuminés) nécessitent des applications d'acide trichloroacétique, de podophylline ou d'Aldara.

Zona ou Herpes zoster

Traiter le plus rapidement possible (moins de 72 heures après l'apparition des lésions. Après quatre jours, le médicament sera inefficace). Les antiviraux aident à enrayer l'éruption et les symptômes de douleur aiguë ou chronique. Ce traitement est surtout indiqué pour les personnes de 50 ans et plus, chez qui les risques de douleur chronique sont beaucoup plus grands.

Impétigo

On soigne l'impétigo par des antiseptiques et/ou des antibiotiques (en comprimés ou topiques). Le mode d'administration est déterminé essentiellement par le nombre de lésions.

Scarlatine

Des antibiotiques par voie orale seront nécessaires.

Mycose

On utilisera un antifongique en crème ou en comprimés, selon l'étendue et la localisation des lésions.

Gale

Elle se traite avec des produits appliqués sur la peau, surtout le lindane et la perméthrine. Chez les femmes enceintes ou chez les enfants en bas âge, on peut recourir à une préparation à base de soufre.

Poux de pubis (morpions)

Une crème ou un shampooing antiparasitaire (lindane ou perméthrine) en vente sans ordonnance suffisent à enrayer l'infestation.

Éruptions de maladies cutanées

Dermatite atopique (eczéma atopique)

Des crèmes corticostéroïdes, des immunosuppresseurs, parfois des antibiotiques (parce que des bactéries peuvent contaminer les lésions de l'eczéma) ainsi que des antihistaminiques aident à soulager les épisodes eczémateux. La peau sèche doit être hydratée en prenant des bains tièdes et brefs, de même qu'avec des crèmes émollientes.

Lichen plan

Selon la gravité de l'éruption, on traite cette maladie avec des crèmes à base de dermocorticoïdes, avec des corticostéroïdes par voie orale ou encore par de la photothérapie (irradiation de la zone atteinte par des rayons ultra-violets).

Miliaire rouge

Ce trouble ne nécessite aucun traitement médical; il disparaît de lui-même après quelques heures ou quelques jours si on évite la chaleur et l'humidité.

Psoriasis

Il se traite par des crèmes et des pommades (goudron, corticostéroïdes, anthraline, etc.) ou par des produits administrés par voie orale ou par injection (méthotrexate, étrétinate, cyclosporine, etc). La photothérapie et la photochimiothérapie sont une autre option pour les cas graves. La photochimiothérapie consiste à employer sur des lésions une molécule activée par un faisceau lumineux de laser médical.

Source

  • Mise à jour: Dr Philippe Presles
  • Auteur: Dr Bernard Delisle, Dermatologue, Centre Hospitalier affilié universitaire de Québec
  • Source: Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
  • Dernière modification le 24-05-2016