Asthme

Définition

L'asthme est une maladie récidivante du système respiratoire qui traduit une sensibilité des bronches à certains agents allergisants ou irritants. En cas d'asthme, les bronches deviennent enflammées, se remplissent de mucus, se contractent et se rétrécissent, rendant le passage de l'air difficile. Le contact répété avec un ou plusieurs agents néfastes peut finir par provoquer une crise d'asthme. C'est pourquoi l'asthme peut survenir à tout âge. Dans les pays industrialisés, 5 % des adultes et 10 % des enfants souffrent d'asthme.

Symptômes

Une personne qui fait une crise d'asthme manifeste les trois symptômes suivants:

  • toux,
  • respiration sifflante ("scillement"),
  • essoufflement ou  souffle court".

Causes

Agents irritants

Chaleur ou humidité excessive à la maison ou au travail, tabagisme actif ou passif, poussière, pollution de l'air, odeur forte (par exemple la teinture de bois), etc.

Allergies

Mites de la poussière appelées acariens, certains animaux, principalement les chats et les chiens, pollens et moisissures, cafards (ou blattes) surtout en zone urbaine, aliments tels qu'arachides, poissons, oeufs et produits laitiers.

Infections à virus

Diverses infections des voies respiratoires, du rhume banal à la bronchite et à la sinusite.

Conseils pratiques

Suivre à la lettre le traitement prescrit par le médecin

Les médicaments que vous recommande votre médecin et les conseils qu'il vous prodigue ont plusieurs objectifs: maîtriser vos symptômes, vous permettre d'accomplir normalement vos activités quotidiennes (travailler, faire du sport), vous faire profiter d'un bon sommeil et éviter l'apparition de crises d'asthme.

Si vous négligez de prendre vos médicaments ou si vous ne les prenez pas de la bonne façon, et si vous omettez de prendre de bonnes habitudes pour réduire votre exposition aux facteurs déclenchants, vous pourriez être victime de crises d'asthme graves et d'une détérioration de la fonction respiratoire.

Protéger sa chambre de la poussière

Évitez que votre chambre ou celle de votre enfant ne soient chauffées à l'air chaud. Utilisez du ruban adhésif pour fermer la bouche de chauffage. Pour chauffer la pièce, ayez plutôt recours à un radiateur électrique. Retirez de la chambre les tapis, jouets de peluche et meubles rembourrés. Recouvrez le matelas, le sommier et les oreillers d'une housse à fermeture éclair. Utilisez des draps, couvertures et couvre-lits en coton ou en fibre synthétique, que vous laverez à l'eau chaude toutes les deux à quatre semaines. Les oreillers doivent être faits de matières synthétiques et non de plumes. Lavez le plancher une fois par semaine. Nettoyez la chambre à fond une fois par mois. Lavez les rideaux tous les deux ou trois mois. Gardez la porte de la pièce bien fermée.

Se séparer de son animal préféré

Si votre animal domestique est la cause principale de vos symptômes, il peut être judicieux de vous en séparer. Toutefois, ne vous attendez pas à une amélioration immédiate de votre état, car les poils resteront présents dans les meubles et les tapis pendant plusieurs mois après le départ de l'animal. Si vous êtes très attaché à votre animal, vous pouvez essayer de limiter les problèmes en ne le laissant pas pénétrer dans votre chambre à coucher, en l'envoyant à l'extérieur le plus souvent possible et en le lavant deux fois par mois (ne le faites pas vous-même !). Par contre, vous serez obligé de vous en séparer si vous avez des crises d'asthme à partir de l'automne, et que votre animal ne peut sortir de la maison.

Diminuer l'exposition aux pollens et aux moisissure

Maintenez les portes et les fenêtres fermées lorsqu'ils sont présents en grand nombre dans l'air. Si votre sous-sol est humide (favorisant ainsi la prolifération des moisissures), installez-y un déshumidificateur, à condition de vider et de nettoyer l'appareil régulièrement. Lavez la baignoire et la douche à l'aide d'un agent antibactérien.

Prévenir la transmission des virus chez les enfants

La transmission des virus augmente considérablement chez les enfants d'âge préscolaire qui fréquentent une garderie où plus de six enfants sont réunis dans une même pièce. Si votre enfant est sensible aux virus, inscrivez-le plutôt à un service de garde en milieu familial où la responsable s'occupe de six enfants ou moins.

Tenir un journal

Il n'est pas toujours facile de se rappeler les symptômes que l'on a éprouvés plusieurs jours ou plusieurs semaines auparavant. Notez-les au jour le jour dans un journal ou sur un calendrier. Vous serez ainsi mieux outillé pour renseigner le médecin sur votre état.

Rester actif

Continuez de faire différents sports pour exercer votre fonction respiratoire. À cet égard, la natation est le sport le mieux indiqué parce qu'il exige que l'on fasse de grandes respirations. On entraîne ainsi ses poumons à garder de l'air et à en expulser pour éviter d'avaler de l'eau. Ce type d'exercice vous permettra de vous détendre et de mieux respirer lors d'une crise d'asthme. Il est également important de prévoir une période de réchauffement de 10 à 15 minutes avant d'entreprendre toute activité sportive.

Utiliser un bronchodilatateur avant de s'adonner à une activité physique

L'exercice physique régulier est bénéfique aux personnes asthmatiques. Ne vous en privez pas. Cependant, si vous éprouvez des symptômes durant ou après un effort physique, la fois suivante, faites une inhalation à l'aide de votre bronchodilatateur cinq minutes avant de commencer l'exercice, afin de les prévenir.

Se tenir loin de certains agents irritants

Les fixatifs à cheveux, les aérosols à usage domestique, l'essence, la peinture, les feux de bois et les appareils à chauffage au kérosène sont susceptibles de déclencher les symptômes de l'asthme.

Surélever la tête du lit

Si vous éprouvez de la difficulté à respirer quand vous vous couchez, créez un angle variant de 30 à 45 degrés à l'aide de vieux livres ou de planches de bois glissés sous les pieds. Vous pouvez aussi vous procurer dans les magasins de fournitures médicales une large pièce de styromousse à l'inclinaison souhaitée, sur laquelle vous pourrez vous étendre. Toutefois si ce problème survient, vous devez absolument aller consulter un médecin.

Ne pas fumer

La cigarette est la principale responsable de nombreux problèmes respiratoires. S'il vous est difficile d'arrêter de fumer, parlez-en à votre médecin. Il peut vous proposer différents moyens pour vous aider à vous débarrasser de cette habitude. Naturellement, vous devez aussi éviter la compagnie des fumeurs. Si vous êtes parents d'un enfant asthmatique, ne fumez ni dans la maison ni dans la voiture.

Ne pas utiliser de bronchodilatateur sans suivi médical

L'abus des bronchodilatateurs peut entraîner de graves problèmes et même la mort. Ces médicaments dilatent rapidement les bronches qui se sont rétrécies lors de la réaction asthmatique, mais, malheureusement, ils n'ont pas d'effet sur l'inflammation. Si vous devez utiliser un bronchodilatateur trois fois par semaine ou la nuit en dehors des activités sportives, votre asthme est mal contrôlé.

Ne pas utiliser d'humidificateur

Cet appareil crée un milieu chaud et humide propice à la reproduction des acariens. De plus, il favorise l'accumulation des moisissures susceptibles de provoquer des réactions allergiques. La température idéale de la maison devrait se situer entre 18 et 20 degrés et le taux d'humidité, entre 30 % et 45 %.

Quand consulter

  • Vous avez de la difficulté à respirer, votre respiration est sifflante, vous toussez, vous n'arrivez pas à rétablir un rythme de respiration normal, et ces symptômes sont répétitifs et persistants.
  • Votre respiration difficile vous occasionne des douleurs à la poitrine.
  • Vous n'arrivez pas à dormir à cause de l'effort que vous fournissez pour respirer ou cet effort vous réveille.
  • Vous êtes reconnu comme une personne asthmatique et vous devez recourir à votre bronchodilatateur plus de trois fois par semaine ou vos médicaments ne semblent plus produire d'effet.

Examen

Le médecin interroge le patient sur ses symptômes. Il ausculte ses poumons et examinera son nez, sa gorge et ses oreilles. Il demande des tests de fonction respiratoire, qui permettent de mesurer sa capacité respiratoire. Ces tests se font à l'aide d'un spiromètre électronique ou d'un instrument en plastique appelé débitmètre de pointe.

Les résultats obtenus déterminent la gravité de l'asthme et le traitement approprié. Dans certains cas, le médecin demande une radiographie des poumons. Un test explorateur plus complexe mesurant l'hyperexcitabilité des bronches est parfois nécessaire pour établir un diagnostic précis.

Traitement

En plus de maîtriser son environnement pour éviter les facteurs déclenchants, il convient d'utiliser des médicaments pour contrôler et prévenir les symptômes de l'asthme. Ils se divisent en deux catégories: les médicaments qui soulagent les symptômes et les médicaments qui préviennent les crises. Les médicaments qui soulagent sont les bronchodilatateurs: ils détendent les muscles des bronches.

Quant aux médicaments préventifs, ils réduisent l'inflammation des bronches et préviennent l'apparition des symptômes. Dans cette catégorie, on trouve des anti-inflammatoires stéroïdiens ou non stéroïdiens (en inhalation) ainsi que les antagonistes des leukotriènes (en comprimés). Le médecin, un inhalothérapeute ou un pharmacien enseigne au patient la technique appropriée pour que les médicaments en inhalation atteignent les bronches.

Plus le traitement préventif est efficace, moins le recours au bronchodilatateur est nécessaire. L'emploi répété d'un bronchodilatateur signifie que l'asthme est mal contrôlé.

Source

  • Auteur : Dr Robert L.Thivierge, Pédiatre
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 19-10-2015