Infarctus du myocarde

Définition

L’infarctus du myocarde, communément appelé « crise cardiaque », est une urgence vitale. Réagir vite en appelant immédiatement le 112 est primordial pour augmenter vos chances de survie.

Le myocarde est un muscle du coeur qui fonctionne comme une pompe. Il se contracte de manière rythmique et envoie le sang dans notre corps. Il fournit ainsi aux organes l’oxygène et le sucre nécessaires pour leur bon fonctionnement.

Le coeur est quant à lui approvisionné en sang et en oxygène par 3 vaisseaux sanguins, qui sont les artères coronaires. Le sang et l’oxygène sont indispensables pour son bon fonctionnement.

L’infarctus du myocarde (IM) survient lorsqu’un caillot de sang bouche une artère coronaire. Si l’obstruction de l’artère dure trop longtemps, le myocarde n’est plus irrigué par le sang, il ne reçoit plus d’oxygène, ne peut plus fonctionner et meurt dans les 6 heures après les premiers symptômes. C’est ce que l’on appelle une lésion du myocarde ou nécrose du myocarde. Une lésion sévère, c'est-à-dire étendue, du myocarde peut être mortelle.

Si l’obstruction est de courte durée, des douleurs vont apparaître au niveau de la poitrine et c’est ce qu’on appelle une angine de poitrine.

La gravité de l'infarctus dépendra de son étendue. Plus la zone du muscle cardiaque qui n’est pas irriguée par le sang est grande, plus le fonctionnement du coeur sera affecté.

La partie du muscle cardiaque nécrosée ne pourra plus se contracter. Le muscle ne pourra plus exercer sa fonction de pompe pour envoyer le sang avec autant de force dans les organes. Il en résultera une insuffisance cardiaque plus ou moins aiguë.

Signes d’alerte

L’infarctus du myocarde est une urgence vitale. Il est fondamental de savoir reconnaître les premiers signes d’alerte pour agir dans les plus brefs délais.

La mort liée à un infarctus n’est pas toujours une fatalité. Une intervention rapide permet de confirmer le diagnostic, de débuter le plus tôt possible le traitement nécessaire et d’augmenter les chances de survie.

Lors de l’apparition d’un ou plusieurs des symptômes décrits ci-dessous : appelez immédiatement le 112.

  • Une douleur plus ou moins intense ou une forte pression dans la poitrine
  • La douleur peut se propager dans les bras, les épaules, le dos, la nuque, la mâchoire, les joues ou l’estomac.
  • La douleur peut être brève ou prolongée.
  • Des difficultés à respirer peuvent survenir.
  • La douleur peut s’accompagner de sueurs froides, de nausées, de vertiges ou d’étourdissements.
  • Une fatigue soudaine et inhabituelle peut apparaître.

Si ces symptômes durent plus de 5 minutes, ils sont une réelle menace pour votre coeur. Appelez sans attendre le 112.

N’ayez pas peur des fausses alertes

En cas de doute, n’hésitez pas à appeler le 112 !

Plus la prise en charge est rapide après les premiers signes d’alerte, plus les chances de survie sont grandes. Si vous arrivez à l’hôpital dans la première heure après le début des symptômes, vous augmentez vos chances de survie!

Causes

Artériosclérose et athérosclérose

La cause la plus fréquente d’infarctus du myocarde est l'athérosclérose.

Avec l’âge, les artères perdent leur élasticité et deviennent plus rigides. Ce vieillissement des artères est normal et s’appelle l’artériosclérose.

Mais si on a trop de cholestérol dans le sang, des plaques de cholestérol, appelé athérome, peuvent se former et venir se coller sur la paroi interne des artères. Progressivement ces plaques vont obstruer les artères coronaires. On parle alors d’athérosclérose.

L'athérosclérose peut évoluer pendant plusieurs années sans qu’on s’en aperçoive. Malheureusement, elle n'est souvent diagnostiquée qu'à la suite d'un infarctus, d'une embolie pulmonaire ou d'un accident vasculaire cérébral entre autres.

Facteurs de risques

Un certain nombre de facteurs, pris individuellement ou associés, sont susceptibles de favoriser l'apparition ou l'aggravation de l'athérosclérose et donc d'être à l’origine d’un infarctus du myocarde.

  • Habitudes de vie : le tabagisme, une alimentation riche en graisses, l’inactivité physique ou la sédentarité, le surpoids et l’obésité, le stress prolongé et l'alcoolisme.
  • Certains médicaments : la contraception orale et le traitement hormonal de substitution lors de la ménopause.
  • Facteurs génétiques : les antécédents familiaux d'accidents cardiovasculaires, le sexe masculin et l’âge.
  • Maladies métaboliques : l'excès de cholestérol sanguin et le diabète.
  • Autres maladies : l'hypertension artérielle.

Conseils

L’infarctus du myocarde n’est pas toujours une fatalité. Les principaux facteurs qui risquent de provoquer un infarctus sont contrôlables si nous adoptons de bons comportements et des habitudes de vie saines.

Évitez l’hypertension artérielle

Une pression artérielle élevée favorise le dépôt de graisses sur les parois internes des artères.

La tension artérielle idéale est la plus basse possible avec laquelle la personne peut vivre normalement, sans ressentir de symptôme d’hypotension.

Conseils

  • Si vous avez 20 ans ou plus, faites contrôler votre pression artérielle au moins tous les deux ans.
  • Si vous êtes atteint d’une hypertension artérielle, suivez les conseils de votre médecin traitant pour mesurer votre tension plus fréquemment. Suivez le traitement médical prescrit.
  • Dans tous les cas, il faudra réduire vos apports en sel : le sel retient l’eau et augmente ainsi la pression du sang.

Surveillez votre glycémie

Le diabète engendre une augmentation de la quantité de sucre dans le sang et abîme les artères. Il augmente considérablement le risque d’avoir une maladie cardiovasculaire.

Conseils

  • Si vous avez 20 ans ou plus, participez aux actions de dépistage du diabète organisées chaque année afin de vérifier que vous n’êtes pas diabétique.
  • Si vous avez un surpoids, une obésité ou d’autres facteurs de risque, suivez les recommandations diététiques de votre médecin ou de votre nutritionniste.
  • Consommez modérément les sucreries qui sont des sucres rapides.

Surveillez votre cholestérol

Un taux de graisses (lipides) anormalement élevé peut endommager les vaisseaux sanguins, car l’excès de graisses se dépose sur les parois artérielles et provoque de l’athérosclérose.

Conseils

  • Modérez les apports en graisse dans votre alimentation, notamment les graisses contenues dans les plats préparés.
  • Préférez les graisses végétales aux graisses animales.
  • Si vous prenez un contraceptif ou un traitement hormonal substitutif, suivez les conseils de votre médecin pour réaliser régulièrement un bilan de votre cholestérol.

Habitudes de vie saines

Arrêtez le tabac

Fumer représente un risque majeur de faire un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. La cigarette contient de la nicotine, du goudron et d’autres substances nocives qui abîment les parois vasculaires.

Des études ont démontré que ce risque diminue de manière significative deux ans après l’arrêt tabagique.

Conseils

  • Ne fumez pas. si vous vous en sentez capable.
  • Évitez les lieux enfumés par le tabac, car le tabagisme passif peut vous donner les mêmes risques que si vous fumiez vous-même.
  • Calculez votre dépendance à la nicotine, afin de choisir l’aide adaptée à votre situation pour arrêter de fumer.
  • Si vous fumez et que vous décidez d’arrêter le tabac, participez au programme de sevrage tabagique mis en place au Luxembourg.

Mangez équilibré et évitez le surpoids

Le surpoids, associé à de mauvaises habitudes alimentaires, provoque le diabète, l’hypertension artérielle et une hyperlipidémie.

Conseils

  • Si vous avez un surpoids, réduisez l’apport en calories doucement et à long terme. Mangez néanmoins sain et équilibré.
  • Mangez au moins 3-5 fois par jour.
  • Optez pour un régime riche en fruits, légumes, céréales complètes, noix, grains, produits laitiers maigres, poissons et volaille, et pauvre en sucre.
  • Adoptez une alimentation pauvre en graisses animales (exception : les poissons comme le saumon, le maquereau et le hareng).
  • Choisissez des aliments contenant des graisses polyinsaturées (poissons susnommés, certaines margarines) et mono-insaturées (huile d’olive, de colza, etc.).
  • Évitez les régimes miracles qui sont proposés dans les magazines mais préférez manger une grande variété d’aliments.

Pratiquez une activité physique régulière

Les personnes qui ont une activité physique modérée de 30 minutes par jour voient diminuer leur risque de maladie cardiovasculaire. L’activité physique réduit la masse graisseuse corporelle, le taux de cholestérol et de sucre dans le sang. De plus, il tend à diminuer le stress et la tension artérielle.

Conseils

  • Utilisez le vélo ou marchez à pied dès que vous le pouvez.
  • 3000 pas par jour sont recommandés pour un adulte.
  • Prenez les escaliers et fuyez les ascenseurs.

Comment réagir

Ne cédez pas à la panique.

  • Tentez de calmer la personne concernée, allongez-la sur un lit ou un canapé, la partie supérieure du corps légèrement surélevée.
  • Libérez les vêtements qui la serrent, mettez-la en contact avec de l’air frais (en aérant par exemple), et restez auprès d’elle.
  • Appelez immédiatement le 112, en précisant l’adresse, si possible le nom, le numéro de téléphone, l’âge, les symptômes ressentis, et éventuellement les facteurs de risque connus de la personne.
  • Demandez aux voisins ou aux autres personnes présentes d’attendre l’arrivée des secours d’urgence à la porte d’entrée ou dans la rue, et de les guider directement vers le (la) malade.
  • Ne donnez ni à manger ni à boire en attendant le 112.

Réanimation en cas d'arrêt cardiorespiratoire d'un adulte

En cas d'arrêt cardiorespiratoire, le massage cardiaque (ou compression thoracique) pendant les premières minutes peut sauver la victime ou lui éviter des lésions cérébrales graves. Le massage cardiaque est un geste réalisé en association avec une ventilation artificielle.

Sa technique varie légèrement suivant qu'il est appliqué:

  • sur un adulte ou un enfant de plus de 8 ans,
  • sur un enfant de moins de 8 ans,
  • sur un nourrisson.

Les conseils ci-dessous ne remplacent pas une formation de secourisme. Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d'efficacité et de sécurité.

Massage cardiaque pour un adulte ou un enfant de plus de 8 ans

  • Allongez la victime sur le dos, sur un plan dur.
  • Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine.
  • Déterminez la zone d'appui de la façon suivante:
    • repérez, de l'extrémité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou,
    • repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum),
    • déterminez le milieu du sternum,
    • placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes.
  • Placez l'autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des deux mains. On peut aussi placer la seconde main à plat sur la première, mais en veillant à bien relever les doigts sans les laisser au contact du thorax.
  • Poussez vos mains rapidement vers le bas, les bras bien tendus, les coudes bloqués (vos mains doivent descendre de 4 à 5 centimètres), puis laissez-les remonter.
  • Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière.
  • Gardez les mains en contact avec le sternum entre chaque compression.
  • Le rythme des compressions doit être de 100 compressions par minute.
  • Intercalez 2 insufflations toutes les 30 compressions.
  • Effectuez aussi rapidement que possible le passage des insufflations aux compressions et des compressions aux insufflations, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardiopulmonaire.

Prise en charge immédiate

Appel du 112

Dès les premiers signes d’alerte, appelez immédiatement le 112. N’attendez pas ! Réagissez. Chaque minute gagnée augmente les chances de survie.

Au téléphone, précisez un maximum de détails sur l'état de la personne malade afin que l'équipe médicale envoyée soit la plus appropriée.

Orientation vers une unité de soins intensifs

Une ambulance médicalisée vous prendra en charge et vous acheminera immédiatement vers l’hôpital de garde de votre région. Les premiers examens et les premiers soins d’urgence vous seront prodigués et votre hospitalisation en soins intensifs sera organisée.

En fonction du moment du début de l’infarctus et des résultats de l’électrocardiogramme, la trombolyse ou l’angioplastie sera proposée. Votre transfert vers l’Institut National de Cardiochirurgie et de Cardiologie Interventionnelle sera organisé.

Traitements

Thrombolyse

La thrombolyse est un traitement consistant à déboucher l’artère et donc à dissoudre le caillot qui la bouche avec un produit médicamenteux que le médecin injecte directement au contact du caillot par un cathéter. La thrombolyse se fait sous contrôle radiologique.

Angioplastie

L’angioplastie consiste quant à elle à introduire un cathéter muni d’un ballonet gonflable dans l’artère bouchée, pour tenter de lever l’obstacle et d’ouvrir à nouveau l’artère.

Un deuxième cathéter amènera ensuite un petit ressort métallique, appelé « stent », qui sera déployé contre la paroi de l’artère, où il restera en place, empêchant ainsi celle-ci de se reboucher.

Plus ces traitements sont réalisés rapidement après l’apparition des premiers signes, plus la personne augmente ses chances de survie.

Risque de récidive

Après un premier infarctus, le risque de récidive est de quatre à six fois plus élevé que pour la population générale. D'où la nécessité de changer ces comportements et d’adapter des habitudes de vie saine.

L'infarctus en général ne survient pas par hasard. Il est la conséquence de différents facteurs de risque: hypertension, tabagisme, excès de cholestérol, diabète, obésité et sédentarité.

C’est pourquoi à la sortie de votre hospitalisation pour infarctus du myocarde, le médecin cardiologue vous prescrira, en fonction de votre situation, un traitement, comme par exemple :

  • un traitement contre votre hypertension artérielle,
  • un traitement contre le diabète pour diminuer votre taux de sucre dans le sang,
  • un traitement antiaggrégant plaquettaire, pour diminuer le risque que de nouveaux caillots sanguins se forment,
  • un traitement pour diminuer votre taux de cholestérol dans le sang.

Il est essentiel, pour diminuer le risque de récidive, que vous suiviez ce traitement de manière régulière. Votre médecin traitant, en concertation avec votre médecin cardiologue, adaptera ce traitement en fonction de l’évolution de votre état de santé.

Après l'infarctus

Après un infarctus du myocarde, il est essentiel de changer son mode de vie pour éviter un second infarctus. Voici quelques conseils:

  • Respectez le traitement prescrit en prenant régulièrement vos médicaments.
  • Contrôlez très régulièrement certains facteurs de risque comme par exemple votre tension artérielle, votre taux de sucre dans le sang ainsi que votre taux de cholestérol.
  • Consultez régulièrement votre médecin traitant ainsi que votre cardiologue afin de suivre l’évolution de votre maladie.
  • Modifiez votre comportement alimentaire, pratiquez une activité physique régulière et arrêtez de fumer sera essentiel pour éviter un nouvel infarctus. Parlez-en à votre médecin; des équipes spécialisées peuvent vous aider à modifier vos habitudes de vie.

Programme de revalidation cardiaque

Votre cardiologue vous proposera de participer à un programme de revalidation cardiaque, c’est-à-dire pratiquer des exercices permettant d’améliorer le fonctionnement de votre cœur.

Les efforts brusques ou la compétition sportive sont à éviter.

Par contre la natation, le vélo, la marche ou toute autre activité physique douce dont l’effort est progressif seront fortement recommandés par votre médecin à la suite de votre programme de revalidation cardiaque.

Vous travaillez ou vous voyagez

Si vous travaillez, vous serez mis en congé maladie le temps nécessaire pour récupérer, puis il vous sera proposé de reprendre votre travail en organisant ou adaptant au besoin votre vie professionnelle selon votre état de santé.

Il est recommandé d’éviter les environnements trop froids comme des baignades en eau froide ou le vent glacial en hiver.

Si vous avez l’habitude de voyager, il est recommandé que vous en parliez avec votre médecin. En effet, un voyage n’est possible que si votre situation cardiaque est stable.

Le stress d’un voyage et la fatigue sont à éviter. Dans les pays chauds ou lors des vols en avion de longue durée, il faut éviter de se déshydrater en buvant de l’eau très régulièrement.

De même, les voyages en montagne peuvent être contre indiqués dans certains cas, car l’altitude est souvent mal tolérée même si votre maladie est stabilisée.

Lors des voyages, il est conseillé d’emporter avec soi ses médicaments en quantité suffisante ainsi que son dernier électrocardiogramme.

Aides utiles

Médecin traitant

Votre médecin traitant pour contrôler votre hypertension artérielle, votre cholestérol dans le sang, votre diabète et vous donner tous les conseils pour adapter vos habitudes de vie.

Société Luxembourgeoise de Cardiologie

2A, rue Barblé
L-1210 LUXEMBOURG
Tel.: (+352) 26 25 50 81
Fax (+352) 26 25 50 18
secretariat@slcardio.lu
www.slcardio.lu

Institut National de Chirurgie Cardiaque et de Cardiologie Interventionnelle

      2A, rue Barblé
      L-1210 LUXEMBOURG
      Tel.: (+352) 26 25 5000
      incci@incci.lu
      www.incci.lu

Surveillez votre alimentation

Contactez l'Association Nationale des Diététiciens du Luxembourg, si vous désirez adapter vos habitudes alimentaires.

Association Nationale des Diététiciens du Luxembourg

       143, rue de Mühlenbach
       L-2168 Luxembourg
       Tél. : (+352) 621 54 60 60
       info@andl.lu
       www.andl.lu

Surveillez votre diabète

Contactez la Maison du Diabète, si vous désirez du soutien pour gérer votre diabète.

La Maison du Diabète est un lieu d'accueil, d'écoute, d'information, de documentation et d'entraide. C'est un lieu ouvert à toute personne diabétique, son entourage familial, professionnel, scolaire, aux professionnels de santé et à toute personne à la recherche d'information sur le diabète.

Maison du Diabète

       143, rue de Mühlenbach
       L-2168 Luxembourg-Eich
       Tel.: (+352) 48 53 61
       http://www.ald.lu/fr

Heures d'ouverture: Lundi, mercredi, vendredi de 9 - 16 heures (sauf congés scolaires)

      40, avenue Salentiny
      L - 9040 Ettelbruck
      http://www.ald.lu/fr

Heures d'ouverture: Jeudi matin sur rendez-vous 

Arrêtez de fumer

Demandez le programme d'aide de sevrage tabagique auprès du ministère de la Santé:

Ministère de la Santé - Direction de la santé

Programme d'aide au sevrage tabagique
Villa Louvigny
1, Allée Marconi
L - 2120 Luxembourg
Tél.: (+352) 247 - 85530

  • Dernière modification le 27-10-2017