Tuberculose

Définition

La tuberculose est une maladie grave, contagieuse, mais pratiquement toujours curable et guérissable. Elle se transmet par l’air, uniquement d’homme à homme. Elle est causée par une bactérie qui porte le nom de celui qui la découverte, le « bacille de Koch ».

La tuberculose atteint principalement les organes respiratoires (poumons, bronches, larynx), mais elle peut toucher d’autres parties du corps comme les os, les reins, les ganglions lymphatiques, les méninges…  

Toutefois, seule la tuberculose pulmonaire est contagieuse. C’est également la forme de tuberculose de très loin la plus fréquente.

Maladie à déclaration obligatoire

La tuberculose est une maladie transmissible qui doit être déclarée obligatoirement par le médecin auprès de l’Inspection Sanitaire de la Direction de la Santé.

La déclaration d’un cas de tuberculose aux autorités sanitaires est essentielle. Elle déclenche une enquête dans l’entourage du malade pour définir les individus ayant été en contact avec celui-ci. Ainsi les personnes en contact  bénéficieront d’un dépistage et d’un suivi. 

Ce dépistage est gratuit et est effectué par les services spécialisés de la Ligue Médico-Sociale.

Cette déclaration permet aussi une surveillance de cette maladie et de son évolution dans la population.

La déclaration des maladies transmissibles permet de surveiller l'évolution des épidémies et de réagir rapidement en mettant en place des mesures de protection collectives.

Infection et maladie

Lors d’un contact avec un malade, certaines personnes pourront être infectées par le bacille tuberculeux. Mais seulement 10% des personnes infectées développeront la maladie tuberculose. Il est important de ne pas confondre infection et maladie.

Primo-infection tuberculeuse ou infection tuberculeuse latente

La primo-infection tuberculeuse ne se manifeste par aucun symptôme et aucun signe sur la radiographie du thorax. Elle n'est pas contagieuse.

Les bacilles de Koch peuvent rester latents dans l’organisme pendant des semaines, des années voire des décennies sans provoquer de symptômes, ni de maladie.

En effet, si le système immunitaire de la personne infectée est suffisamment résistant, il empêche que les microbes se réveillent, se multiplient et provoquent la tuberculose maladie. C’est la primo-infection.

A ce stade, la personne infectée ne présente aucun symptôme et n’est pas contagieuse.

Tuberculose maladie

La tuberculose maladie se manifeste par des symptômes (fièvre, une forte  toux accompagnée de crachats parfois sanglants,…) et des signes sur la radio du thorax. Elle est contagieuse.

Le jour où le système immunitaire de la personne infectée s’affaiblit, le bacille tuberculeux peut se « réveiller », reprendre de l’activité et se multiplier. L’infection tuberculeuse jusqu’alors latente est devenue active et évolutive. Des altérations et des manifestations apparaissent progressivement chez la personne porteuse: c’est le signe du passage à la tuberculose maladie.

Les causes de l’affaiblissement du système immunitaire sont diverses. Elles peuvent être la conséquence d’une chimiothérapie, du virus de l’immunodéficience humaine (HIV), d’un diabète, d’une chirurgie lourde, de l’affaiblissement du système immunitaire lié à l’âge,…

Propagation

Seul le malade atteint de la tuberculose pulmonaire peut transmettre la maladie.

Quand un malade tousse, éternue, parle, rit, se mouche ou crache, il projette dans l’air les germes de la tuberculose. Il suffit que son entourage proche respire une petite quantité de bactéries pour être infecté.

Qui peut être contaminé ?

N’importe qui peut attraper la tuberculose.

Toutefois, les personnes, qui sont en contact proche, prolongé et répété avec une personne tuberculeuse et contagieuse, ont un risque plus élevé d’être contaminées.

De même, certaines situations favorisent la transmission du bacille tuberculeux comme la promiscuité dans un logement trop petit, la vie en collectivité, en groupe ou en espace confiné, l’hébergement précaire, l’incarcération,…

Enfin, plus le malade est contagieux plus le risque de contamination des personnes le côtoyant est important.

Symptômes

Quand la primo-infection tuberculeuse se transforme en tuberculose maladie, la personne est malade et contagieuse.

Elle présente les symptômes suivants :

  • une forte toux qui dure plus de trois semaines, parfois accompagnée de crachats sanglants,
  • de la fièvre,
  • une grande fatigue,
  • une perte d’appétit,
  • des sueurs nocturnes,
  • une perte de poids.

Diagnostic

Diagnostic de la tuberculose maladie pulmonaire

Le médecin posera son diagnostic sur base de l'histoire médicale de la personne, l'évaluation des symptômes, d’examens complémentaires (test cutané tuberculinique, test sanguin et si nécessaire une radiographie des poumons) et d’examens de laboratoires qui serviront à mettre en évidence la présence du bacille tuberculeux.

Pour rechercher le bacille tuberculeux, on réalise à jeun le matin un examen bactériologique :

  • des crachats chez le patient qui tousse ;
  • du liquide gastrique, extrait par un tubage gastrique ;
  • des sécrétions des bronches, collectées lors d’une fibroscopie, à l'aide d'un tube souple (fibroscope) muni d'une optique introduit par le nez.

Dans tous les cas, cette recherche du bacille a un double objectif. Elle permet d’identifier le bacille tuberculeux, mais également de tester sa sensibilité aux différents antibiotiques pour déterminer le traitement le plus efficace.

Ces examens sont très souvent complétés par une radiographie des poumons, qui permet de localiser les lésions.

Diagnostic de la tuberculose maladie autre que pulmonaire

Chez les personnes qui souffrent de tuberculose non pulmonaire (tuberculose dite «extrapulmonaire»), le diagnostic se fera sur base d’un test cutané tuberculinique ou un test sanguin. Ces tests sont expliqués dans la rubrique «Dépistage de la tuberculose».

Examens

Le dépistage de la tuberculose comprend le recueil de l’histoire médicale de la personne concernée, un examen médical orienté et des examens complémentaires.

Ces derniers consistent en un test cutané ou parfois une prise de sang, éventuellement complétés, si nécessaire, par une radiographie des poumons.

Test cutané tuberculinique ou prise de sang

Test cutané tuberculinique

Le test cutané de dépistage  (Intradermo-réaction ou IDR) est un test très simple, appelé « test cutané tuberculinique ». Il consiste à injecter de la tuberculine dans la peau du bras à l’aide d’une fine aiguille.

L’objectif de ce test est de détecter la primo-infection tuberculeuse et de la traiter pour éviter une évolution vers une tuberculose maladie qui serait contagieuse. Ce test n’est ni un traitement ni un vaccin. Il permet de savoir si :

  • vous avez été en contact avec le bacille tuberculeux,
  • vous risquez de développer la tuberculose maladie.

Ce test implique deux visites. Une première pour injecter la tuberculine dans l’avant-bras et une deuxième visite, 48 à 72 heures après l’injection, pour lire la réaction sur la peau.

Une réaction négative signifie que vous n’avez jamais été en contact avec le microbe de la tuberculose.

Une réaction positive montre quant à elle que vous avez rencontré le microbe et que votre système immunitaire a développé des mécanismes de défense. C’est la primo-infection tuberculeuse.

Attention, le vaccin contre la tuberculose (BCG) peut également provoquer une réaction positive : n’oubliez surtout pas de prévenir votre médecin si vous avez été vacciné(e).

Dans le cas d’une réaction positive et significative, on complète toujours le test par une radiographie des poumons pour s’assurer de l’absence de maladie tuberculeuse pulmonaire.

Si la radiographie est normale, la primo-infection se confirme et un traitement préventif peut être nécessaire.

Dans les cas peu fréquents où la radiographie montre des signes de tuberculose maladie, un bilan plus complet est nécessaire avant de débuter le traitement contre la tuberculose.

Prise de sang

En juin 2011, le Conseil Supérieur des Maladies Infectieuses (anciennement Conseil Supérieur d’Hygiène) a émis des recommandations pour que le test cutané tuberculinique soit remplacé, dans certains cas, par une prise de sang (test sanguin).

En effet, le test sanguin est réservé à certaines situations particulières comme le contact avec un tuberculeux contagieux,  l’examen médical des étrangers candidats à l’immigration ou encore le dépistage de certains professionnels exposés.    

Tout comme le test cutané, la prise de sang vise à diagnostiquer la primo-infection tuberculeuse en ayant l’avantage d’éviter une deuxième consultation pour la lecture des résultats.

Toutefois, ses avantages par rapport à ses contraintes et son coût en réserve l’usage aux situations particulières énumérées ci-dessus.

Radiographie pulmonaire

Dans le cadre du dépistage, la radiographie des poumons permet de diagnostiquer des tuberculoses pulmonaires à un stade précoce avant même que la personne ne présente des signes (toux, fièvre,...) ou ne soit contagieuse.

Cependant, elle n’est pas systématique et elle est réalisée en complément du test cutané ou de la prise de sang notamment en cas de positivité de ceux-ci.

Dépistage

Au Luxembourg, le dépistage de la tuberculose est assuré par la Ligue luxembourgeoise de Prévention et d’Action médico-sociale.

Dépistage systématique

Au Luxembourg, le dépistage systématique « de masse », comme celui qui était réalisé dans les écoles, a été abandonné.

La Ligue Médico-Sociale organise des dépistages systématiques de la tuberculose uniquement dans le cadre spécifique, prévu par la loi, des examens prénuptiaux ou des examens d’entrée sur le territoire des migrants (autorisation de séjour sur le territoire des étrangers hors Union européenne et des demandeurs d’asile).

Enfin, en dehors du cadre légal et systématique, des dépistages sont régulièrement organisés, sur demande, parmi les populations à risque, fragiles ou exposées.

Dépistage « enquête d’entourage »

Lorsque la tuberculose a été diagnostiquée chez une personne, une "enquête" dans l’entourage (familial, privé, scolaire ou professionnel) du malade est menée. Il s’agit d’établir la liste de toutes les personnes qui ont été en contact direct avec lui afin qu’elles bénéficient d’un dépistage. Ce dépistage est réalisé par la Ligue Médico-Sociale sous la supervision de l’Inspection sanitaire.

En effet, la tuberculose se transmet par les fines gouttelettes de la salive. Lorsqu’un malade tuberculeux et contagieux tousse, éternue, parle, chante ou crache, il projette dans l’air des bacilles et peut contaminer de cette manière les personnes de son entourage.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en absence de traitement, une personne atteinte de la tuberculose maladie peut infecter en moyenne 10 à 15 autres personnes en l’espace d’une année. Il s’agit surtout de personnes en contact quotidien et prolongé avec le malade.

Plus le contact avec le malade est rapproché, prolongé et répété plus le risque de contamination est élevé. Il est donc essentiel d’effectuer un dépistage chez ces personnes pour rechercher si elles ont été contaminées et infectées par le malade.

Dans le cas où, après avoir côtoyé le malade, une personne s’avère avoir été infectée (primo-infection tuberculeuse), elle ne peut pas transmettre la tuberculose à son entourage : seule la tuberculose maladie pulmonaire est contagieuse.

De plus, cette personne bénéficiera en général d’un traitement préventif afin que la primo-infection tuberculeuse n'évolue pas en maladie tuberculeuse.

Dépistage demandé par votre médecin traitant

Si votre médecin traitant suspecte une infection tuberculeuse voire une tuberculose, il peut vous faire une ordonnance pour réaliser un test de dépistage auprès de la Ligue médico-sociale.

Le Vaccin BCG

En raison d’un nombre de cas annuels de tuberculose faible au Luxembourg, la vaccination systématique de la population contre la tuberculose, par le vaccin BCG, n’est pas appropriée.

De plus, la vaccination contre la tuberculose protège partiellement contre la tuberculose. Le BCG est surtout efficace chez les enfants, car il peut empêcher le développement des formes de tuberculose les plus sévères, comme la tuberculose cérébrale (méningite tuberculeuse). En ce qui concerne les adultes, les bénéfices de ce vaccin sont moins évidents.

Toutefois l’on peut être amené à proposer la vaccination BCG à des sujets très fragiles, comme les enfants en bas âge ayant été en contact très étroit avec une personne atteinte d’une tuberculose contagieuse.

Cette vaccination est aussi fortement recommandée pour les professionnels de santé particulièrement exposés à cette maladie comme les services de pneumologie et maladies infectieuses,...

Traitements

La tuberculose est une maladie qui peut être traitée très efficacement à condition de suivre son traitement et les conseils donnés par un médecin. En prenant correctement les médicaments prescrits toute la durée du traitement, les germes seront tous tués et la tuberculose maladie deviendra non contagieuse et guérira.

Même si votre état de santé s’améliore, il est très important de continuer la prise des médicaments jusqu’à la fin du traitement.  C’est l’unique façon de guérir, de vous protéger de complications graves et d’éviter de contaminer vos proches.

Traitement antibiotique

Toutes les formes de tuberculoses nécessitent un traitement antibiotique spécifique dit « antituberculeux ». Ce traitement associe plusieurs médicaments et dure un minimum de 6 mois.

Prendre régulièrement tout son traitement, tous les jours et tous les comprimés est une condition pour ne plus être contagieux et limiter les risques de rechute ou d’échec.

La plupart des malades atteints de tuberculose maladie ne souffrent pas d’effets secondaires. Mais si vous constatez les signes suivants, parlez-en immédiatement à votre médecin :

  • une sensation de brûlure aux pieds,
  • une éruption cutanée sévère,
  • une perte de l’acuité auditive,
  • une diminution de la vision et de la perception des couleurs,…

Pendant toute la durée de votre traitement, le médecin vous prescrira avec régularité des analyses sanguines afin de surveiller l’apparition d’éventuelles complications de la thérapie comme une hépatite, une crise de goutte, une insuffisance rénale,…

Conseils concernant le traitement

Le bacille de la tuberculose se multiplie très lentement dans l’organisme. Le traitement doit donc être prolongé et suivi assidument. D’où les conseils suivants :

  • Prenez les médicaments antituberculeux régulièrement et pendant toute la durée du traitement prescrit par votre médecin.
  • Prenez les vitamines prescrites par votre médecin pour vous protégez de la nocivité potentielle des médicaments antituberculeux.
  • Préciser à votre médecin si vous prenez d’autres médicaments (contraceptifs, épileptiques,…), car l’interaction des médicaments entre eux pourrait les rendre moins efficaces.
  • N’arrêtez pas vos médicaments même si vous vous sentez mieux.
  • Demandez toujours conseil à votre médecin avant d’arrêter un médicament contre la tuberculose ; et ce, même si ces médicaments vous provoquent des désagréments.
  • Vérifiez d’avoir suffisamment de médicaments pour les week-ends et les vacances afin de ne jamais interrompre votre traitement.
  • Pensez à faire renouveler votre ordonnance chez votre médecin suffisamment en avance, surtout si vous planifiez de partir en voyage.
  • Ne mettez pas vos médicaments dans votre valise si vous partez en avion, mais dans votre bagage à main. Vous aurez ainsi toujours à disposition votre traitement même si votre valise est perdue.
  • Ne donner jamais votre traitement antituberculeux à un autre membre de votre entourage, même s’il présente les mêmes symptômes que vous. Ces médicaments sont puissants et peuvent provoquer des résistances.
  • Lorsque que vous prendrez votre traitement antituberculeux, le nombre de comprimés à prendre par jour est élevé ; et ce, en dehors des vitamines.
  • Le traitement antituberculeux teinte en rouge orangé toutes les sécrétions corporelles comme vos urines, vos larmes, votre sperme et votre sueur.
    Si vous devez prendre un traitement antituberculeux, il est préférable de porter vos lunettes à vos lentilles, car vos lentilles vont se colorer en rouge orangé et risquent d’être inutilisables. 

En cas de voyage

  • Vérifiez d’avoir suffisamment de médicaments pour les week-ends et les vacances afin de ne jamais interrompre votre traitement.
  • Pensez à faire renouveler votre ordonnance chez votre médecin suffisamment en avance, surtout si vous planifiez de partir en voyage.
  • Ne mettez pas vos médicaments dans votre valise si vous partez en avion, mais dans votre bagage à main. Vous aurez ainsi toujours à disposition votre traitement même si votre valise est perdue.
  • Ne donner jamais votre traitement antituberculeux à un autre membre de votre entourage, même s’il présente les mêmes symptômes que vous. Ces médicaments sont puissants et peuvent provoquer des résistances.

Ne soyez pas surpris : c’est normal !

  • Lorsque que vous prendrez votre traitement antituberculeux, le nombre de comprimés à prendre par jour est élevé ; et ce, en dehors des vitamines.
  • Le traitement antituberculeux teinte en rouge orangé toutes les sécrétions corporelles comme vos urines, vos larmes, votre sperme et votre sueur.
    Si vous devez prendre un traitement antituberculeux, il est préférable de porter vos lunettes à vos lentilles, car vos lentilles vont se colorer en rouge orangé et risquent d’être inutilisables.

Résistance aux médicaments

Si le patient ne prend pas son traitement régulièrement ou pendant toute la durée prescrite par son médecin, les bacilles tuberculeux peuvent devenir résistants à certains antibiotiques et recommencer à se multiplier.

Ceci augmente l’émergence de formes de tuberculose dites résistantes aux médicaments et rend son traitement plus difficile, plus lourd et plus coûteux.

Les personnes malades disséminent ensuite ces bacilles résistants à leur entourage.

Éviter la transmission de la maladie

Afin d’éviter toute transmission de la tuberculose maladie, il faut isoler la personne malade et contagieuse pendant quelques semaines (jusqu’à disparition des risques contagieux) et la soigner rapidement. Un suivi régulier par le médecin traitant permet de s’assurer que le traitement est efficace et bien toléré

Les personnes qui ont été en contact avec la personne malade seront contrôlées et surveillées afin de s’assurer qu’elles n’ont pas été infectées.

Et s’il est prouvé qu’une personne en contact avec un tuberculeux a été récemment infectée il est recommandé d’entreprendre, chez elle, un traitement préventif pour éviter une évolution ultérieure vers la maladie et la contamination, à son tour, de son propre entourage. 

Remboursement

La tuberculose donne droit à une prise en charge de la sécurité sociale.

En cas d’absence de couverture sociale, la Ligue Médico-Sociale peut proposer l’aide d’une assistante sociale, qui recherchera les solutions adaptées à la situation, afin de ne pas nuire au bon suivi thérapeutique.

Règles d'hygiène

Règles d’hygiène concernant le malade

Si vous avez une tuberculose maladie pulmonaire, il est essentiel d’observer certaines règles d’hygiène pour éviter la transmission de la maladie à son entourage.

Tant que vous serez contagieux, vous serez isolé, habituellement à l’hôpital. Il faudra par ailleurs :

  • Porter un masque au contact de proches ou visiteurs.
  • Se couvrir la bouche lorsque que vous tousserez ou éternuerez.
  • Cracher dans un mouchoir en papier et le jeter ensuite dans une poubelle fermée ou une toilette.
  • Adopter de bonnes habitudes de vie : alimentation saine, sommeil adéquat et régulier.
  • Cesser l'alcool et arrêter le tabac.
  • Reprendre ses activités habituelles telles que les loisirs et le travail selon ses capacités et les recommandations médicales.

Règles d’hygiène concernant les locaux

Le bacille de la tuberculose est fragile à l’air libre. Il est donc conseillé de :

  • Aérer et ventiler régulièrement les locaux.
  • Nettoyer régulièrement les pièces à vivre.

Tuberculose résistante

Tuberculose résistante aux médicaments

La Société Respiratoire Européenne (European Respiratory Society), l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Centre Européen de prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC) mettent en garde contre les dangers de la tuberculose résistante aux médicaments.

Depuis plusieurs années, de plus en plus de tuberculoses résistantes aux médicaments apparaissent. Elles concernent surtout les pays fortement touchés par cette maladie qui sont aussi souvent les plus pauvres comme l’Asie et l’Afrique. Ces cas sont rares au Luxembourg.

Dans la très grande majorité des cas, la tuberculose est curable sous condition que les malades disposent des bons médicaments, au bon moment et les prennent à une dose adaptée sans interruption jusqu’à la fin du traitement prescrit par le médecin.

C’est en fait la difficulté d’accès des malades aux centres de soins, le manque chronique de médicaments spécifiques dans certains pays ou l’interruption des médicaments ou encore leur dosage insuffisant qui expliquent que les bacilles tuberculeux deviennent résistants à un ou plusieurs antibiotiques antituberculeux habituels.

Comme pour toute tuberculose, les bacilles résistants peuvent  se transmettre ensuite d’une personne à une autre. Et c’est ainsi qu’émergent et se diffusent les tuberculoses résistantes.

Les tuberculoses résistantes à un ou plusieurs médicaments sont plus difficiles à soigner et le coût du traitement est plus élevé.

Multirésistante ou ultrarésistante

La tuberculose est soignée par plusieurs médicaments que le médecin combine. Le traitement usuel de la tuberculose comporte, au départ quatre médicaments antituberculeux.

Lorsque le germe résiste à l’une de ces molécules, la tuberculose est qualifiée de monorésistante.

Parfois, le bacille résiste aux deux principaux médicaments antituberculeux. On parle alors de tuberculose multirésistante.

Si à cette multirésistance s’ajoutent de nouvelles résistances à plusieurs autres médicaments antituberculeux habituels dont au moins un médicament injectable, on parle alors de tuberculose ultrarésistante.

Les tuberculoses multirésistante et ultrarésistante sont des maladies très sérieuses. Elles peuvent être mortelles. Elles sont beaucoup plus difficiles à traiter que la tuberculose ordinaire (dite commune).

Traitement plus coûteux et plus difficile

Si vous êtes atteint de la tuberculose non résistante, vous serez sous médicaments pendant six à neuf mois en fonction du schéma de traitement adopté.

Cette forme de tuberculose est relativement facile à soigner si vous respectez les prescriptions de votre médecin.

Vous devez éviter de boire de l’alcool, avoir une alimentation saine et prendre votre dose quotidienne de médicaments jusqu’à la fin.

Par contre, si vous contractez une tuberculose résistante à un ou plusieurs médicaments, il faudra prendre une combinaison de différents médicaments sous forme de comprimés et parfois d’injections pendant 12 à 36 mois, voire plus longtemps, en fonction de leur efficacité et tolérance.

C’est un processus très long mais essentiel pour la guérison. Conserver votre courage et respecter strictement votre traitement est la seule façon de guérir.

Comment attrape-t-on la tuberculose résistante aux médicaments?

Vous pouvez attraper la tuberculose résistante aux médicaments, si vous :

  • avez déjà eu la tuberculose maladie, mais n’avez pas pris correctement vos médicaments ; dans ce cas, la tuberculose ordinaire peut se transformer en tuberculose résistante aux médicaments;
  • respirez des germes venant d’une personne atteinte de tuberculose maladie résistante aux médicaments;
  • avez un système immunitaire affaibli.

Questions fréquentes

Combien de temps une personne atteinte d’une tuberculose maladie pulmonaire peut-elle contaminer les autres ?

Dès l’instant où le traitement adapté est institué, en général, une personne souffrant d’une tuberculose contagieuse peut encore contaminer son entourage pendant une période de deux à quatre semaines.

Toutefois, selon le stade de la maladie et le temps que les médicaments agissent, cette période peut varier d’une personne à l’autre. Il faut faire un test pour vérifier si la personne est encore contagieuse ou pas.

Tant que la personne est contagieuse, elle est éloignée de son entourage et placée en isolement soit à l’hôpital soit à son domicile.

Sans aucun traitement, une personne souffrant d’une tuberculose contagieuse peut continuer à contaminer son entourage.

Que dois-je faire si j’ai été en contact avec une personne atteinte d’une tuberculose maladie pulmonaire ?

Si vous avez été en contact étroit avec une personne souffrant d’une tuberculose maladie pulmonaire, contactez votre médecin traitant ou la Ligue médico-sociale.

Ils vous informeront de la nécessité ou non d’effectuer un test de dépistage. Cela dépendra de la durée cumulée de vos contacts avec le malade et du niveau de contagiosité de celui-ci.

Que dois-je faire si j’ai été en contact avec une personne atteinte d’une forme de tuberculose autre que pulmonaire ?

Seule la tuberculose pulmonaire est contagieuse : en toussant ou parlant le malade projette dans l’air les bacilles tuberculeux.

Il n’y a donc aucun risque de contamination si vous êtes en contact avec une personne atteinte d’une tuberculose autre que pulmonaire (urinaire, osseuse, ganglionnaire, etc.).

Puis-je travailler si j’ai une primo-infection tuberculeuse ou une tuberculose maladie?

En cas de primo-infection tuberculeuse, vous ne présentez aucun signe de la maladie et n’êtes pas contagieux. Vous pouvez donc travailler normalement, même si vous bénéficiez d’un traitement préventif.

En cas de tuberculose maladie, vous serez mis en isolement et votre médecin vous prescrira un arrêt de travail dès le début de la maladie. Il sera renouvelé en fonction de l’évolution de votre état de santé.

Puis-je avoir des relations sexuelles si je suis atteint d’une primo-infection tuberculeuse ou d’une tuberculose maladie?

La tuberculose pulmonaire est une maladie qui se transmet par la salive, via les gouttelettes émises en toussant, éternuant ou parlant. Elle peut également se transmettre par les baisers, mais elle n’est pas sexuellement transmissible.

Toutefois, pendant la période contagieuse, vous pouvez transmettre la tuberculose par voie aérienne. Il faut donc éviter les baisers et les contacts rapprochés jusqu’à ce que votre traitement soit efficace et que vous ne soyez plus contagieux.

Après cette période initiale, vous pourrez avoir des relations sexuelles et amoureuses sans risque de contaminer votre partenaire.

Si vous êtes atteint d’une primo-infection tuberculeuse, vous n’êtes pas contagieux et il n’y a donc aucune restriction concernant vos relations amoureuses.

Si vous prenez un traitement antituberculeux, sachez qu’il peut réduire l’efficacité de vos contraceptifs hormonaux. Parlez-en à votre médecin afin d’assurer que vous êtes toujours correctement protégée.

Puis-je faire du sport si je suis atteint d’une primo-infection tuberculeuse ou d’une tuberculose maladie?

Votre fonction respiratoire peut être touchée uniquement en cas de tuberculose maladie.

Votre médecin traitant vous conseillera utilement sur la pratique du sport en fonction de votre état respiratoire et de votre état de santé.

Généralement, seules les activités sportives intenses sont déconseillées pendant votre traitement. Par contre, un sport doux comme la marche ou le vélo pourra vous convenir lorsque vous vous sentirez mieux.

Dois-je faire un dépistage si j’ai été en contact avec une personne qui prend un traitement préventif ?

Un traitement préventif est donné en cas de primo-infection tuberculeuse afin d’éviter une éventuelle évolution ultérieure vers la maladie.

Une personne traitée préventivement n’est pas contagieuse même si elle a été antérieurement en contact avec un malade. Il n’y a donc aucune raison, sauf cas particulier, d’effectuer un dépistage.

Une personne que je côtoie régulièrement  a eu un test de la tuberculose positif. Suis-je moi-même contaminé(e) ?

Lorsqu’un test est positif, il s’agit le plus fréquemment d’une simple primo-infection tuberculeuse (non contagieuse) et rarement d’une tuberculose maladie. Il n’y a donc très peu de risque d’avoir été contaminé(e).

Cependant en cas d’incertitude votre médecin traitant ou la Ligue médico-sociale pourront vous répondre ou vous conseiller utilement.  

J’ai été en contact avec un ami commun d’un malade tuberculeux et contagieux. Puis-je être moi-même contaminé(e) ?

Le bacille de la tuberculose ne peut se transmettre que lors de contacts étroits et directs avec une personne malade et contagieuse. Il n’y a pas de transmission possible de la maladie par personne interposée, sauf si cette dernière est elle-même atteinte de la maladie.

Si votre ami commun n’est pas malade, vous ne pouvez pas avoir été contaminé.

Et même si, cas exceptionnel, il était malade la Ligue Médico-Sociale en serait informée et vous seriez invité(e) à effectuer un dépistage gratuit.  

Puis-je être enceinte si j’ai une tuberculose maladie ?

Il n’est pas conseillé d’être enceinte pendant votre traitement contre la tuberculose.

Si vous êtes enceinte lors de la découverte de la tuberculose maladie. N’oubliez pas de le signaler à votre médecin afin qu’il adapte le traitement antituberculeux. 

Aides utiles

Médecins généralistes et pneumologues

Votre médecin généraliste est la personne de référence qui pourra détecter les premiers symptômes de la tuberculose.

Les médecins pneumologues sont spécialistes de l’appareil respiratoire et de ses affections. Ce sont des experts de la tuberculose pulmonaire, maladie dont l’histoire est à l’origine de leur discipline.

Dans le cadre de la tuberculose, ils prescrivent les examens complémentaires nécessaires au diagnostic et la prise en charge de votre maladie. Ils adapteront votre traitement aux résultats des examens et contrôleront l’évolution satisfaisante de votre état de santé jusqu’à la guérison.

Ligue Médico-Sociale

Les centres médico-sociaux de la Ligue réalisent des tests tuberculiniques, et si besoin, des examens radiologiques qui permettent de diagnostiquer l’infection tuberculeuse latente et la tuberculose maladie.

Si vous avez des inquiétudes ou avez besoin de renseignements complémentaires sur la maladie, veuillez contacter la Ligue Médico-Sociale :

Ligue Médico-Sociale
21-23, rue Henri VII
L-1725 Luxembourg
Tél.: (+352) 22 00 99 – 1
www.ligue.lu

Service national des maladies infectieuses

Le service national des maladies infectieuses organisent des consultations médicales spécialisées en maladies infectieuses et en maladies tropicales.

Il conseille et informe sur la santé sexuelle, mais également sur les vaccins et traitements particuliers nécessaires avant un départ en vacances. Il vous prend également en charge si des problèmes de santé surviennent au retour de votre voyage.

Service national des maladies infectieuses – Travel Clinic
Rue Barblé, 4
1210 Luxembourg
Tél.: +352 / 44.11.30.91 (sur rendez-vous)
www.chl.lu

Sources

Ce dossier a été validé par :

  • Dr CHAUSSADE Fabrice, Médecin spécialiste en Pneumonologie, Ligue Médico-Sociale
  • Dr SCHLESSER Marc, Médecin spécialiste en Pneumonologie, CHL
  • Dr MICHAUX Christian, Médecin interniste, CHL
  • Dernière modification le 19-10-2015