Coup de chaleur

Définition

Le coup de chaleur est une augmentation de la température corporelle (pouvant atteindre plus de 40° C) accompagnée d'une forte sudation entraînant une déshydratation importante. Il survient, la plupart du temps, de façon subite.

La personne qui en est atteinte se rend rarement compte de ce qui lui arrive. Ce sont donc souvent les personnes de son entourage qui en observeront les premiers signes. Le coup de chaleur est un cas d'urgence médicale. La victime doit être immédiatement conduite à l'hôpital, car si aucun traitement n'est appliqué rapidement pour faire baisser la température du corps, le décès peut survenir dans les heures qui suivent.

Le coup de chaleur affecte surtout les bébés, les personnes âgées ou encore les personnes en perte d'autonomie, car elles ne peuvent pas toujours s'hydrater d'elles-mêmes ou elles oublient parfois de le faire. Les personnes jeunes et en bonne santé en sont rarement victimes.

Même s'il survient de façon subite, le coup de chaleur peut être précédé par des signes avant-coureurs qui s'installent de façon progressive et insidieuse:

  • forte sudation suivie d'une diminution importante et graduelle de la sudation. La personne n'a plus suffisamment d'eau dans le corps pour continuer à transpirer;
  • fatigue, vertiges, perte d'appétit, maux de tête, nausées, irritabilité;
  • sensation de battements rapides du coeur.

Symptômes

Le coup de chaleur se manifeste de la manière suivante:

  • accélération importante du rythme cardiaque;
  • baisse de la tension artérielle;
  • spasmes musculaires;
  • confusion;
  • convulsions;
  • coma et arrêt cardiaque dans certains cas.

Causes

Déshydratation

Elle peut causer un déséquilibre physique du contrôle de la température corporelle et induire un coup de chaleur. En général, c'est une chaleur excessive qui est très souvent responsable de la déshydratation, cependant, celle-ci peut se produire même lorsque la température ambiante est normale.

Exercice physique intense et prolongé

L'exercice physique pratiqué de façon intense et sur une période prolongée peut induire un coup de chaleur lorsqu'il est combiné à une température ambiante particulièrement élevée. Dans ce cas précis, il peut parfois affecter même les personnes jeunes et en bonne santé.

Certains médicaments

Les diurétiques, les phénothiazines, les antiparkinsonniens, les antidépresseurs tricycliques et les bêtabloquants associés à une température ambiante particulièrement élevée et à une mauvaise hydratation peuvent être responsables du coup de chaleur, car ils favorisent la déshydratation.

Certaines maladies

Les personnes atteintes de maladies chroniques, comme les maladies respiratoires, le diabète et l'hyperthyroïdie, sont plus à risque, car ces états favorisent la déshydratation. Les personnes atteintes de démence, de schizophrénie mal maîtrisée et d'alcoolisme sont aussi à surveiller, car, leur état de conscience étant altéré, ces personnes risquent d'oublier de s'hydrater.

Conseils pratiques

Réduire la température du corps en attendant l'aide médicale

Amenez la personne victime d'un coup de chaleur dans une pièce calme et fraîche, aspergez-la d'eau froide ou appliquez des serviettes d'eau froide sur son corps et placez-la près d'un ventilateur. Au moment du coup de chaleur, il est inutile de forcer la personne à boire, car elle n'a plus la capacité de déglutir.

Prévenir un coup de chaleur en maintenant une hydratation adéquate

On ne peut pas vraiment dire qu'il y a une quantité recommandée d'eau à boire et il est impossible de définir en litres d'eau ce que représente une "hydratation adéquate". Cependant, il est recommandé de boire plusieurs fois par jour de petites quantités d'eau, surtout quand vous avez soif ou que votre bouche est sèche.

Surveiller son alimentation

Mangez beaucoup de fruits et de légumes, l'eau qu'ils contiennent contribue à assurer l'hydratation lorsqu'il fait très chaud. Évitez les aliments riches en sel, ils favorisent la déshydratation.

Éviter de boire de l'alcool

L'alcool contribue à la déshydratation et augmente la confusion, la personne pouvant ainsi oublier de s'hydrater adéquatement.

Éviter les environnements chauds et humides

Pendant les périodes de chaleur intense, évitez les endroits mal ventilés, limitez vos expositions au soleil ou à la chaleur à de courtes périodes, surtout entre midi et quatre heures de l'après-midi. Fréquentez plutôt des endroits frais, comme les centres commerciaux, les musées ou les salles de cinéma, et réservez vos activités extérieures pour les moments les plus frais de la journée, tôt le matin, en fin d'après-midi ou en soirée.

Éviter les exercices exténuants

Lorsque la température ambiante est particulièrement élevée, il est recommandé d'éviter de faire des activités ou des exercices exténuants pouvant favoriser un coup de chaleur. Il est préférable de les réserver pour les jours où la température est plus fraîche.

Éviter de laisser les personnes âgées et les jeunes enfants seuls

Pendant les périodes de chaleur intense, ils peuvent oublier de s'hydrater adéquatement et ne pas se rendre compte des premiers signes d'un coup de chaleur.

Quand consulter

  • La température du corps de la personne n'a pas baissé même après une bonne hydratation dans une pièce mieux ventilée.
  • La transpiration de la personne est excessive et s'arrête brutalement, et elle est éventuellement accompagnée des signes avant-coureurs suivants: fatigue, vertiges, perte d'appétit, maux de tête, nausées, irritabilité, sensation de battements rapides du coeur.
  • La personne présente des signes de confusion soudains et inexpliqués (difficulté subite à exécuter des tâches quotidiennes, oubli, perte de mémoire, etc.) à la suite d'une activité intense et prolongée ou à une exposition prolongée au soleil ou à une chaleur intense.
  • Dans tous les cas, rendez-vous immédiatement à l'urgence.

Examen

Le médecin procède à une évaluation de l'état neurologique et cardiovasculaire. Il note les signes vitaux (prise du pouls et de la température), fait une prise de sang, et évalue le degré de déshydratation en pinçant une partie de la peau du patient entre ses doigts et en observant si cette dernière reprend sa position initiale lorsqu'il la relâche. Lorsque la peau reste plissée, c'est le signe que la quantité d'eau contenue dans le corps est faible et qu'il y a déshydratation.

Traitement

Le médecin stabilise d'abord la tension artérielle en remplaçant les pertes de liquides par l'administration de serum intraveineux. Si le patient est inconscient, le médecin vérifie sa capacité respiratoire et lui applique un masque à oxygène.

De plus, un respirateur mécanique peut être utilisé, et ce, jusqu'à ce que l'état du patient soit stabilisé. La température corporelle est vérifiée ensuite toutes les 10 minutes. Si elle ne baisse pas suffisamment, le médecin peut utiliser un ventilateur portatif, faire prendre un bain ou arroser (avec une douche) le patient d'eau à température modérée, refroidie progressivement.

Source

  • Auteur : Dr Normand Racine, Cardiologue
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 19-10-2015