Grippe A (H1N1)

Définition

Le virus de la grippe A (H1N1) est un nouveau virus humain résultant d’une combinaison de segments de gènes de différentes origines : porcine, aviaire et humaine.

Ce virus a été détecté au Mexique pour la première fois au mois de mars 2009 et se caractérise par une transmission interhumaine.

Quand consulter

Il y a lieu de contacter un médecin en cas d’apparition de fièvre soudaine supérieure à 38 °C, accompagnée de symptômes de la grippe tels que :

  • toux et difficultés respiratoires,
  • maux de tête
  • rhume et maux de gorge,
  • douleurs musculaires et courbatures,
  • nausées,
  • vomissements et diarrhée.

Transmission

La transmission du virus de la grippe A (H1N1) se fait par :

  • voie aérienne, c’est-à-dire la dissémination du virus dans l’air par l’intermédiaire de quintes de toux, d’éternuements ou de gouttelettes de salive,
  • le contact direct de moins d’un mètre avec une personne infectée : poignée de main, accolade, baiser, bise,…
  • le contact indirect avec des objets touchés et donc contaminés par la personne malade : poignées de porte, billets de banque,…

Période d’incubation

La période qui s’écoule entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes de la maladie peut atteindre 8 jours.

Contagion

Une personne infectée peut transmettre le virus 1 jour avant et 7 jours après l’apparition des symptômes.

Gestes qui protègent

La vaccination permet de se protéger soi-même et son entourage.

Le respect des règles élémentaires d’hygiène limite la transmission du virus par voie aérienne, mais également par les mains et les objets contaminés.

  • Evitez, dans la mesure du possible, tout contact avec une personne malade.
  • Lavez-vous soigneusement et régulièrement les mains pendant 30 secondes avec de l’eau et du savon ou des solutions hydro-alcooliques.
  • Couvrez-vous la bouche et le nez lorsque vous toussez ou éternuez;
  • Utilisez toujours un mouchoir en papier si vous toussez, vous vous mouchez ou crachez. Jetez le mouchoir directement à la poubelle après usage. Lavez-vous ensuite les mains.

Médicaments antiviraux

En cas d’infection avec le virus A (H1N1), il existe deux médicaments antiviraux qui permettent de traiter les symptômes de la personne malade: Tamiflu® et Relenza®.

Ces antiviraux sont prescrits par un médecin après avoir établi un diagnostic.

Il ne sert à rien de prendre des médicaments antiviraux dans un but préventif.

S’ils ne sont pas administrés correctement, ces médicaments peuvent induire des effets secondaires non négligeables.

Ils pourraient même créer des souches résistantes et perdre ainsi leur efficacité en cas de maladie.

Aucune contamination par ingestion de viande

Le virus ne se transmet pas par l’ingestion de viande de porc ou de produits alimentaires élaborés à base de viande de porc.

Le virus ne survit pas à la cuisson (température de 70 °C).

En cas de maladie

En cas de maladie, il faut rester à la maison afin de ne pas transmettre la maladie à autrui.

Il faut veiller à guérir complètement, ce qui nécessite en principe 7 jours après l’apparition des symptômes.

Mesures d’hygiène à respecter

La personne malade et son entourage respecteront les mesures d’hygiène suivantes:

  • Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour avec de l’eau et du savon pendant 30 secondes. Frottez paume contre paume par mouvements rotatifs sans oublier les doigts, sous les ongles et le dos de la main.
  • Couvrez-vous la bouche et le nez avec un mouchoir en papier lorsque vous toussez ou éternuez. Utilisez le creux de votre coude si vous n’avez pas de mouchoir. Cela évite de transmettre le virus par les mains.
  • Jetez le mouchoir utilisé directement à la poubelle et lavez-vous ensuite les mains.
  • Renoncez à des contacts corporels : accolades, baisers, bises, poignées de main,…
  • Nettoyez les surfaces communes avec du savon ou une solution hydro-alcoolique : cuisine, salle de bains,…
  • Aérez régulièrement les pièces : 3 à 4 fois par jour pendant 10 minutes.

Personnes à risque

Un risque accru de complications existe notamment pour les personnes suivantes.

  • Les personnes atteintes d’affections chroniques graves entre 6 mois et 64 ans comme les maladies respiratoires chroniques, y compris l’asthme.
  • Les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires chroniques, désordres métaboliques chroniques comme le diabète; de maladies chroniques rénales ou hépatiques, de déficits immunitaires congénitaux ou acquis,  de maladies neurologiques ou musculaires chroniques, d’hémoglobinopathies ou toutes autres conditions affectant l’immunité ou ayant un impact sur la fonction respiratoire comme l’obésité morbide.
  • Les enfants, âgés de 6 mois et plus, traités à long terme par salicylés (aspirine).
  • Les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de la grossesse.

Femmes enceintes

Au cours d’une grossesse, des changements mécaniques et hormonaux sont observés au niveau des systèmes cardiovasculaire, respiratoire et immunitaire.

La capacité pulmonaire se réduit parce que l’utérus grossit et compresse le diaphragme.

Ceci représente donc un risque, car le virus s’attaque en premier lieu aux voies respiratoires.

Toutes ces modifications de l’organisme rendent la femme enceinte plus susceptible d’être affectée par certaines infections virales, en particulier celles de la grippe.

Femmes enceintes et malades

Chez les femmes enceintes, le virus A (H1N1) risque d’entraîner des complications.

Il est donc conseillé dès les premiers symptômes grippaux de contacter sans délai le médecin traitant pour déterminer avec lui la procédure à suivre.

Femmes enceintes et médicaments antiviraux

Il y a lieu de consulter toujours un médecin avant de prendre un médicament.

Les femmes enceintes faisant partie des groupes qui encourent un risque accru, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise de leur administrer un traitement antiviral le plus tôt possible après l’apparition des symptômes.

Femmes allaitantes et malades

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’allaitement, car les études menées sur d'autres infections grippales montrent que le lait maternel joue plutôt un rôle protecteur pour l'enfant: il transmet des anticorps maternels utiles et réduit le risque de maladie respiratoire.

Le lait maternel constitue le meilleur aliment pour l'enfant et augmente ses défenses immunitaires.

Lors de l’allaitement, il est conseillé de respecter scrupuleusement les règles d’hygiène élémentaires.

Bébés malades

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’allaitement, car il constitue d'une manière générale le meilleur aliment pour l'enfant et augmente ses défenses immunitaires

Il faut donc continuer à allaiter un bébé malade, car le contact physique avec la mère, l’apport de liquide et des tétées plus fréquentes lui sont bénéfiques.

Femmes allaitantes et médicaments antiviraux

Si le médecin prescrit un médicament antiviral à une femme allaitante en fonction de son risque de complications, elle peut continuer à allaiter son bébé.

Femmes malades et leur bébé

Les enfants en bas âge (jusqu’à 2 ans) étant particulièrement susceptibles d’être infectés par le virus, il est recommandé de demander à une personne saine de prendre soin du bébé.

À défaut d’aide, il est conseillé à la femme malade de respecter scrupuleusement les règles d’hygiène élémentaires.

Vaccination

Le vaccin contre la grippe saisonnière 2010/2011 protège contre les virus A (H1N1), A (H3N2) et B.

  • Dernière modification le 19-10-2015