Gueule de bois

Définition

Presque tous les adultes ont connu au moins une fois dans leur vie ce qu'on appelle "le lendemain de veille", c'est-à-dire le lendemain pénible qui suit une fête bien arrosée.

Si la "gueule de bois" classique est sans conséquence, il en va autrement si elle est fréquente ou si elle fait suite à une consommation d'alcool trop élevée: dans les cas extrêmes, l'individu peut même tomber dans le coma.

Par ailleurs, les études médicales se contredisent quant à savoir si la gueule de bois peut entraîner ou non des anomalies comportementales.

La tolérance à l'alcool varie selon les individus.

Symptômes

La gueule de bois est une période d'inconfort caractérisée par les malaises suivants:

  • perturbation du sommeil (habituellement, le sujet s'endort rapidement et se réveille très tôt);
  • sensation de soif;
  • maux de tête;
  • humeur maussade;
  • irritabilité et nervosité;
  • nausées et vomissements;
  • étourdissements;
  • irritation de l'oesophage;
  • irritation de l'estomac;
  • odeur acétonique (acide) dégagée par l'haleine et le corps;
  • ralentissement des réflexes;
  • amnésie (oubli de ce qui a survenu après le début de la consommation - black out);
  • tremblements;
  • parfois vomissements de sang;
  • palpitations cardiaques dans les cas graves;
  • coma dans les cas extrêmes.

Conséquences

Déshydratation

À des doses excessives, l'alcool a un effet déshydratant.

Destruction de la vitamine C.

Troubles électrolytiques

Les électrolytes, tels que le phosphore, le potassium ou le calcium, sont les sels minéraux de l'organisme. Ils permettent la transmission des influx nerveux vers les muscles. L'excès d'alcool rompt l'équilibre entre ces substances.

Chute de la glycémie (taux de sucre sanguin)

L'alcool fait augmenter la sécrétion d'insuline, ce qui fait baisser le taux de sucre.

Acidose

Le pH de l'organisme devient plus acide. Ce phénomène, qui peut être attribuable à un excès d'alcool ou à une maladie telle que le diabète, interagit avec le déséquilibre des électrolytes, ce qui entraîne notamment un ralentissement des réflexes.

Irritation de l'oesophage ou gastrite hémorragique

L'action toxique de l'alcool cause des vomissements de sang dans les cas graves.

Maux de tête

Les maux de tête (céphalées) pourraient s'expliquer par une substance toxique (l'acétaldéhyde) qui se libère durant la dégradation de l'alcool dans le sang, par des additifs présents dans certains produits ou par les impuretés que l'on peut trouver dans les alcools distillés.

Conseils pratiques

Boire beaucoup d'eau

L'une des premières conséquences de la gueule de bois, c'est la déshydratation causée par l'alcool. Avant de vous coucher et quand vous vous levez, buvez beaucoup d'eau. Vous pouvez aussi boire du Gatorade, utilisé par les sportifs, ou du bouillon salé (de boeuf, de poulet ou de légumes), qui remplaceront les sels minéraux (surtout le sodium) que vous avez perdus. boire beaucoup est la plus importante mesure à prendre pour éviter les maux de tête, bien tolérer l'alcool et récupérer de ses effets sans problème.

Éviter tous les mets acides

Ce n'est pas particulièrement le moment de boire du jus d'orange!

Éviter le café

En plus d'être irritant, le café est diurétique et ne fera qu'aggraver la déshydratation.

Ne pas prendre d'aspirine ni d'acétaminophène

L'aspirine risque d'augmenter la concentration d'alcool dans le sang et d'irriter davantage votre estomac. Quant à l'acétaminophène (par exemple: Tylenol), dans votre état, il peut être toxique pour le foie

Ne pas faire confiance aux recettes de nos grands-mères

Les remèdes du genre bière et jus de tomate pour un "lendemain de veille" ne feront qu'aggraver le problème. Par ailleurs, si vous êtes obligé de recourir à ces recettes pour diminuer vos tremblements, il faut probablement y voir un symptôme de sevrage dû à un phénomène de dépendance à l'alcool.

Renoncer à sa journée de travail si son emploi met en jeu la sécurité du public

Si vous êtes chauffeur d'autobus ou pilote d'avion, vous pourriez mettre en péril la sécurité des passagers. De même, si votre travail exige une motricité fine, vous risquez d'avoir un très mauvais rendement et d'être compromis dans vos habiletés.

Prendre de la vitamine C

L'alcool réduit la quantité de vitamine C dans l'organisme. Prenez-en cependant à faibles doses, car la vitamine C est acide et vous devez, dans votre cas, éviter les substances acides. Les complexes de vitamines B peuvent aussi être utiles, en particulier la thiamine.

Prendre un antiacide au besoin

Cela soulagera vos maux d'estomac et vos douleurs oesophagiennes.

Éviter de manger certains aliments lors d'une soirée bien arrosée

Se bourrer de croustilles (chips) ou d'autres amuse-gueules salés, comme des bretzels, n'est pas une bonne idée puisqu'ils donnent très soif et vous risquez de vouloir vous désaltérer en prenant plus de consommations alcoolisées. C'est d'ailleurs pourquoi, dans de nombreux bars ou discothèques, on offre gracieusement un bol de croustilles ou d'arachides. La consommation d'alcool avec les aliments salés accélèrent le processus de déshydration.

Évitez les endroits enfumés

L'effet combiné de la fumée et de l'abus d'alcool est déconseillé. Ils contiennent tous deux de l'acétaldéhyde, qui exerce une action particulièrement toxique sur le foie, qui participe au phénomène de la gueule de bois.

Faire attention si on prend des médicaments

Combinés à l'alcool, les antidépresseurs, neuroleptiques ou sédatifs peuvent empirer la gueule de bois.

Parallèlement, si vous suivez un traitement, sachez que l’alcool peut mener à un surdosage ou à un sous-dosage de vos médicaments.

Quand consulter

Si vos malaises persistent au-delà de 36 heures, malgré les conseils d'usage, consultez un médecin.

Examen

Le médecin procédera à un examen clinique. S'il soupçonne une acidose diabétique, il pourra demander une analyse en conséquence. Dans certains cas, il demandera un dosage des électrolytes ou une analyse du pH veineux ainsi qu'un dosage de la glycémie.

Traitement

Outre les conseils d'usage, le médecin pourra prescrire un antiacide et des inhibiteurs de la pompe à protons (des médicaments qui empêchent la production d'acide par l'estomac). Dans les cas très graves, si le patient vomit du sang ou s'il a des selles noires, une investigation plus en profondeur devrait être fait à l'urgence de l'hôpital.

Source

  • Mise à jour : Dr Philippe Presles
  • Auteur : Dr Jean-Pierre Chiasson, Omnipraticien spécialisé en toxicomanie, Clinique Nouveau Départ, Montréal
  • Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
  • Dernière modification le 28-11-2016