Mononucléose infectieuse (maladie du baiser)

Définition

La mononucléose infectieuse (MNI) est une maladie infectieuse aiguë due au virus d'Epstein Barr (EBV). Ce virus est de la famille des herpès virus.

Une fois dans l'organisme, le virus se multiplie dans certains globules blancs, les lymphocytes. L'incubation est de 4 à 6 semaines.

Symptômes

La MNI est le plus souvent asymptomatique (ne donne aucun signe clinique). La transmission se fait par la salive, d'où le nom de "maladie du baiser".

Bénigne, elle est cependant responsable d'une grande fatigue. Elle touche préférentiellement les adolescents et les jeunes adultes.

Conseils pratiques

Éviter tout effort important pendant les mois qui suivent une mononucléose, en raison de la fatigue importante qui persiste souvent.

Arrêter le sport temporairement (pendant environ deux à trois mois).

Quand consulter

  • Apparition progressive de signes plus ou moins intenses évoquant un syndrome grippal: maux de tête, malaises, frissons, douleurs musculaires, perte d'appétit.
  • Fièvre, très fréquente, souvent assez élevée.
  • Fatigue importante.
  • Angine rouge, inflammation buccale pouvant gêner la déglutition.
  • Ganglions (ou adénopathies) dans le cou (pouvant également gêner la déglutition).
  • Plus rarement, éruption cutanée, voire discrète jaunisse (ictère).

Examen

A l'examen de la gorge, le médecin note la présence d'une angine rouge. Elle peut s'accompagner de pétéchies (petites tâches rouges) au niveau du palais. L'examen du cou permet de déceler les adénopathies, parfois douloureuses à la palpation. Dans près de la moitié des cas, il existe une augmentation du volume de la rate (splénomégalie) mais ne donnant aucun signe clinique. Il arrive enfin que le foie soit également un peu gros (hépatomégalie) et parfois associé à un léger ictère.

Devant ce tableau évocateur, une prise de sang doit être effectuée. La numération formule sanguine permet de mettre en évidence un syndrome mononucléosique: il existe de nombreux lymphocytes, dont certains sont bleutés (par la coloration sur lame); les plaquettes sont abaissées dans la moitié des cas. Les transaminases (enzymes du foie) sont souvent élevées.

Le diagnostic se fait sur l'existence d'anticorps anti-EBV dans le sang. Pour cela, on a recours au "MNI-Test": test rapide et réalisable dès les premiers jours de la maladie. Il existe cependant une possibilité de faux positifs, c'est pourquoi il faut le compléter par un autre test appelé "réaction de Paul Bunnel-Davidson" (PBD) qui permet de confirmer le plus souvent le diagnostic de mononucléose infectieuse. Dans environ 20% des cas, la PBD reste négative, le seul moyen de faire le diagnostic est alors de rechercher les anticorps spécifiques par une sérologie: la présence d'immunoglobulines appelées "IgM anti-VCA" permet d'affirmer l'infection.

Traitement

Il faut d'abord se reposer au lit. Des antalgiques (contre la douleur) et des antipyrétiques (contre la fièvre) seront prescrits. En revanche, les antibiotiques sont le plus souvent inutiles puisqu'il s'agit d'une maladie virale. Ils sont uniquement nécessaires s'il existe une surinfection bactérienne de l'angine. Dans ce cas, la pénicilline A ou ampicilline est formellement contre-indiquée car elle entraîne alors des éruptions cutanées importantes. Lorsque la gêne à la déglutition et à la respiration est très marquée, le médecin peut être amené à prescrire des corticoïdes pendant quelques jours, qu'il faudra toujours arrêter de façon progressive.
La mononucléose guérit en deux à trois semaines environ, seule la fatigue peut persister pendant plusieurs mois.

Source

  • Auteur : Dr Sylvie coulomb
  • Source : Pathologie infectieuse de l'enfant, P. Bégué et J. Astruc, Masson, 1999.
  • Dernière modification le 19-10-2015