Onchocercose

Définition

Maladie à transmission vectorielle

L’onchocercose est une maladie des yeux, provoquant la cécité, et de la peau causée par un ver (filaire) dont le nom scientifique est Onchocerca volvulus. Elle est transmise aux humains par la piqûre d’une petite mouche noire (une simulie). Ces mouches se reproduisent dans les cours d’eau agités, augmentant le risque d’infection chez les personnes vivant à proximité, d’où le nom usuel de « cécité des rivières ». Dans le corps humain, le ver femelle adulte produit des milliers de larves (microfilaires) qui migrent dans la peau et les yeux.

L’onchocercose est une maladie à transmission vectorielle. Ce qui signifie une maladie transmise par des vecteurs.

Les vecteurs sont des petits organismes vivants (tels que les moustiques, les tiques, les punaises, phlébotomes ou gastéropodes d’eau douce) qui peuvent transmettre des micro-organismes pathogènes d’une personne ou d’un animal infecté à une autre personne ou animal. Cela peut engendrer de graves maladies dans les populations humaines.

Quelles sont les conséquences de la maladie ?

La mort des microfilaires est très toxique pour la peau et les yeux, et provoque de terribles démangeaisons cutanées et des manifestations oculaires variées (lésions). Après de nombreuses années d’exposition, ces lésions conduisent à une cécité irréversible et à des lésions cutanées inesthétiques appelées parfois « peau de léopard » ou de «  lézard ».

Dans certaines communautés d’Afrique de l’Ouest, environ 50% des hommes de plus de 40 ans sont devenus aveugles à cause de la maladie. En conséquence, les populations ont quitté les vallées fertiles pour s’installer sur les plateaux moins fertiles.

Où l’onchocercose sévit-elle ?

La distribution de l’onchocercose est liée à la localisation des simulies qui sont naturellement retrouvées près des cours d’eau agités en zone inter-tropicale. Près de 90% des cas surviennent en Afrique. L’onchocercose est aussi retrouvée dans 6 pays d’Amérique latine et au Yemen dans la péninsule arabique, où l’on pense que la maladie a été introduite par la traite des esclaves. 

Diagnostic et Traitement

Le diagnostic repose sur des biopsies cutanées standardisées.

Un traitement médicamenteux efficace, à base d’ivermectine, existe.

Source

Cette fiche a été validée par :

  • Dr STEIL Simone, Médecin-chef de division, Division de la médecine préventive et sociale, Direction de la Santé.
  • Dernière modification le 19-10-2015