Cauchemars

Définition

À peu près tout le monde sait ce que sont les cauchemars. Qui n'a jamais été terrorisé par un de ses rêves ? Les cauchemars ne sont pas une maladie, mais lorsqu'ils surviennent fréquemment, ils révèlent généralement la présence d'un trouble associé.

Les cauchemars, comme la plupart des rêves d'ailleurs, surviennent pendant la phase de sommeil paradoxal, plus présente en fin de nuit. Les cauchemars sont généralement des rêves longs et compliqués qui deviennent plus angoissants vers la fin du scénario. Très souvent, les gens font état de poursuites dans leurs cauchemars. Il n'est pas rare non plus que les mêmes cauchemars reviennent nuit après nuit, avec la même histoire en trame de fond.

Habituellement, les personnes se réveillent à la fin de leur rêve, mais, dans certains cas, il n'y a pas de période d'éveil après le cauchemar. Toutefois, au petit matin, le souvenir d'une peur intense associée à un rêve est présent.

Les cauchemars sont très fréquents chez les jeunes enfants. Entre l'âge de trois et six ans, de 10 à 50 % des enfants font occasionnellement des cauchemars. La fréquence et l'intensité des cauchemars diminuent chez l'adulte et disparaissent presque complètement après 60 ans. Ils sont par ailleurs plus fréquents chez les femmes que chez les hommes.

Le trouble est considéré comme léger quand les cauchemars surviennent moins d'une fois par semaine, comme modéré lorsqu'ils se produisent plus d'une fois par semaine, et comme grave quand on fait un cauchemar chaque nuit.

Symptômes

Les cauchemars sont généralement accompagnés des manifestations suivantes:

  • sueurs;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • paroles, gestes et cris (à l'occasion).

Causes

  • Traumatismes psychologiques.
    Les gens souffrant d'anxiété post-traumatique font presque toujours des cauchemars. Souvent, ils revivent en rêves l'événement traumatisant, un accident de voiture par exemple, ou des événements qui lui ressemblent. On a longtemps cru que les cauchemars avaient un rôle de protection, que le fait de revivre les événements traumatisants en rêve permettait d'évacuer l'angoisse et le stress. On pense aujourd'hui que les cauchemars retardent plutôt le processus de guérison en rappelant constamment à la mémoire des faits traumatisants.
  • Troubles psychiatriques.
    Les cauchemars sont fréquents chez les personnes atteintes de certains problèmes psychiatriques, tels que la dépression et les troubles anxieux. Toutefois, plus de 50 % des gens qui font des cauchemars n'ont aucun diagnostic psychiatrique.
  • Sevrage d'alcool.
    Les personnes qui consomment beaucoup d'alcool font généralement des cauchemars lorsqu'elles diminuent brusquement leur consommation.
  • Certains médicaments.
    Les agents dopaminergiques (utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson) et les bêtabloquants (des antihypertenseurs) peuvent provoquer l'apparition de cauchemars. On observe aussi le même phénomène lorsqu'on cesse un traitement par les antidépresseurs (tricycliques et ISRS) et par certains hypnotiques (benzodiazépines).

Conseils pratiques

  • Parler des cauchemars
    Extériorisez votre angoisse en racontant vos rêves à vos proches. Les jeunes enfants, particulièrement, devraient toujours raconter leurs rêves effrayants pour éviter d'élaborer des scénarios dans leur tête et en arriver à confondre le rêve et la réalité. L'imagination des enfants peut parfois les amener à mal interpréter leurs cauchemars. Demandez à votre enfant de vous parler de ses rêves et tentez de les dédramatiser.
  • Éviter les films ou les livres terrifiants
    Les films angoissants et les histoires d'horreur peuvent provoquer l'apparition de cauchemars, particulièrement chez l'enfant. Proposez-lui plutôt des histoires drôles, car certains scénarios influencent souvent le contenu des rêves. Pour éviter les cauchemars, les adultes devraient aussi éviter les histoires d'horreur.
  • Identifier les déclencheurs
    Certains éléments de l'environnement peuvent effrayer un enfant et induire des cauchemars. Essayez de voir avec votre enfant si des choses lui font peur dans sa chambre. Ce peut être l'ombre d'un arbre ou des rideaux qui flottent au vent. Trouvez des solutions pour éliminer ces éléments déclencheurs de son environnement.
  • Allumer une veilleuse
    L'état psychologique dans lequel une personne se met au lit influence souvent le contenu de ses rêves. Allumez une veilleuse si votre enfant, ou vous même, avez peur du noir. Vous serez ainsi plus détendu et moins sujet aux cauchemars.
  • Changer le scénario
    Les personnes qui souffrent d'anxiété post-traumatique refont souvent le même cauchemar. Si c'est votre cas, écrivez l'histoire de votre rêve en en modifiant le scénario de façon à rendre la fin plus agréable. Refaites cet exercice régulièrement et vous parviendrez peut-être à influencer le contenu de vos rêves. Ce conseil peut également s'adresser aux enfants.

Quand consulter

Quand vous, ou votre enfant, faites un cauchemar plus d'une fois par semaine.

Examen

L'examen est essentiellement de type psychologique afin de permettre au médecin d'identifier les causes ou les facteurs précipitants des cauchemars.

Traitement

Il n'existe pas vraiment de traitement efficace pour traiter les cauchemars. Dans tous les cas, l'approche devrait d'abord être psychologique. La psychothérapie est le plus souvent utilisée pour tenter de découvrir si des traumatismes refoulés sont à l'origine des cauchemars.

Dans de rares cas, en présence de troubles psychologiques importants, le médecin peut prescrire des antidépresseurs qui permettent de faire disparaître les cauchemars en bloquant le sommeil paradoxal.

De nouvelles méthodes sont actuellement à l'étude. On tente, par exemple, de déterminer si une approche comportementale basée sur le conditionnement, au coucher, des mouvements oculaires (qui sont toujours présents lors des rêves) peut faire disparaître les cauchemars. Une autre technique à l'étude est basée sur l'apprentissage d'un sujet à entrer dans son rêve et à en modifier l'évolution.

Source

  • Auteur : Dr Jacques Montplaisir, Psychiatre
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 19-10-2015