Poliomyélite ou polio (Kinderlähmung)

Définition

La poliomyélite est une maladie virale et contagieuse qui entraîne des paralysies, plus ou moins diffuses et plus ou moins graves, liées à la destruction de neurones moteurs de la moelle épinière.

La poliomyélite touche surtout les jeunes enfants. Autrefois très fréquente, elle est devenue exceptionnelle dans les pays occidentaux et dans une grande partie du monde grâce à la vaccination systématique.

Types

Le poliovirus, appartenant au genre des entérovirus. Il en existe trois types.

C'est le virus de type 1 qui est le plus souvent isolé dans les cas de paralysies. Il provoque la destruction de la substance grise des neurones moteurs de la moelle épinière.
La contamination se fait d'homme à homme, par voie oro-fécale (eau, aliments souillés) essentiellement dans les pays où l'hygiène est précaire.

Transmission

La transmission peut également se faire par les gouttelettes émises lors de toux ou d'éternuements. La période d'incubation (période comprise entre la pénétration du virus dans l'organisme et l'apparition des premiers symptômes) varie de 3 jours à 30 jours.

Symptômes

Plus de 90% des infections par le poliovirus sont asymptomatiques (pas de signes cliniques) ou n'entraînent qu'une banale fièvre ou encore un syndrome grippal (maux de tête, courbatures, troubles digestifs).

Conseils pratiques

  • Faire un rappel de vaccination tous les 10 ans à l'âge adulte.
  • Vérifier que le vaccin est toujours valide en cas de voyage dans des pays où la poliomyélite persiste (Afrique, Moyen-Orient, Inde, Asie du Sud-Est, Chine, Europe de l'Est).
  • Respecter les règles élémentaires concernant l'hygiène des mains et des sanitaires, notamment lors de déplacements dans les pays où la maladie subsiste.

Quand consulter

Fièvre isolée ou syndrome grippal

Plus de 90% des infections par le poliovirus sont asymptomatiques (pas de signes cliniques) ou n'entraînent qu'une banale fièvre ou encore un syndrome grippal (maux de tête, courbatures, troubles digestifs).

Paralysies

Elles touchent surtout les bras et les jambes. L'atteinte est très variable et souvent asymétrique: partielle (diminution de la force musculaire) ou totale (muscle atrophié sans mobilisation possible). L'évolution des paralysies est très aléatoire, pouvant régresser partiellement ou totalement, ou alors persister de façon définitive avec de graves problèmes locomoteurs.

Troubles digestifs

Ils sont liés à la paralysie de la musculature abdominale.

Déformations du rachis (scoliose, cyphose) dues à l'atteinte des muscles s'insérant sur la colonne vertébrale.

Atteinte respiratoire

La paralysie des muscles respiratoires ou de la déglutition (paralysie pharyngée) peut être fatale.

Examen

Un examen neurologique complet doit être effectué, avec bilan musculaire et articulaire. La ponction lombaire montre une réaction inflammatoire au niveau du liquide céphalorachidien, avec augmentation du nombre des lymphocytes. Le virus peut être retrouvé dans les selles pendant plusieurs semaines après l'apparition de la poliomyélite. La présence d'anticorps spécifiques peut être recherchée, bien qu'il s'agisse d'un examen coûteux nécessitant un personnel très qualifié.
Un électromyogramme (enregistrement des courants électriques créés par les contractions musculaires) peut être effectué dans le cadre du bilan des paralysies.

Traitement

Il n'existe malheureusement pas de traitement spécifique de la poliomyélite. La kinésithérapie est essentielle pour la rééducation fonctionnelle. Elle doit être débutée dès l'apparition des déficits musculaires et poursuivie régulièrement. Elle permet de limiter les séquelles musculaires (rétractions) et de redonner une certaine tonicité aux muscles atteints.
La chirurgie orthopédique intervient en cas de rétraction ou de raccourcissement important d'un membre ou encore d'une déformation gênant la respiration.

La seule façon de prévenir la maladie est la vaccination: 3 injections à un mois d'intervalle, dès l'âge de 2 mois. Un premier rappel doit être réalisé à l'âge de 16-18 mois, puis tous les cinq ans jusqu'à l'âge adulte. A partir de 18 ans, il est recommandé de faire un rappel tous les 10 ans.
En 1988, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé une vaste campagne mondiale en vue d'éradiquer la poliomyélite. Alors qu'elle sévissait sur tous les continents, la maladie ne se rencontre plus actuellement que dans certaines zones de l'Afrique et de l'Asie. Elle pourrait être la seconde maladie virale, après la variole, à être éradiquée par la vaccination qui reste donc, plus que jamais fortement recommandée.

Source

  • Auteur : Dr Sylvie Coulomb
  • Source : Grossiord A., Poliomyélite. In : Médecine de rééducation. A. Grossiord, J.P. Held (eds). Paris, Flammarion. B. Schaffer, Seytre. Histoire de l'éradication de la poliomyélite. PUF. Calendrier des vaccinations 2003. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France. B.E.H. n°6/2003.
  • Dernière modification le 26-04-2016