Sciatique

Définition

La sciatique est une inflammation du nerf sciatique, généralement due à l'irritation d'une de ses racines.

Moins fréquente que la lombalgie (mal de dos), la sciatique est souvent liée à une hernie discale qui comprime le nerf sciatique.

Symptômes

Elle se manifeste par une vive douleur le long de la face externe de la jambe.

Les symptômes d'une sciatique peuvent être:

Une douleur dans la jambe:

  • caractéristique si elle part du bas du dos, traverse la fesse, longe l'arrière de la cuisse et de la jambe pour finir dans le pied;
  • parfois moins nette si elle n'est ressentie qu'à certains endroits : dans la fesse, ou s'arrêtant derrière le genou, ou dans la jambe.

Une douleur d'intensité variable : très importante, empêchant tout mouvement ou au contraire n'apparaissant qu'à l'occasion de certains mouvements, à la station debout ou à la toux.

Une douleur s'accompagnant de fourmillements.

Une boiterie occasionnée par certains mouvements (par exemple, descente d'un escalier).

Une sciatique paralysante, se manifestant par une douleur violente du nerf sciatique accompagnée d'une diminution, voire d'une impossibilité d'effectuer des mouvements de la jambe (flexion dorsale du pied). Ce type de sciatique impose une intervention chirurgicale en urgence.

Causes

  • La sciatique peut être due à une hernie discale.
    C'est la cause la plus fréquente de sciatique chez l'adulte jeune.
    Elle désigne la saillie anormale du disque intervertébral (disque cartilagineux situé entre deux vertèbres et servant d'amortisseur à celles-ci).
    Le disque vient alors comprimer la racine nerveuse sortant entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire et celle située entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée.
    La compression du nerf entraîne une réaction inflammatoire.
  • La sciatique peut être due à une arthrose vertébrale.
    Elle se voit plutôt après 50 ans. Il s'agit d'un vieillissement articulaire qui se caractérise par un épaississement du rebord vertébral, pouvant être déformé par des ostéophytes (excroissances osseuses en pointe aussi appelées "becs de perroquet").
    Des modifications comme un pincement, un tassement vertébral ou des ostéophytes peuvent venir irriter le nerf sciatique.
  • La sciatique peut être due à une diminution du diamètre du canal rachidien lombaire.
    Le canal est un tunnel constitué par l'empilement des vertèbres dans lequel se trouve la moelle épinière.
  • La sciatique peut être due à une spondylolisthésis.
    Une spondylolisthésis correspond à un glissement vers l'avant de la quatrième vertèbre lombaire sur la cinquième vertèbre lombaire, ou de la cinquième vertèbre lombaire sur la première vertèbre sacrée. Ce glissement est dû à un traumatisme ou bien d'origine congénitale.
  • La sciatique peut être due à une fracture du bassin.
  • La sciatique peut être due à une fracture de vertèbre.
  • La sciatique peut être due à une luxation de la hanche.
  • La sciatique peut être due à une spondylite infectieuse(tuberculose, infection par le staphylocoque).
  • La sciatique peut être due à une ostéoporose.
    L'ostéoporose est une déminéralisation osseuse survenant surtout après la ménopause et se traduisant sur les radios par une transparence accrue du tissu osseux, et des tassements de vertèbres.
  • La sciatique peut être due à une spondylarthrite ankylosante.
    Elle se caractérise par une colonne vertébrale rigide, manquant de souplesse et des contractions musculaires. La colonne vertébrale est déformée par une accentuation de la lordose lombaire ("creux du rein") et une cyphose dorsale aggravée (bosse dans le dos).
  • La sciatique peut être due à une tumeur située dans le bassin, à une tumeur osseuse d'une vertèbre (métastases de cancer), à une tumeur d'une racine du nerf sciatique lui-même: causes rarissimes de sciatique.

Conseils pratiques

Quand on a une sciatique, mieux vaut:

  • Éviter de mobiliser le bas du dos dans les gestes de la vie quotidienne.
  • Pour sortir d'une voiture, du lit ou d'un siège, contracter la ceinture abdominale et pivoter d'un bloc.
  • S'efforcer de marcher le bassin horizontal, abdominaux toniques.
  • Raccourcir le pas en marchant. Éviter les mouvements amples de jambe qui risquent de tirer davantage sur le nerf sciatique.

Quand consulter

Les symptômes d'une sciatique peuvent être:

Une douleur dans la jambe:

  • caractéristique si elle part du bas du dos, traverse la fesse, longe l'arrière de la cuisse et de la jambe pour finir dans le pied;
  • parfois moins nette si elle n'est ressentie qu'à certains endroits : dans la fesse, ou s'arrêtant derrière le genou, ou dans la jambe.

Une douleur d'intensité variable :très importante, empêchant tout mouvement ou au contraire n'apparaissant qu'à l'occasion de certains mouvements, à la station debout ou à la toux.

Une douleur s'accompagnant de fourmillements.

Une boiterie occasionnée par certains mouvements (par exemple, descente d'un escalier).

Une sciatique paralysante, se manifestant par une douleur violente du nerf sciatique accompagnée d'une diminution, voire d'une impossibilité d'effectuer des mouvements de la jambe (flexion dorsale du pied). Ce type de sciatique impose une intervention chirurgicale en urgence.

Examen

En présence d'une douleur typique dans son trajet, le diagnostic est fait sur le seul examen clinique.

Un examen neurologique complet recherche des troubles localisés de la sensibilité ou de la motricité.

En cas de doute, des radiographies de la colonne vertébrale lombaire sont demandées pour rechercher un pincement ou un bâillement vertébral, une déformation anormale de la colonne, des images d'arthrose, etc.

En pratique, la radiographie du rachis lombaire est souvent normale. Le scanner ou l'IRM (imagerie par résonance magnétique) permettent alors de visualiser la lésion et d'en évaluer le degré de gravité.

Ces examens ne seront cependant réalisés que dans un deuxième temps, en cas d'échec du traitement médical correctement suivi ou en cas d'intervention chirurgicale.

Traitement

Dans un premier temps, la sciatique se traite à l'aide de médicaments antalgiques (médicaments contre la douleur) associés à des anti-inflammatoires, si nécessaire par voie injectable.

En cas d'échec, on aura recours à quelques infiltrations de corticoïdes (directement dans l'articulation) en y associant le port d'un lombostat (corset léger en résine moulé) pour obtenir la mise au repos du bas du dos (pendant 4 à 6 semaines).

En cas d'échec de ces traitements correctement suivis pendant plusieurs mois, si la sciatique est invalidante ou entraîne des douleurs importantes, le traitement chirurgical d'une hernie discale pourra être envisagé.

En revanche, la chirurgie s'impose en urgence en cas de signes de gravité, comme une sciatique paralysante, une douleur insupportable ou une anesthésie en selle : l'intervention chirurgicale doit être réalisée immédiatement pour libérer la racine nerveuse comprimée.

Source

  • Auteur : Dr Sylvie coulomb
  • Source : Lombalgies et sciatiques. J.P. Valat, Ph. Goupille, V.Vedere. Ed. Doin. Le mal de dos – Hernie, lumbago, sciatique, torticolis. Ph. Maslo. Albin Michel. Mal de dos, arthrose, sciatique. Prat éditions.
  • Dernière modification le 19-10-2015