Trouble de l'attention

Définition

Ce trouble neurologique apparaît généralement tôt dans l'enfance, vers l'âge de cinq ou six ans. Il n'a rien à voir avec l'autisme, un faible quotient intellectuel ou un trouble du comportement résultant d'une personnalité opposante.

Il consiste principalement en un trouble de l'attention dans lequel l'enfant éprouve des difficultés à se concentrer pendant de longues périodes. Cette limite de l'attention doit être évaluée en fonction de l'âge de l'enfant.

Beaucoup plus fréquent chez les garçons que chez les filles, il s'atténue généralement à l'adolescence.

Symptômes

Ce trouble déficitaire peut-être accompagné des manifestations suivantes:

  • agitation plus ou moins grande selon le cas et les circonstances;
  • impulsivité très marquée;
  • trouble de motricité fine qui se manifeste surtout dans l'écriture (caractères plus grands ou plus petits que la normale et appui exagéré du crayon), le découpage (difficulté à découper en spirale) et le coloriage (dépassement des lignes);
  • maladresse (l'enfant renverse des objets sur une table, bouscule les gens par inadvertance, etc.).

Causes

Hérédité

On ne connaît pas les causes exactes du trouble déficitaire de l'attention, mais on retrouve souvent des antécédents familiaux.

Complications périnatales

Les enfants nés prématurément sont plus à risque à cause d'un retard dans le développement du cerveau. Le manque d'oxygène à la naissance, qui a pu entraîner des troubles cérébraux chez le nouveau-né, est également mis en cause, mais cela n'est pas confirmé scientifiquement.

Conseils pratiques

Encadrer l'enfant

Selon la gravité du trouble, l'enfant aura besoin d'organisation et de structure. Lorsque vous lui donnez une tâche à accomplir, surveillez-le afin qu'il l'exécute. Faites-lui quelques rappels au besoin. Ne lui confiez jamais plus d'une tâche à la fois. De plus, comme l'enfant est impulsif et agité, il est préférable de lui donner moins de responsabilités qu'on en donnerait à un enfant du même âge ne souffrant pas de ce trouble.

Identifier les moments où le trouble s'amplifie

Ils sont généralement liés à une augmentation des stimuli externes, lorsque l'enfant, dans la plupart des cas, est en contact avec certaines personnes ou encore lorsqu'il est en groupe. Une personne stressante, impatiente, qui parle sans arrêt peut aggraver la nervosité et l'agitation de l'enfant. Le fait d'éviter la multiplication de ces situations aggravantes aura un effet bénéfique sur son comportement.

Éviter d'épuiser l'enfant

Au lieu de le calmer, cela aura pour effet de le rendre plus agité.

Se relayer et avoir des moments de répit

Souvent, l'enfant sera plus calme en présence d'une personne en particulier. Confiez-le à cette personne ou encore à une personne posée et tolérante. Pendant la période des devoirs, il travaillera beaucoup mieux avec un adulte qui ramènera sans cesse son attention à la tâche à accomplir. Il est important que l'enfant ne soit pas toujours avec le même parent afin de ne pas épuiser ce dernier.

Utiliser la technique du retrait

Lorsque vous sentez que vous avez atteint vos limites, envoyez l'enfant dans sa chambre pour une courte période. Cela permettra à chacun de prendre un peu de recul.

Ne pas utiliser la force ou les châtiments corporels

Ils n'ont aucun effet sur le comportement de l'enfant. Trouvez plutôt des punitions l'obligeant à se calmer. Demandez-lui, par exemple, de se retirer et d'aller réfléchir dans sa chambre. Si vous êtes à l'extérieur, coupez court à l'activité et ramenez l'enfant à la maison.

Être vigilant

Souvent, ces enfants n'ont pas la notion du danger. Ils nécessitent donc une plus grande surveillance et un encadrement plus serré.

Confier l'enfant à une personne expérimentée

Il est conseillé de ne pas envoyer un enfant hyperactif dans une garderie, car il s'excite plus facilement en groupe. Confiez-le à un adulte ou à une personne ayant de l'expérience avec ce type d'enfant. Les enfants hyperactifs ont besoin de beaucoup d'attention et doivent donc être confiés à des personnes fiables afin d'éviter les accidents.

Ne pas supprimer le sucre

Contrairement à la croyance populaire, le sucre n'a aucun effet excitant. Comme votre enfant est en pleine croissance, il peut être très dangereux pour sa santé de lui supprimer le sucre.

Quand consulter

Votre enfant a un comportement inadéquat et des difficultés d'apprentissage qui ont des répercussions en milieu scolaire. Il est toujours préférable de consulter avant que les parents et les professeurs n'aient atteint leur seuil de tolérance.

Examen

Le médecin rencontre l'enfant en présence des parents pour faire l'historique de son développement. Il procède à un examen physique de l'enfant afin d'évaluer son développement staturo-pondéral (taille et poids). Il l'interroge sur ses difficultés actuelles et s'assure de la présence des symptômes-clés. Il le soumet à certains exercices, tels que découper une spirale et colorier quelques dessins.

Traitement

Le traitement dépend de l'âge de l'enfant. Le médecin demande d'abord aux parents d'identifier les stimuli amplificateurs du comportement de l'enfant afin de les éviter. Il demandera ensuite l'avis d'un psychothérapeute spécialisé dans ce type de trouble (approche psychocomportementale et cognitive).

Source

  • Auteur : Dr Pierre Mailloux , Psychiatre
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media,2001
  • Dernière modification le 19-10-2015