Occlusion intestinale

Définition

Les occlusions intestinales ont toujours eu à juste titre une réputation de gravité et d'urgence.

En réalité, il en existe plusieurs sortes, en fonction du segment intestinal atteint et en fonction du mécanisme d'occlusion.

Symptômes

Pour se résumer, une occlusion de l'intestin grêle (la plus fréquente) se manifeste surtout par des douleurs et des vomissements, et apparaît surtout chez les personnes qui ont déjà été opérées de l'abdomen ou qui sont porteuses d'une hernie ou d'une éventration. Un avis médical doit être pris en urgence.

Causes

Il existe deux mécanismes différents dans les occlusions intestinales. Le premier, facile à comprendre, est un obstacle mécanique sur le trajet du tube digestif. Cet obstacle provoque un blocage des solides et des liquides qui transitent par le tube digestif. La nature de cet obstacle peut-être une tumeur ou une bride intra-abdominale (sorte de cicatrice interne qui se forme après une intervention de l'abdomen), ou une hernie de la paroi abdominale (hernie de l'aine, hernie ombilicale, éventration), ou un corps étranger ingéré.

Le deuxième mécanisme ne repose pas sur un obstacle, mais sur une paralysie de l'intestin consécutive à une autre maladie (colique néphrétique, appendicite…).

Quand consulter

Les principaux signes d'occlusion sont la douleur abdominale et les vomissements. C'est très difficile à évaluer car les vomissements sont un signe très banal, ainsi que les douleurs abdominales et d'autre part, une occlusion (sur le côlon par exemple) peut ne se mettre en place que très progressivement.

Certains cas particuliers sont cependant à prendre en considération. Chez les personnes porteuses d'une hernie connue (hernie de l'aine par exemple), toute douleur persistante (plusieurs minutes), ne cédant pas au repos, peut être une occlusion intestinale (l'intestin venant se coincer dans l'orifice de la hernie) et nécessite de consulter en urgence. C'est ce qu'on appelle une hernie "étranglée".

Chez une personne déjà opérée de l'abdomen toute douleur abdominale aiguë, a fortiori accompagnée de nausées ou de vomissements (même plusieurs dizaines d'années plus tard), est suspecte d'être une occlusion sur bride et nécessite une consultation en urgence.

Chez une personne dont le transit se modifie progressivement dans le sens d'une constipation de plus en plus importante, avec un gonflement abdominal, il faut penser à un cancer du côlon.

Examen

Dans un contexte aigu, ce qui est le plus fréquent, l'examen de base après l'interrogatoire et la palpation de l'abdomen est la radio simple de l'abdomen, qui montre les gaz et les liquides coincés dans un segment du tube digestif.

Si on veut aller plus loin, et rechercher le niveau précis de blocage, on peut faire une radio digestive après absorption d'un produit opaque aux rayons X dont on suit la progression. On procède de la même façon en cas d'occlusion de l'intestin grêle.

En cas d'occlusion du côlon, on pratique un lavement avec le produit opaque et on recherche ensuite le niveau auquel le produit est bloqué. Dans ce cas, la coloscopie est un examen complémentaire indispensable car elle permet de rechercher une cause précise comme un cancer et de faire des prélèvements. La coloscopie est habituellement faite sous une courte anesthésie générale.

Traitement

Une occlusion de l'intestin grêle nécessite une prise en charge en urgence. Une des premières mesures prises à l'hôpital est de mettre en place une sonde d'aspiration dans l'estomac pour aspirer les liquides produits par celui-ci et éviter qu'ils aillent s'ajouter aux liquides déjà bloqués, aggravant l'occlusion. Cette simple sonde peut parfois permettre de faire passer l'occlusion (qui se débloquera elle-même ).

Si une amélioration franche n'est pas obtenue dans les heures qui suivent, seule une intervention chirurgicale peut permettre de "débloquer" la situation en coupant la bride incriminée par exemple. Dans le cas d'une hernie étranglée, l'intervention doit être très rapide. En effet, si l'intestin coincé n'est pas débloqué dans les six heures, il risque de se nécroser et la partie abîmée devra être enlevée.

Pour les occlusions du côlon, c'est un peu différent car elles sont souvent plus progressives. Seule l'intervention chirurgicale permettra de toute façon de libérer le passage soit en enlevant la tumeur, soit en faisant un anus artificiel de dérivation des matières et des gaz au-dessus du rétrécissement. Il est toutefois rare que l'on ne puisse pas enlever la cause du rétrécissement (tumeur) et que l'on soit obligé de ne faire qu'un anus artificiel.

Source

  • Auteur : Dr Renaud GUICHARD
  • Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
  • Dernière modification le 19-10-2015