Selles noires ou rouges

Définition

Un changement de couleur des selles qui va du rouge clair au noir (méléna) résulte généralement d'une perte de sang au niveau gastro-intestinal. Il peut s'agir de sang qui s'écoule directement de l'anus ou de sang mélangé aux selles. La rapidité avec laquelle le sang s'écoule aura une influence sur la couleur. Lorsque l'écoulement est rapide (ou qu'il provient d'une zone située près de la sortie de l'anus), le sang est rouge clair parce qu'il n'a pas été digéré par les intestins; si l'écoulement est lent, le sang est rouge foncé ou noir. La coloration noire du sang résulte d'une transformation chimique due à un séjour prolongé dans le tube digestif.

Les selles rouges ou noires peuvent être accompagnées de différents symptômes, tels que des douleurs abdominales, des brûlures d'estomac, de la fatigue, une faiblesse générale, une accélération des battements du coeur, des étourdissements, des évanouissements ainsi qu'une perte de poids importante et injustifiée.

Parfois, un changement dans le calibre des selles peut se produire. Les selles seront plus petites ou de la taille d'un crayon. Dans ce cas, il peut s'agir d'une tumeur du rectum ou du côlon ou, encore, de toute lésion inflammatoire qui a entraîné un rétrécissement de l'intérieur de l'intestin (comme la maladie de Crohn, par exemple).

Causes

  • Sang avalé lors d'un saignement de nez important.
  • Rupture d'une varice oesophagienne. La varice oesophagienne est la dilatation d'une veine dans l'oesophage. Toute pathologie qui augmente la pression dans le système veineux du foie peut causer une dilatation des veines au niveau de l'oesophage, donc la formation de varices. La cirrhose du foie est la plus courante de ces maladies. Les varices ne causent pas de problèmes et ne saignent pas tant qu'elles ne se rompent pas. Outre le sang dans les selles, une faiblesse peut se manifester si la perte de sang est importante et rapide. Il faut alors consulter d'urgence un médecin. Non soignée, la rupture d'une varice oesophagienne risque d'entraîner le décès.
  • Ulcère d'estomac ou du duodénum; la paroi ulcérée de l'estomac ou du duodénum saigne.
  • Cancer de l'intestin. A mesure que le cancer progresse, le tissu de l'intestin se fragilise et se déchire facilement, entraînant des saignements.
  • Érosion d'un diverticule du côlon. Petites poches semblables à des grains de raisin, les diverticules sont des hernies qui se développent le long de la paroi externe du côlon. L'érosion d'un diverticule entraîne un saignement parce qu'il y a des vaisseaux sanguins qui le traversent. Cela est rare et plutôt bénin, mais il faut quand même consulter un médecin pour confirmer le diagnostic.
  • Maladies inflammatoires de l'intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse). Dans ce cas, elles s'accompagnent souvent de diarrhées et de douleurs abdominales.
  • Hémorroïdes ou fissures anales.

Conseils pratiques

  • Ne pas tarder à consulter un médecin. Le temps qui passe risque d'aggraver votre état.
  • Préparer un petit questionnaire prédiagnostic. Réfléchissez et demandez-vous si vous avez commencé un nouveau traitement avec du fer ou, encore, si vous avez mangé des betteraves ou du boudin au cours des derniers jours. Si vous êtes ménopausée, peut-être ce sang provient-il d'un saignement vaginal occasionnel. S'il vous est impossible de déterminer une cause logique et anodine, consultez un médecin.

Quand consulter

  • Vous constatez la présence de sang dans vos selles.
  • Les saignements sont accompagnés d'une perte de conscience, d'étourdissements, d'une grande fatigue ou encore de douleurs abdominales (consultez rapidement, c'est une urgence).
  • Vous vomissez du sang. C'est une urgence.

Examen

Le médecin recueillera les informations importantes et cherchera à savoir s'il y a eu perte de poids récente. Il effectuera ensuite un examen physique, y compris un examen de l'abdomen et un toucher rectal. Il pourra également demander des analyses sanguines afin de vérifier l'importance du saignement.

Selon la vitesse du saignement et l'état du patient, on pourra pratiquer une gastroscopie, une colofibroscopie ou un lavement baryté (radiographie du côlon).

Traitement

Rupture d'une varice oesophagienne
A l'aide d'une minuscule caméra, le médecin ira vérifier l'état de l'oesophage. Il pourra appliquer un produit qui cicatrisera la varice ou encore insérer dans l'oesophage un ballonnet qu'il gonflera pour comprimer la varice contre la paroi (le ballonnet sera ensuite retiré).

Ulcère d'estomac ou du duodénum
Il existe plusieurs types de médicaments qui empêchent la sécrétion d'acide gastrique, tels que des inhibiteurs de pompes à proton, ou encore des anti-acides. Suivez la prescription de votre médecin.

Cancer de l'intestin
Une intervention chirurgicale sera nécessaire.

Érosion d'un diverticule du côlon
L'érosion peut parfois rentrer dans l'ordre d'elle-même, sans nécessiter de traitement. Dans les cas de récidive, une résection chirurgicale pourra être pratiquée pour enlever la partie de l'intestin où se trouve le diverticule.

Maladies inflammatoires de l'intestin
La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse se traitent à l'aide de cortisone ou d'anti-inflammatoires. Si les médicaments ne donnent pas les résultats escomptés, une intervention chirurgicale sera proposée.

Hémorroïdes ou fissures anales
Le traitement consiste surtout à éviter la constipation en augmentant la consommation de fibres alimentaires et en buvant beaucoup d'eau. Dans certains cas, on devra avoir recours à l'ablation chirurgicale.

Source

  • Auteur : Dr Yves Perreault, Chirurgien général, Hôpital du Haut-Richelieu, Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005

  • Dernière modification le 19-10-2015