Angine

Définition

L'angine correspond à l'apparition d'une douleur de la gorge survenant à la déglutition, liée à une inflammation du pharynx et/ou des amygdales.

Elle touche particulièrement les enfants et les jeunes adultes, en hiver surtout. Si la grande majorité des angines est d'origine virale, aucun signe clinique ne permet d'écarter formellement une angine bactérienne.

Aujourd'hui, le test de diagnostic rapide permet au médecin de faire la différence et d'éviter ainsi la prescription intempestive d'antibiotiques.

Causes

  • Des virus. Ils sont à l'origine de la majorité des angines érythémateuses et érythémato-pultacées. Il s'agit surtout des rhinovirus, des coronavirus, du virus respiratoire syncitial, des Myxovirus influenzae (grippe) et para-influenzae et des adénovirus.
    Le virus d'Epstein-Barr entraîne une mononucléose infectieuse caractérisée par la présence d'une angine pseudo-membraneuse.
    Le virus de l'immunodéficience humaine (SIDA) ou VIH peut donner lieu, lors de la primo-infection, à une angine ulcéreuse (avec ulcérations buccales).
    D'autres virus peuvent être à l'origine d'angines vésiculeuses (oropharynx recouvert de vésicules), comme le virus de l'herpès, le virus du zona et le virus Coxsackie A (herpangine).
  • Des bactéries. La plus fréquente et la plus grave des angines bactériennes est due au streptocoque bêta-hémolytique du groupe A (SHBA).
  • L'angine diphtérique a quasiment disparu en France grâce à la vaccination, elle ne survient plus que chez des personnes non ou mal vaccinées.
  • L'angine de Vincent est liée à la prolifération de bactéries normalement présentes dans le pharynx, favorisée par une mauvaise hygiène bucco-dentaire.
    • leucémie aiguë. Une angine ulcéreuse peut révéler cette maladie chez l'enfant.
    • agranulocytose toxique (chute importante d'une variété de globules blancs, les granulocytes) due à la prise de certains médicaments ou à une radiothérapie intense et prolongée, mucite (inflammation de la muqueuse de la bouche et de la gorge) après radio- ou chimiothérapie peuvent entraîner une angine ulcéreuse.

Conseils pratiques

  • Boire régulièrement du liquide frais pour soulager la gorge.
  • Réduire les aliments en purée si l'enfant a du mal à avaler, sans le forcer à manger.
  • S'abstenir de fumer au voisinage d'un enfant qui présente une angine, car le tabac favorise les infections ORL et diminue les défenses immunitaires.
  • Maintenir la chambre à une température de 18-20°C et bien l'aérer. L'humidifier si besoin.

Quand consulter

  • Douleur pharyngée (de la gorge) d'apparition plus ou moins rapide. Cette douleur s'accroît lors de la déglutition. Elle peut éventuellement irradier vers la région cervicale ou être associée à une douleur au niveau des oreilles.
  • Fièvre (38 à 40°C), céphalées (maux de tête), toux, rhinorrhée (écoulement nasal), conjonctivite.
  • Nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, éruption cutanée. Tous ces signes sont variables selon l'âge et la cause de l'infection.
  • Syndrome mains-pieds-bouche: c'est l'autre nom de l'herpangine due au virus Coxsackie A. Il se caractérise par une angine associée à une éruption vésiculeuse des mains et des pieds. Cette affection survient essentiellement chez le jeune enfant, dans le cadre d'épidémies estivales.
  • Scarlatine: il s'agit en fait d'une forme clinique de l'angine à streptocoque ; elle est due à un streptocoque bêta-hémolytique de type A.
  • Complications liées au streptocoque bêta-hémolytique A: en dehors de possibles complications locales comme un phlegmon de l'amygdale ou un abcès rétropharyngé, les complications les plus redoutables sont le rhumatisme articulaire aigu, se manifestant par des signes cardiaques et articulaires, et la glomérulonéphrite aiguë (atteinte rénale), heureusement rares.

Examen

L'examen de la bouche et de la gorge permet de confirmer le diagnostic d'angine, en visualisant les signes d'inflammation de l'oropharynx. Il permet également de préciser le type d'angine pour orienter le diagnostic: angine érythémateuse (muqueuse rouge), érythémato-pultacée (muqueuse pharyngée rouge et enduit blanchâtre recouvrant les amygdales), vésiculeuse (vésicules souvent rompues sous formes d'ulcérations minimes), pseudo-membraneuse (enduit blanc nacré sur les amygdales ou fausses membranes). La palpation du cou recherche des ganglions, souvent douloureux. L'examen des oreilles et des tympans recherche une éventuelle otite associée.

Une fois le diagnostic d'angine posé, le médecin va chercher à identifier l'origine virale ou bactérienne, car elle conditionne le traitement. Depuis 2002, il a à sa disposition un test de diagnostic rapide qui, grâce à un simple prélèvement de gorge, lui permet de savoir s'il s'agit d'une angine bactérienne, la seule qui nécessite un traitement antibiotique.

Traitement

Dans tous les cas, des médicaments contre la fièvre et la douleur sont prescrits pour soulager le malade.

Grâce à la pratique du test de diagnostic rapide, on ne traite aujourd'hui par antibiotiques que les angines à streptocoque bêta-hémolytique A. Ces médicaments sont inutiles en cas d'angines virales et présentent alors l'énorme inconvénient de renforcer le phénomène d'antibiorésistance, c'est-à-dire la résistance que les bactéries développent vis-à-vis des antibiotiques si ceux-ci sont trop employés.

De plus, le traitement est prescrit sur des durées plus courtes qu'auparavant, c'est-à-dire pendant 3 à 6 jours en fonction de l'antibiotique utilisé.

Chez l'enfant qui présente des infections ORL fréquentes, le médecin peut proposer des cures de médicaments stimulant les défenses immunitaires à l'entrée de l'hiver. Si ce n'est pas suffisamment efficace, il peut être envisagé d'enlever les végétations (adénoïdectomie) ou les amygdales (amygdalectomie).

Source

  • Auteur : Dr Sylvie Coulomb
  • Source : La prise en charges des angines en 2002. H. Portier, M. Grappin. Pages spéciales de FMC du Quotidien du Médecin. N° 7202, 21/10/2002 ; Angines : la nouvelle stratégie de prise en charge. Panorama du Médecin n° 4898, 26/06/2003 ; Rhumes, angines, bronchites…On se soigne. J.L. Dervaux. Marabout.
  • Dernière modification le 19-10-2015