Perte de cheveux

Définition

Nous perdons en moyenne 100 cheveux par jour. Cela fait partie des quatre phases de la vie du cheveu:

  • la pousse (anagen), qui fait que nos cheveux poussent pendant deux à quatre ans (cela concerne 85 % des cheveux en tout temps),

  • le repos (un mois pendant lequel les cheveux ne poussent pas; cela concerne 5 % des cheveux),

  • la chute (telogen). au cours de l'année, 10 % des cheveux tombent et cette perte s'échelonne sur trois mois,

  • enfin, la repousse.

Les cheveux traversent ces phases à des moments différents, ce qui conserve à la chevelure sa densité normale.

Types

Quand les cheveux perdent leur aspect uniforme, on a affaire à l'un des différents types de perte de cheveux (ou alopécie).

Telogen effluvium

  • La période de repos est prolongée.
  • Les cheveux tombés ont un bulbe translucide au bout.
  • N'affecte généralement pas plus de 50 % des cheveux.
  • La perte est répartie également sur tout le scalp.
  • Il y a absence d'inflammation.
  • La perte des cheveux commence soudainement et dure de deux à quatre mois.

Anagen effluvium

  • Touche les cheveux en phase de pousse.
  • Les cheveux tombés sont en forme de point d'exclamation (plus larges à une extrémité), souvent démunis de bulbe au bout.
  • Affecte jusqu'à 90 % des cheveux.
  • La perte est répartie également sur tout le scalp.
  • Il y a absence d'inflammation.
  • La perte commence soudainement et dure de une à quatre semaines.

Alopécie androgénique (calvitie)

  • 95 % des hommes sont touchés à divers degrés.
  • Les premiers signes apparaissent dans la vingtaine.
  • Localisée sur le dessus de la tête, le front et les tempes.
  • Rare chez la femme (5 %); alors localisée sur le dessus de la tête, et la ligne de cheveux du front et des tempes est préservée.

Teigne

  • Plus fréquente chez les enfants.
  • Cheveux cassés près de la racine.
  • Présence de plaques n'importe où sur la tête.
  • Ces plaques rugueuses peuvent démanger ou desquamer.

Pelade (alopecia aerata)

  • Généralement localisée.
  • Cercles dépourvus de cheveux.
  • Peut aussi être diffuse, totale ou universelle (affecte le reste du corps).

Hirsutisme

  • Problème strictement féminin.
  • Récession des cheveux de la ligne fronto-temporale.
  • Accompagné ou non de signes de virilisation: hyperpilosité de type masculin sur le reste du corps, acné, voix plus grave, aménorrhée (absence de règles), hypertrophie du clitoris, diminution du volume des seins, etc.

Trichotillomanie

  • Désordre compulsif.
  • Le patient ne peut s'empêcher de se tirer les cheveux.
  • A force d'être arrachés, ils peuvent ne plus repousser.

Alopécie de traction

  • Présente chez les personnes qui se sont longtemps attaché les cheveux de façon à exercer une traction (queue de cheval, par exemple).

Alopécie cicatricielle

  • Cicatrice sur le scalp dépourvue de cheveux.
  • Plaques ressemblant à celles de la pelade.

Causes

Telogen effluvium

  • Stress intense ou maladie (chirurgie majeure, accouchement, grosse fièvre, hypo ou hyperthyroïdie, etc).
  • Diètes draconiennes (entraînant une carence en protéines, rare en Occident) ou carence en fer.
  • Médicaments (anticoagulants, médicaments pour le coeur, excès de vitamine A (plus de 5000 unités par jour), médicaments contre l'acné (Accutane) ou le psoriasis (effet rare).

Anagen effluvium

  • Chimiothérapies et radiothérapies.
  • Intoxications.

Alopécie androgénique

  • Prédisposition génétique.

Teigne

  • Infection à champignons provenant d'humains ou d'animaux.

Pelade

  • Réaction auto-immune: le patient sécrète des anticorps contre ses propres cheveux.
  • Maladies auto-immunes rares (lupus ou lichen planopilaire).

Hirsutisme

  • Sans signe de virilisation:
    • Origines méditerranéennes.
    • Grossesse, ménopause.
    • Médicaments: hormones masculines, cortisone, contraceptifs oraux avec progestérone, etc.
  • Avec signes de virilisation:
    • Tumeurs ovariennes.
    • Maladies des glandes surrénales.

Trichotillomanie

  • Trouble psychiatrique.

Alopécie de traction

  • Traction (causée par la coiffure) exercée pendant des années, de sorte que les cheveux peuvent ne pas repousser.

Alopécie cicatricielle

  • Ancienne blessure ou brûlure profonde.

Autres causes

  • Maladies rares comme le lupus ou le lichen planopilaire.

Conseils pratiques

  • Laver vos cheveux tous les jours, surtout s'ils sont gras. Contrairement à une opinion répandue, ce n'est pas nocif.
  • Utiliser un shampoing neutre et doux, sans colorant ni parfum. Cela aide à préserver les défenses naturelles du cuir chevelu. Fiez-vous aux résultats plus qu'aux étiquettes, le meilleur shampoing n'est pas nécessairement le plus cher. N'utilisez pas de shampoings trop décapants. Ils assèchent les cheveux.
  • Se méfier des lotions miracles. Il ne faut rien attendre des lotions et crèmes qui vous promettent une repousse. Elles n'ont pas d'autre effet que de vous faire perdre temps et argent.
  • Faire le test préalable pour les colorations permanentes et semi permanentes. Des allergies peuvent se manifester, ainsi que des irritations et des brûlures chimiques.
  • Faire vérifier ses médicaments par son médecin. La liste est longue de ceux qui peuvent affecter votre chevelure.
  • Trouver un bon coiffeur. Il y a des secrets pour gonfler une chevelure clairsemée. Vous apprendrez à les connaître. Vous pouvez aussi faire fixer d'autres cheveux aux vôtres. Ce tissage donne une apparence très naturelle, mais il se défait à la repousse. Il faut retourner souvent pour un resserrage.
  • Consulter une cosméticienne. Si vous optez pour un toupet ou une perruque, elle est la personne la mieux placée pour vous conseiller.
  • Laisser l'esthéticienne se charger de vos poils indésirables. Blanchiment, épilation à la cire, électrolyse, elle choisit la meilleure solution en fonction de votre problème.
  • Ne pas se soumettre à des régimes draconiens faibles en protéines et en fer. Vous pourriez y laisser des cheveux.
  • Ne pas faire une permanente en même moment qu'une coloration. Vous courez le risque d'une brûlure au peroxyde.

Quand consulter

  • Vous avez une perte de cheveux localisée.
  • Vous avez une perte de cheveux diffuse mais abondante.
  • Vous avez des irritations, desquamations ou des démangeaisons du cuir chevelu.

Examen

Le médecin procède à un examen dermatologique, parfois au microscope ou à la lampe fluorescente de Wood. Une culture mycologique ou une biopsie peuvent être envoyées au laboratoire. Le trichogramme consiste à arracher une petite quantité de cheveux puis à les examiner pour voir s'il s'agit de cheveux en phase de repos ou de croissance. Les prises de sang servent au dépistage de maladies et de carences ainsi qu'à des dosages hormonaux.

Traitement

Telogen et anagen effluvium
Il faut trouver la cause et l'éliminer (médicaments, carences, problèmes de thyroïde, stress, etc.). Il n'y a pas d'autre traitement.

Alopécie androgénique
Un médicament, le Propecia, stabilise de 60 à 70 % de la chevelure et peut procurer 10 % de repousse cosmétique. Il faut le prendre à vie et il n'est pas remboursé. Il peut altérer la fonction sexuelle dans 2 à 3 % des cas. Contre-indiqué chez la femme enceinte ou voulant le devenir. La microgreffe est très efficace, solution coûteuse mais permanente. Il faut compter de trois à quatre séances pour prélever vos propres cheveux là où ils abondent et les réimplanter sur la zone dégarnie.

Teigne
On administre un antifongique par voie buccale et un shampoing traitant de style Nizoral.

Pelade
L'auto-rejet est habituellement temporaire. Neuf cas sur dix guérissent spontanément en six à douze mois. Si l'attente paraît trop longue, la cortisone en lotion ou en injections locales peut aider. Si la perte est considérable, on songera à des traitements d'immunothérapie ou de photothérapie.

Hirsutisme
Si un excès d'hormones mâles est mis en évidence dans le sang, on prescrit une hormonothérapie associée à d'autres médicaments. Outre les techniques cosmétiques, le laser à diodes solutionne le problème des poils inesthétiques.

Trichotillomanie
Il revient à la psychiatrie ou à la psychothérapie de supprimer la manie. On peut alors espérer une repousse.

Alopécie de traction
Le fait de modifier la coiffure peut permettre la repousse des cheveux dans plusieurs cas.

Source

  • Auteur : Dr Ian Shrier, Spécialiste en médecine du sport, Hôpital Général Juif, Montréal
  • Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media,2001
  • Dernière modification le 19-10-2015